Top News

La France dépasse l’Allemagne et les Pays-Bas pour accueillir l’usine de batteries ProLogium

Macron, qui a personnellement rencontré le PDG de ProLogium, Vincent Yang, au début du processus d’audit, devait annoncer officiellement vendredi l’investissement de 5,2 milliards d’euros (5,7 milliards de dollars) à Dunkerque.

Gilles Normand, vice-président exécutif de ProLogium, a déclaré qu’après que Macron, un ancien banquier d’investissement, ait présenté Yang il y a plus d’un an, le ministre des Finances Bruno Le Maire a suivi et aidé à défendre le dossier de l’entreprise auprès de la Commission européenne sur les incitations fiscales de l’UE.

« On s’est rendu compte qu’il pouvait y avoir des possibilités intéressantes, qui étaient peut-être un peu différentes des clichés sur la France », a déclaré Norman à un petit groupe de journalistes.

Le moment de l’investissement est bon pour Macron, qui tente de tourner la page de mois de grèves et de protestations contre son projet de porter l’âge de la retraite à 64 ans, et de montrer aux électeurs sceptiques que ses efforts pro-entreprises portent leurs fruits.

ProLogium s’attend à ce que le projet crée 3 000 emplois directs et quatre fois plus d’emplois indirects, une aubaine dans une région où l’extrême droite et l’extrême gauche obtiennent des scores élevés après des années de déclin industriel.

Normand a déclaré que l’émergence d’une grappe industrielle autour des trois usines de batteries déjà en activité était une attraction en soi, fournissant une masse critique de fournisseurs de matériaux et de travailleurs qualifiés.

Joue également en faveur de la France une électricité décarbonée à un prix compétitif, produite par l’un des plus grands parcs nucléaires mondiaux mais aussi de plus en plus par des parcs éoliens et solaires offshore.

READ  Baromètre All Blacks : Qui est l'équipe de 33 joueurs avant la Coupe du monde en France ?

Normand a ajouté que le gouvernement avait adouci l’accord avec un plan de relance mais n’a pas pu donner de détails alors que de nouvelles subventions sont en cours d’examen par la Commission européenne.

Le gouvernement Macron souhaite profiter du récent assouplissement des règles de l’UE en matière d’aides d’État pour introduire de nouveaux allégements fiscaux et d’autres subventions afin d’encourager les investissements dans les technologies vertes.

Jeudi, il a annoncé que le gouvernement accorderait un nouveau crédit d’impôt pouvant atteindre 40% des investissements en capital de l’entreprise dans des projets éoliens, solaires, de pompes à chaleur et de batteries.

Pendant ce temps, le gouvernement espère également stimuler la demande des consommateurs pour les véhicules électriques fabriqués en Europe en adaptant une incitation en espèces de 5 000 € pour les véhicules qui nécessitent des normes à faible émission de carbone dans leur production, excluant ainsi les voitures non européennes.

Astor Abel

"Ninja de bière certifié. Aficionado maléfique de la culture pop. Evangéliste de la télévision."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer