Top News

Pourquoi les livres peuvent aider à vider les prisons françaises

Au plus profond de la vaste prison de La Santé à Paris, l’étudiante en droit Morgan discute du roman classique « Dehors » d’Albert Camus avec un détenu.

Adama trouve une partie de la langue difficile, mais dit que la lecture est une « bouée de sauvetage ».

« Cela me permet de m’évader et de penser à autre chose. J’imagine des scènes dans ma tête. C’est comme si je dirigeais une émission de télévision », explique-t-il à l’AFP.

Morgane est bénévole pour l’association « Lire Pour Sortir », qui considère la lecture comme plus qu’une forme métaphorique d’évasion.

Il préconise la lecture comme moyen de faire face aux prisons françaises surpeuplées, qui sont actuellement en surcapacité de 20 %.

Le manque de vocabulaire est « le facteur déterminant numéro un des inégalités sociales », a déclaré l’avocat Alexandre Duval-Stalla, qui a fondé l’association en 2015.

« Plus vous avez de mots, plus vous avez de chances de trouver un emploi, de vous donner vie », dit-il à l’AFP.

Non seulement un bon vocabulaire aide-t-il à parler aux juges, a-t-il dit, mais cela peut également prévenir les crimes en premier lieu.

« Toute cette agressivité et cette impulsivité que nous trouvons chez les criminels proviennent de notre incapacité à nous exprimer. »

– analphabétisme –

Le choix de camouflage d’Adama est approprié. La mère de l’écrivain franco-algérien était illettrée et son vocabulaire ne dépassait pas 400 mots. Il était une barrière entre eux, malgré son dévouement de toute une vie.

The Outsider raconte l’histoire d’un jeune homme qui se retrouve en prison et risque la peine de mort.

Selon les chiffres du gouvernement, près d’un quart des 72 173 prisonniers français étaient analphabètes.

Les prisons françaises sont tenues d’avoir des bibliothèques, mais pas de bibliothécaires : elles encouragent la lecture, aident les détenus et organisent des programmes culturels.

La pression monte. Une nouvelle loi, en vigueur depuis janvier, a supprimé les réductions automatiques de peine pour bonne conduite – les détenus doivent désormais prouver qu’ils ont participé à un programme culturel ou de travail.

Mais un manque de ressources signifie que beaucoup sont incapables d’accéder aux logiciels nécessaires.

Lire Pour Sortir veut aider à combler le fossé et doublera son réseau de bénévoles à 500 d’ici 2024. Mais d’ici là, il ne sera encore présent que dans 50 des 187 prisons de France.

– Point de vue –

Duval-Stalla a déclaré que les livres aident à faire le travail que les psychologues sont censés faire si les ressources existent.

« Les criminels se mettent rarement à la place de quelqu’un d’autre. Les livres leur permettent de vivre les histoires des autres, et c’est très important. Les mots vous donnent une perspective et des outils pour réfléchir », a-t-il déclaré.

La Santé, récemment rénovée, pourrait en être un exemple.

Lire Pour Sortir gère sa propre bibliothèque et emploie un bibliothécaire professionnel. Propre et bien rangé, avec des affiches au mur et un air de calme – cela pourrait être une petite bibliothèque de village, si ce n’étaient les barreaux aux fenêtres et les gardes à la porte.

Mais avec seulement vingt invités autorisés à la fois, la liste d’attente est longue. « Nous sommes victimes de notre propre succès », a déclaré le bibliothécaire Jean-Baptiste Devoiseau.

« Nous savons ce qui empêche les gens d’aller en prison – un travail, un logement, une famille », a déclaré Duvall-Stalla. « Mais aussi la capacité de s’exprimer et de se comprendre – et cela prend des mots. »

adm-er/fg

READ  24 écoles françaises dans le nouveau QS Sustainability Ranking

Astor Abel

"Ninja de bière certifié. Aficionado maléfique de la culture pop. Evangéliste de la télévision."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer