Tech

Naviguer incroyablement vite, mais le changement est encore lent

la navigation

Dans le monde frustrant des sensations fortes, les femmes doivent sauter à chaque occasion sur l’eau, écrit le marin kiwi Leif Mackay, pour s’assurer que les marins professionnels continuent de naviguer dans la bonne direction.

C’est une expérience difficile à décrire avec des mots. C’est comme entrer dans un monde complètement différent; Rythme élevé exaltant. Je ne peux pas en avoir assez.

Le F50 possède certaines des dernières technologies dans le sport et SailGP est le genre de navigation qui, une fois que vous avez mis votre casque, vous devez le faire fonctionner à chaque fois. Vous savez que les enjeux sont élevés.

L’adrénaline continue de monter tant que vous courez. Vous avez une grande confiance l’un dans l’autre en tant qu’équipe – et dans tous les autres marins présents sur le parcours. Les choses peuvent mal tourner rapidement dans ces machines à frustration, et le niveau de confiance dont vous avez besoin envers ceux qui vous entourent devrait être élevé. Et c’est ce qui vous relie vraiment en tant qu’équipe.

Les vitesses auxquelles vous voyagez sont phénoménales et les forces de gravité sont si fortes – il y a des moments où vous essayez de courir à travers le bateau, et il ne bouge en fait nulle part. D’autres fois, vous collectez des bleus qui sont cognés d’une coque à l’autre.

Vous en apprenez beaucoup sur vous-même sur la F50 ; Plus que je n’ai jamais connu sur un bateau auparavant. Vous êtes mis dans ces situations vraiment intenses et vous savez comment réagir sous pression. elle est fantastique.

Vous pouvez également vous retrouver dans de jolies situations horripilantes. Courant à San Francisco avec le New Zealand SailGP, nous avons presque atteint le sommet du bateau français.

Vous avez traversé une onde de choc à l’époque, mais vous devez continuer à naviguer. Vous ne réaliserez pas que vous êtes sur le point de blesser gravement les gens tant que vous n’aurez pas regardé les images de la course par la suite. C’est tellement fou.

Tout le monde apprend d’une situation comme celle-ci, mais en même temps, cela confirme que vous courez dans l’environnement de navigation le plus extrême en ce moment. C’est ce qui le rend si excitant et c’est pour cela que nous nous entraînons tous.

C’est ma deuxième saison SailGP, et j’ai l’impression d’avoir parcouru un long chemin dans la compréhension du niveau que je dois atteindre, pour la course 50.

READ  Le Premier ministre Narendra Modi passe en revue les projets de phares à travers le pays

La course de ces bateaux est incroyablement cool. La technologie derrière eux est incroyable. Même ce qu’il faut pour mettre le bateau à l’eau est à un autre niveau.

Cela a établi une toute nouvelle norme pour ce que je veux faire dans la voile. J’aime tout à ce sujet.

J’ai la chance d’être en mesure d’apprendre – et d’apprendre de certains des meilleurs marins du monde. Peter Berling, Blair Talk et le reste de l’équipe de Nouvelle-Zélande sont vraiment enthousiastes à l’idée de m’avoir avec les autres femmes à bord, et de nous apprendre autant que possible – vous donnant beaucoup d’espace pour apprendre et poser des questions, mais aussi vous retenir. grand respect. Ils vous donnent autant de place que possible pour faire des erreurs et en tirer des leçons.

C’est l’une des choses les plus difficiles dans cet environnement – c’est tellement intense et vous avez des délais si courts lorsque vous êtes avec l’équipe pour vous entraîner sur le bateau. Il est donc très difficile de faire des erreurs parce que vous n’avez pas le temps pour cela.

Mais les gars de notre équipe sont vraiment stimulants et ils nous ont laissé faire une erreur – mais ne le faites pas deux fois. Et j’ai vraiment appris de ça.

Le changement est en train de se produire et l’écart entre la voile masculine et féminine se réduit progressivement, même au cours de la deuxième saison seulement du programme de piste féminin de SailGP. Avoir une femme à bord pour chaque bateau dans la série de neuf équipes fait partie de la stratégie de l’événement pour promouvoir l’inclusion, inspirer le changement et offrir de meilleures opportunités à tous les niveaux de la voile.

Erica Dawson et moi m’ont donné une opportunité sans précédent de naviguer parmi ces chats ultra-rapides et d’apprendre des meilleurs. Maintenant, Jo Aleh rejoint l’équipe lors du Grand Prix de Grande-Bretagne de ce week-end à Plymouth.

Liv Mackay (détenteur de la Coupe Juan Sebastián de Elcano) aux côtés d’Erica Dawson dans l’équipe NZ SailGP. Photo: Sail GP

Je ne sais pas encore à quoi ressemble l’égalité totale des sexes dans le sport, et je ne pense pas que beaucoup de gens le sachent. Cependant, je crois fermement que nous allons dans la bonne direction.

Il y a beaucoup de femmes qualifiées et travailleuses qui méritent de montrer qu’elles sont au sommet du sport et cela se verra.

READ  Les entreprises écossaises et françaises s'associent pour accélérer les marées

La véritable égalité signifie-t-elle une navigation mixte ou une séparation claire entre hommes et femmes ? Je ne suis pas sûr. J’aime vraiment naviguer avec les deux sexes. L’inégalité au sein des équipes SailGP vient avec notre niveau d’expérience, car ils sont très différents des gars. Mais mon expérience de travail avec Pete, Blair et les gars n’a été que positive – ils me respectent, m’éduquent et apprécient également mon opinion. Nous devons juste donner à ces opportunités de les jeter dans le grand bain.

C’était aussi formidable de rencontrer d’autres femmes qui partagent les mêmes valeurs et la même vision. Nous voulons être les meilleurs au monde, nous voulons naviguer sur ces bateaux et nous voulons avoir les mêmes opportunités que les marins masculins.

Toutes les femmes à bord du F50 jouent au sixième tour, appelé stratège ou co-assistant. Nous avons décidé dans notre équipe que les femmes devraient diriger le bateau hors des manœuvres, ainsi que prendre le rôle de communicantes.

Alors je croise le bateau avec Blair avant chaque manœuvre, et quand le bateau sort, je tiens le gouvernail pendant que Pete court de l’autre côté.

C’est super d’avoir du temps à la barre, et c’est un excellent moyen de comprendre comment le bateau se sent. Certes, mon objectif est d’être un canular un jour.

Dans le rôle de la sixième personne, Liv Mackay aide à l’orientation et est responsable des communications pendant la course. Photo: Sail GP

L’autre grande partie de mon rôle à bord est la communication. C’est une question de langage, comment nous contribuons sur le bateau avec ce que nous disons. Évidemment, cette communication doit être claire, calme et concise, car un seul d’entre nous peut parler à la fois et les choses vont vite.

Mon travail consiste à brosser un tableau de tout ce qui se passe dans notre environnement. Avec les positions du bateau sur le bateau, j’essaie de brosser un tableau de ce que fait le reste de la flotte. C’est un rôle en constante évolution.

Une autre partie de mon travail, que je ne fais pas très souvent, est le meulage. Quand le vent devient fort, on sort deux hommes du bateau, et la femelle devient un moulin. Je ne me sens vraiment pas exercé sur les poignées, mais c’est un grand défi et j’apprécie le côté physique.

A la première arrivée, je regarde autour de moi et tout le monde l’envoie, pousse le bateau jusqu’au bord de sa limite, et vous pensez, ‘Ce n’est pas vrai.’ Ces premières minutes de course ont été vraiment intenses et vous poussiez le bateau à la limite – cela peut être très rapide, mais c’est tellement amusant. Rejoindre le club des 50 nœuds a définitivement été un moment fort.

READ  Lenovo Tab M10 5G inopinée apparaît en ligne

C’est formidable que Pete et Blair aient mis en place Live Ocean Racing, un engagement pour aider à accélérer le chemin des navigatrices vers des événements comme le SailGP et l’America’s Cup – surtout maintenant qu’il y aura une course féminine à la Women’s America’s Cup à Barcelone.

J’ai adoré piloter l’ETF26, un catamaran performant qui faisait naviguer trois à quatre personnes. Le circuit est vraiment compétitif et c’est une excellente occasion de vivre une expérience frustrante à grande vitesse pour des femmes Kiwi incroyables. Nous avons déjà participé à quatre épreuves cette année et le rythme d’apprentissage a été phénoménal. Nous avons jusqu’à présent neuf femmes kiwis dans l’équipe et espérons en attirer davantage.

Liv Mackay aide à faire naviguer le F50 pendant une journée. Photo: Sail GP

L’impact positif de l’annonce de l’ETF, du SailGP et de l’America’s Cup sur les navigatrices néo-zélandaises est vraiment remarquable. En parlant à certaines des jeunes femmes à la maison, elles sont plus motivées pour se préparer à la vitesse et peuvent déjà commencer à voir un objectif concevable dans la voile. Ne pas pouvoir voir autant de modèles féminins dans le sport est difficile et c’est quelque chose avec lequel j’ai lutté, alors j’espère que cela changera.

C’est un beau projet, et ce n’est que le début. Je veux vraiment aider à bâtir une équipe solide et j’espère inspirer plus de femmes dans ce sport, en particulier du côté de la haute performance. Ce sera vraiment excitant de voir SailGP à Christchurch en mars prochain.

Le changement se produit pour les femmes dans la voile, de la haute performance au niveau local. C’est difficile parce que vous voulez que cela se produise rapidement et cela semble définitivement lent. Tant qu’il y aura des femmes qui naviguent sur des puces et qui poussent – via Moth Sailing, ETF, SailGP et la Coupe de l’America – le changement viendra.

* La couverture du Grand Prix de voile de Grande-Bretagne à Plymouth sera diffusée sur Sky Sport 1 dimanche et lundi à 1h du matin.

Cunégonde Lestrange

"Gourou de Twitter. Écrivain en herbe. Fauteur de troubles typique. Entrepreneur. Étudiant hipster."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer