sport

Naomi Osaka révèle son âme “fragile”

La Japonaise Naomi Osaka veut faire plus pour protéger la santé mentale des joueurs de tennis.

Andy Brownbell/AFP

La Japonaise Naomi Osaka veut faire plus pour protéger la santé mentale des joueurs de tennis.

Naomi Osaka a déclaré que l’ancienne première dame Michelle Obama et les stars du sport Novak Djokovic, Michael Phelps et Stephen Curry faisaient partie de ceux qui ont tendu la main pour offrir leur soutien après son retrait de Roland-Garros pour faire une pause pour sa santé mentale.

Dans un article dans la langue de temps Le numéro olympique du magazine, mis en vente vendredi, Osaka – quadruple championne du Grand Chelem et ancienne athlète numéro un – a écrit qu’elle espère « que nous pourrons prendre des mesures pour protéger les athlètes, en particulier les athlètes vulnérables », et suggère qu’ils le devraient. Parfois, les obligations des médias restent impunies.

“Il peut y avoir des moments pour chacun d’entre nous à gérer des problèmes dans les coulisses”, a déclaré Osaka, 23 ans. « Nous tous, en tant qu’êtres humains, traversons quelque chose à un certain niveau. »

Elle a déclaré avant l’Open de France qu’elle ne parlerait pas aux médias pendant ce tournoi, affirmant que ces interactions étaient parfois inconfortables et augmenteraient ses soupçons sur le terrain.

Lire la suite:
Des parieurs mécontents ont-ils poussé Naomi Osaka à se retirer de Roland-Garros ?
* Osaka méritait mieux qu’une critique lente et vive
* Les organisateurs de Roland-Garros sont “désolés et tristes” pour Naomi Osaka après son retrait du tournoi

Après sa victoire au premier tour à Paris, Osaka a été condamnée à une amende de 21 000 $ pour avoir manqué la conférence de presse obligatoire et menacée par quatre tournois du Grand Chelem d’une possible disqualification ou suspension si elle continuait à éviter les médias.

READ  Mbappe mène le Paris Saint-Germain à la victoire sur Marseille, mais Lille mène la France

Osaka s’est ensuite retirée de ce tournoi, affirmant qu’elle souffrait d’anxiété avant les conférences de presse et qu’elle avait souffert de crises de dépression ces dernières années.

La star du tennis en difficulté Naomi Osaka veut que les gens la connaissent "Ce n'est pas grave de ne pas être bien".

Cliff Brunskill / Getty Images

La star du tennis en difficulté Naomi Osaka veut que les gens sachent “ce n’est pas grave de ne pas aller bien”.

“Croyez-le ou non, je suis naturellement introvertie et je n’attire pas les projecteurs”, a-t-elle écrit pour le magazine Time. “J’essaie toujours de me pousser à parler de ce que je pense être juste, mais cela se fait souvent au prix d’une grande anxiété.”

Elle n’a plus joué depuis le match contre Paris, qui aura également lieu à Wimbledon, qui se termine lundi (NZT).

Elle reviendra pour participer aux Jeux olympiques de Tokyo, qui s’ouvriront le 23 juillet, où elle représentera son Japon natal.

“Il est devenu clair pour moi que littéralement tout le monde a des problèmes de santé mentale ou connaît quelqu’un qui a des problèmes de santé mentale”, a écrit Osaka dans son article, ajoutant plus tard: “J’espère que les gens peuvent communiquer et comprendre qu’il est normal de ne pas être bien, c’est d’accord pour en parler.

Au sujet des conférences de presse, Osaka a déclaré qu’elle pensait que “le format lui-même est ancien et a désespérément besoin d’être mis à jour”.

Elle a également suggéré de donner aux joueurs de tennis “quelques jours de maladie par an, où vous êtes libéré de vos obligations journalistiques sans avoir à révéler vos raisons personnelles. Je pense que cela permettra d’aligner le sport sur le reste de la société”.

“Dans mon cas, j’ai ressenti beaucoup de pression pour sortir mes symptômes – honnêtement parce que la presse et le tournoi ne m’ont pas cru.

“Je ne veux pas non plus revenir dans un examen minutieux de mes antécédents médicaux personnels. Je demande donc à la presse un certain niveau d’intimité et de sympathie la prochaine fois que nous nous rencontrerons.”

Delphine Perrault

"Solutionneur de problèmes extrêmes. Chercheur avide de bacon. Écrivain maléfique. Geek du Web. Défenseur des zombies depuis toujours."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer