Tech

« Nous avons des droits » : les agents de santé français indignés par la commande de vaccin contre le COVID

Un agent de santé administre une dose du vaccin “Comirnaty” Pfizer BioNTech COVID-19 au Parc des Expositions d’Angers dans le cadre de la campagne de vaccination contre le coronavirus (COVID-19), le 13 avril 2021. REUTERS/Stephane Mahe

Sandra Barona, une employée d’une maison de soins infirmiers, est si fermement opposée à recevoir une injection de COVID-19 qu’elle a déclaré qu’elle pourrait quitter son emploi après que le président français Emmanuel Macron a ordonné à tous les agents de santé de se faire vacciner, Écrit Caroline Baileys.

Barona, qui s’occupe de personnes âgées dans une maison de retraite au sud-ouest de Paris, a exprimé peu de foi dans les vaccins qui, selon elle, ont été développés si rapidement, même si les régulateurs du monde entier ont déclaré à plusieurs reprises que la vitesse ne compromettrait pas la sécurité, mais a déclaré qu’elle en voulait particulièrement la Violation de ses libertés individuelles.

“Nous avons des droits en France. Nous vivons dans un pays qui croit à la liberté et à l’égalité”, a-t-elle déclaré, faisant référence à deux des principes fondateurs de la République française.

Barona a déclaré que Macron faisait la distinction entre les vaccinateurs et les non-vaccinateurs – un problème qui, selon certains opposants à Macron, pourrait poser des problèmes juridiques aux plans du président.

Considérant qu’un vaccin est le seul moyen de mener une vie normale, Macron a déclaré que la vaccination est une question de responsabilité individuelle mais aussi une question de liberté collective car la variable delta stimule la propagation rapide de nouvelles infections.

READ  La société franco-néerlandaise de vélos électriques Dott a levé 85 millions de dollars alors qu'elle prévoit d'introduire des scooters électriques

Il a déclaré que face à un nouveau type hautement infectieux et à une forte baisse du taux de vaccination Nécessaire pour contraindre les agents de santé Pour avoir un aperçu de COVID-19 et motiver le public à suivre.

Les agents de santé seront dépistés pour la vaccination à partir de la mi-septembre, ceux qui n’ont pas été vaccinés contre le COVID-19 ne seront pas autorisés à travailler et leurs salaires seront suspendus.

“Je suis prête à arrêter et à choisir une autre voie au lieu de me faire vacciner”, a déclaré Barona, 45 ans, bien qu’elle ait admis qu’elle pourrait choisir de recevoir un vaccin COVID-19 si cela devenait le seul moyen de voir sa famille à l’extérieur.

L’ordre de vaccination a été un tournant pour un président qui a tweeté en décembre : “Je l’ai déjà dit et je vais me répéter : la vaccination ne sera pas obligatoire. Nous sommes le pays des Lumières et (Louis) Pasteur.”

Mais dans un pays où le sentiment anti-vaccin augmente depuis des années, les données officielles montrent une baisse plus faible que prévu parmi les agents de santé dont le travail les met en contact étroit avec les personnes âgées et vulnérables.

Seuls 45 % des travailleurs des maisons de repos et des établissements de soins de longue durée ont reçu deux doses, selon la Santé publique française.

En mars, les experts à la tête du lancement du vaccin ont déclaré qu’environ la moitié des agents de santé dans les maisons de soins en France Vous ne voulez pas vous faire vacciner ?. Les syndicats ont déclaré que l’une des raisons était que ceux qui ont recommandé le vaccin – l’État français – étaient les travailleurs pris en charge par des personnes qui étaient blâmées pour leurs bas salaires et leurs conditions de travail difficiles.

READ  « Deathloop » a une réception « mixte » sur PC avec des rapports de bégaiement

L’infirmière Martin Martin a déclaré qu’elle avait jusqu’à présent refusé le vaccin COVID-19 car des problèmes de santé sous-jacents signifient qu’elle a souvent mal réagi, même aux vaccins contre la grippe. Mais, a-t-elle dit, face à la perte de son emploi, elle serait vaccinée.

“Ils m’obligent à le faire mais je pourrais subir de graves conséquences pour ma santé”, a-t-elle déclaré. “L’État s’en moque.”

Les responsables du ministère de la Santé n’étaient pas immédiatement disponibles pour commenter lorsqu’on leur a demandé s’il y avait des exceptions pour les personnes ayant des problèmes de santé sous-jacents.

De nombreux proches craignent pour les membres âgés de leur famille si le personnel de la maison de retraite n’est pas vacciné. Joanna Cohen-Konuna a dit que c’est Se préparer à poursuivre le gouvernement français Pour ne pas avoir rendu la vaccination obligatoire pour les agents de santé il y a des mois après avoir déclaré que son père avait contracté le COVID-19 à l’hôpital et était décédé à l’âge de 76 ans.

Cunégonde Lestrange

"Gourou de Twitter. Écrivain en herbe. Fauteur de troubles typique. Entrepreneur. Étudiant hipster."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer