World

mise à jour sur la situation en Europe

Avec la mise en place de couvre-feux dans certains départements français et les régions italiennes, les reconfigurations du Pays de Galles, de l’Irlande et des villes portugaises, l’Europe ferme encore plus vendredi face à la deuxième vague de Covid-19.

La situation est «grave» en Europe, nouvel épicentre de la pandémie de Covid-19. Point sur les mesures annoncées dans chaque pays au 23 octobre:

En Italie, la région du Latium, où se trouve Rome, devient la troisième du pays à instaurer un couvre-feu, du vendredi soir (23h à 5h) pour une période de 30 jours. Une mesure similaire est introduite dans la région de Naples, en Campanie. Ces deux territoires rejoignent ainsi la Lombardie, déjà gravement touchée au printemps, où un couvre-feu du même type est déjà en vigueur depuis jeudi.

La Campanie, avec un système de santé moins efficace que la Lombardie, est dans une position plus difficile.

Le Pays de Galles a choisi un confinement pour une période de deux semaines à partir de vendredi, la mesure la plus dure introduite dans le pays depuis la première vague de Covid-19 au printemps. A partir de 18 heures, les plus de trois millions d’habitants de la province britannique seront invités à «rester chez eux», a expliqué le Premier ministre gallois Mark Drakeford, ajoutant que la durée de ce «pare-feu» est la plus courte qui puisse être mise en place pour être efficace. .

Les entreprises non essentielles devront fermer, conduisant à une situation comparable au lock-out instauré au Royaume-Uni à partir du 23 mars lors de la première vague.

En Irlande, pour espérer «fêter correctement Noël», selon le Premier ministre Micheal Martin, depuis minuit mercredi: toute la population est recentrée pendant six semaines, les magasins non indispensables fermés, mais les écoles resteront ouvertes.

Dublin, la capitale irlandaise, avait pris l’apparence d’une ville fantôme jeudi. «C’est un peu étrange et émouvant», confie Sunniva O’Flynn, une femme de 57 ans, dans une rue presque déserte. “Il y a encore ce genre de nuage de tristesse, ce sentiment que la ville est abandonnée.”

Dans toute l’Angleterre, les réunions de plus de six personnes sont interdites et les pubs et restaurants doivent fermer à 22 heures.

READ  Joe Biden entame le processus de transition sans attendre que Donald Trump admette sa défaite

Le gouvernement du Premier ministre britannique Boris Johnson cherche à éviter le verrouillage général, mais aujourd’hui, environ la moitié de la population, soit quelque 29 millions de personnes, vit sous des restrictions locales à un niveau ou à un autre.

La ville de Manchester est passée vendredi matin au niveau d’alerte sanitaire maximum, après plusieurs jours de bras de fer infructueux entre le gouvernement et les communautés locales sur les contreparties économiques. Ses 2,8 millions d’habitants ne peuvent plus se réunir entre les différents foyers, à de très rares exceptions près, et les bars et pubs qui ne servent pas de nourriture ont fermé, la ville est désormais classée par les autorités au niveau «très élevé», le dernier échelon d’un système d’alerte qui en a trois.

La région du South Yorkshire subira le même sort du jour au lendemain de vendredi à samedi, portant à 7,3 millions le nombre de Britanniques soumis au plus haut niveau de restrictions.

En Ecosse, la Première ministre Nicola Sturgeon doit annoncer vendredi un système d’alerte similaire à celui de ses voisins anglais, qui comprendra cinq niveaux.

Jeudi, l’un des responsables des services de santé avait prévenu que les Écossais devaient déjà se préparer à l’éventualité d’un «Noël numérique». Interrogé sur la BBC, Jason Leitch a déclaré qu’il était “honnêtement trop tôt pour dire” combien de ménages seraient autorisés à se réunir pour les vacances, mais que ce ne serait en aucun cas un “Noël normal”.

Le parfum du confinement printanier flotte également sur le Portugal, où trois communes du nord du pays, soit 150 000 habitants, se reconfigurent vendredi. Dans ces villes, y compris à Paços de Ferreira, ils ne pourront quitter leur domicile que pour aller travailler, aller à l’école, faire du shopping ou acheter des médicaments. Le télétravail, si possible, deviendra obligatoire et les entreprises devront fermer à 22 h

Dans le même temps, le parlement portugais votera sur le caractère obligatoire du port du masque dans la rue.

La situation continue de s’aggraver en Espagne (34 366 morts), qui est devenue le premier pays de l’UE, et le sixième au monde, à dépasser le million de cas de coronavirus. Les autorités espagnoles ont imposé d’urgence de nouvelles restrictions, avec la fermeture partielle d’une douzaine de nouvelles villes, dont Saragosse, et de certaines régions.

READ  Le coût économique de la pollution de l'air estimé à 3,5 milliards d'euros par an à Paris

>> Lire aussi: Navarre partiellement bouclée

Ce vendredi, les autorités régionales de Madrid ont annoncé vendredi l’interdiction des réunions de samedi entre minuit et 6 heures du matin. L’objectif de la région autonome de Madrid est d’imposer une “réduction drastique de l’activité sociale”, a déclaré le chef de la santé au gouvernement régional de Madrid, Enrique Ruiz Escudero. Les bars et restaurants devront fermer à minuit et ne pourront plus accepter de clients après 23 h

La Belgique a opté pour un couvre-feu nocturne et la fermeture des cafés et restaurants pendant un mois, les autorités évoquant une situation “bien pire” qu’au printemps.

La ministre des Affaires étrangères Sophie Wilmès est en réanimation.

Saluée pour sa bonne gestion de la première vague épidémique du printemps, l’Allemagne (près de 9 900 morts) a enregistré près de 11 300 nouveaux cas en 24 heures, un record. «La situation est devenue très grave dans l’ensemble», a déclaré jeudi Lothar Wieler, président de l’Institut Robert Koch de surveillance de la santé publique (RKI), alors que le ministre de la Santé Jens Spahn est infecté.

Les autorités ont émis des interdictions de rassemblement, un canton alpin du sud est quasiment confiné et le masque obligatoire dans certaines rues de Berlin.

Les deux principales villes de Grèce, Athènes et Thessalonique, seront également soumises à un couvre-feu nocturne à partir de samedi.

La situation s’aggrave également en Europe de l’Est puisque depuis jeudi soir, en République tchèque, où la situation est la pire d’Europe en ce qui concerne le nombre de nouveaux cas et de décès pour 100000 habitants sur les deux dernières semaines, un confinement partiel est en vigueur, jusqu’à 3 novembre.

En Slovaquie voisine, face à la reprise de l’épidémie, le Premier ministre a annoncé jeudi la mise en place d’un couvre-feu partiel de 1 à 5 heures du matin à partir de samedi. Pendant la journée, les déplacements seront limités à certains cas particuliers.

A partir de samedi en Slovénie, les centres commerciaux, restaurants et hôtels en particulier seront fermés et seul un tiers des transports publics fonctionnera.

READ  comment les minorités sont découragées de voter

Pays le plus pauvre de l’UE, la Bulgarie a décidé jeudi de rendre le masque obligatoire dans les espaces extérieurs très fréquentés. Le ministre de la Santé, Kostadin Anguelov, s’est alarmé de la situation du personnel médical: “Ils sont tous fatigués, une grande partie d’entre eux sont contaminés, malades, certains sont aux soins intensifs. Nous avons besoin d’aide”.

Les chiffres continuent d’augmenter en France, où plus de 41 600 cas ont été diagnostiqués en 24 heures, soit 15 000 de plus que la veille et un nouveau record. Face à cette explosion de cas, le gouvernement a prolongé jeudi le couvre-feu nocturne (de 21 heures à 6 heures du matin), qui touchera à partir de minuit vendredi soir 46 millions de personnes, soit les deux tiers de la population, pendant six semaines. Le département des Pyrénées-Atlantiques est concerné.

  • Carte de voyage européenne

L’Italie et l’Autriche ont rejoint les très nombreux pays de l’UE répertoriés en rouge dans la version mise à jour de jeudi de la nouvelle carte des recommandations de voyage en Europe. La carte, produite par le Centre européen de contrôle et de prévention des maladies (ECDC), regroupe les 27 pays de l’Union européenne, le Royaume-Uni et des membres de l’Espace économique européen comme la Norvège et l’Islande, soit une trentaine de nations au total.

Décidée par l’Union européenne début octobre, la carte vise à mieux harmoniser les recommandations. Mis à jour tous les jeudis, il combine deux critères principaux pour classer les pays: le taux de nouveaux cas pour 100 000 habitants sur les 14 derniers jours, et le taux de tests positifs, selon qu’il est supérieur ou inférieur à 4%.

Sud ouest

La pandémie a tué au moins 1,13 million de personnes dans le monde depuis fin décembre, selon un rapport établi jeudi par l’AFP à partir de sources officielles. Les États-Unis sont le pays le plus endeuillé avec 222 220 morts, suivis du Brésil (155 900 morts), de l’Inde (116 616), du Mexique (87 415) et du Royaume-Uni (44 158).

Benoit Béringer

"Avocat général des médias sociaux. Féru de zombies. Geek de la télévision. Penseur. Entrepreneur. Accro à l'alcool."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer