Top News

Quand la France battait le monde 5-1 et couronnait un âge d’or

Le 16 août 2000, le Stade Vélodrome de Marseille a accueilli un match de football très spécial entre la meilleure équipe de la planète et FIFA All Stars.

Créé comme une collecte de fonds pour l’initiative SOS Villages d’Enfants, ce jeu était loin du selfie bantz Soccer Aid d’Olly Murs and Co.

D’une part, il comprenait l’équipe de la FIFA World XI. Un concept qui semblera étranger à la plupart des fans de football modernes.

Bien qu’il semble étrange d’y penser maintenant, il fut un temps où un groupe restreint des meilleurs pros du monde se réunissait pour ce qui était un excellent coup d’envoi.

De 1991 à 2000, il y a eu 11 matchs différents auxquels ont participé les onze mondiaux de la FIFA mettant en vedette les plus grands et les meilleurs noms du football. Pouvez-vous l’imaginer aujourd’hui? Vous pouvez déjà imaginer Jurgen Klopp réfléchir à la même idée.

Alors que le concept de FIFA World XI s’est éteint au début des années 2000, cet âge d’or a produit des moments vraiment glorieux.

Rien de plus que cette nuit chaude sur la côte sud de la France où une équipe dirigée par le légendaire Roberto Baggio s’est retrouvée face à une équipe internationale au sommet de sa puissance.

Pour paraphraser la vieille lignée du Titanic, la France était les rois du monde cet été-là. Il y a tout juste un mois, deux buts in extremis de Sylvain Wiltord et David Trezeguet devaient assurer une impressionnante victoire 2-1 sur l’Italie lors de la finale de l’Euro 2000 au stade de Queep à Rotterdam.

Bien que la France ait lutté contre les Azzurri pendant de longues périodes en finale, ils étaient de loin la meilleure équipe du tournoi, jouant un style offensif impressionnant avec des joueurs tels que Zinedine Zidane, Robert Pires, Yuri Djorkaeff, Thierry Henry, Nicolas Anelka et le précité Trezeguet. .

• • • •

A lire : Le parcours de David Trezeguet d’un joueur étranger délaissé à un champion de la Juventus

• • • •

Cette liste de noms est même une évaluation de certains des plus grands talents offensifs de toute une génération du beau jeu. Inutile de dire que leurs rangs défensifs étaient tout aussi impressionnants.

READ  Le ministre de la Justice du Québec, France, demande des améliorations au système de justice

Cette nuit à Marseille fut autant un aboutissement qu’un match de charité. L’occasion pour la France de célébrer sa suprématie footballistique sur un footballeur équivalent aux Harlem Globetrotters.

Baggio était sans aucun doute l’événement principal du tournoi FIFA All-Stars qui s’est déroulé ce soir-là. Agent libre à l’époque ayant été libéré par l’Inter Milan après un passage sévère au club sous la direction de Marcelo Lippi, Divine Ponytail rejoindra Brescia un mois plus tard.

Que l’expérience du report du match contre la France ait quelque chose à voir avec cela est une pure spéculation.

Quoi qu’il en soit, il faisait la queue avec de grands noms. Hidetoshi Nakata et Aaron Winter étaient des étoiles de la Serie A aux côtés de Dunga, capitaine de l’équipe brésilienne vainqueur de la Coupe du monde.

L’équipe s’est construite sur une défense très solide, composée de Rigobert Song, Taribeau West, Aleder et Samuel Kfour avec l’Allemand Anders Koepke entre les bâtons. À tout le moins, cela aurait dû être suffisant pour maintenir le score bas.

Mais dès que les papiers de l’équipe ont été remis, il est devenu clair que la France n’était pas venue ici pour se faire des amis. Wiltord et Lilian Thuram étaient les deux seuls membres de l’équipe gagnante de l’Euro 2000 à être absents de l’équipe ce soir-là. Les Bleus, c’est les affaires.

La France a mis 11 minutes pour sortir de l’impasse grâce à Trezeguet. Alors que le but est intervenu à la suite d’une tentative calamiteuse du pied du talon d’Aldair au bord de sa surface de réparation, la vitesse prédatrice avec laquelle Trezeguet a réussi à lancer le ballon, a enlevé le ballon au Brésilien bluffé et l’a parfaitement tenu au-dessus du fringant Kopke. Un mouvement fluide reste un incontournable.

Quinze minutes plus tard, c’était 2-0, puisque Trezeguet s’élançait sur le rebond de la frappe de Didier Deschamps, soulevant délicatement le ballon au-dessus du poing tombant de Koepke. C’était la fin d’un chasseur d’une grande ingéniosité et d’une joie absolue de voir les fans anglais briller encore des championnats allemands à l’Euro 96.

La mi-temps a apporté de grands changements pour les deux parties. Malheureusement pour le remplaçant de Kobek Jacques Songo, Trezeguet est resté sur le terrain et a rapidement autorisé sa présence à nouveau.

READ  Pourquoi Macron a aboli l'école française de classe politique? | France

Son troisième but est intervenu dans le contexte d’une contre-attaque impressionnante qui a commencé lorsque le remplaçant Robert Pires a couru de sa moitié avant de tirer le ballon à Djorkaev au bord de la surface. Djurkaev a eu suffisamment de vitesse de pensée pour déplacer le ballon presque instantanément vers Trezeguet, qui a fracassé une volée devant le Camerounais dans la lucarne supérieure.

Champion de l’Euro 2000 et future icône de la Juventus, qui l’a signé plus tôt ce même été, aussi fou que cela puisse paraître, ce match représente le seul et unique Trezeguet pour les Bleus.

Il a été remplacé par Anelka et la fête s’est poursuivie en son absence, Perez marquant des buts grâce à l’aide inspirante de Zidane. À ce stade, FIFA World XI était clairement à la traîne avec l’introduction de joueurs comme Geremi et Ciro Ferrara qui n’ont pas fait grand-chose pour arrêter le flot de buts allant dans la mauvaise direction.

La contribution de Peres au score est intervenue en 55 minutes. Une fois de plus, cela a commencé dans la moitié de terrain française, où Zizou et ses coéquipiers ont échangé un nombre étonnant de passes dans un paragraphe de jeu rappelant presque la glorieuse époque tiki-taka de l’Espagne.

Cependant, il n’y avait aucun doute sur l’architecte en chef. Dans un match relativement calme, Zidane a toujours trouvé un moyen de donner un coup de main la nuit, en poussant le ballon avec l’extérieur de son pied à travers une lacune dans la défense de FIFA World XI pour se heurter et se retrouver d’une manière qui deviendrait familière aux fans. du club avec lequel il vient de signer, Arsenal.

La France n’était pas satisfaite, elle a poussé pour un autre but et en a trouvé un. C’était une autre rupture, cette fois du corner FIFA World XI qui a été remis à Zidane. Il était à nouveau le fournisseur, poussant le ballon en avant au-delà de la dernière ligne de défense avant qu’Anelka ne prenne l’avantage.

Bien qu’il ait joué le deuxième violon de Trezeguet cette nuit-là, Anelka a quand même trouvé un moyen de mettre son propre caractère unique sur les actions, mettant Songo’o sur ses fesses avec un délicieux mannequin avant de tirer le ballon dans le filet pour porter le score à 5-0.

READ  Un cycliste de Maple Ridge se rend en France pour les championnats du monde de cyclisme sur piste - Maple Ridge News

Il était encore temps pour un dernier moment de consolation de Baggio, grâce à une défense désastreuse de Frank Lebov, qui a raté le plus grand nombre de pénalités après avoir tenté d’affronter le rugby tunisien Zubeir Baya dans sa surface.

La queue de cheval divine a dûment grimpé, et il a tiré le ballon devant Ulrich Rahm, qui a remplacé Fabian Barthez dans le but en première mi-temps. Bien qu’il ne le sache pas à l’époque, la cible s’avérera effectivement être sa dernière sur la scène internationale. Bien que le déménagement à Brescia ait valu à Baggio un temps de jeu régulier et un statut de culte au club, il n’y aura pas de convocation pour l’Italie.

De même, pour la France, cette représentation solennelle qui a tant mis en valeur que cette génération des Bleus avait tant de joie à être vue serait l’une des dernières.

Bien que l’équipe de Roger Lemerre ait remporté la Coupe des Confédérations un an plus tard, la Coupe du monde 2002 verrait la France entrer dans l’histoire pour toutes les mauvaises raisons en tant que premier détenteur de la coupe à sortir sans but.

Zidane et Trezeguet étaient encore plus tristes lors de la Coupe du monde 2006, le premier expulsé en finale et le second coupable d’avoir raté le penalty décisif.

A l’époque, cette nuit à Marseille semblait être le début de quelque chose de beau, mais en fait c’était déjà le début de la fin. Quoi qu’il en soit, elle reste une note de bas de page injustement oubliée dans une époque glorieuse du football français.

par Jack Beresford


Plus de Planet Football

Zinedine Zidane et la première touche sacrée qui l’a séparé des autres

Pouvez-vous nommer la formation de départ de la France de leur victoire finale de l’Euro 2000 contre l’Italie ?

Le dernier au revoir : quand David Trezeguet a sauvé River Plate à l’âge de 33 ans

Pourquoi Gigi Buffon, et non Marco Materazzi, est-il responsable du carton rouge de Zizou contre l’Italie

Astor Abel

"Ninja de bière certifié. Aficionado maléfique de la culture pop. Evangéliste de la télévision."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer