Top News

Manifestations en France après que Macron ait poussé à relever l’âge de la retraite, en contournant le Parlement

Des manifestants brûlent des ordures après une manifestation près de la place de la Concorde à Paris. photo/AP

Des manifestants en colère sont descendus dans les rues de Paris, essayant de faire pression sur les législateurs pour faire tomber le gouvernement du président français Emmanuel Macron et éradiquer une augmentation impopulaire de l’âge de la retraite qu’il tente d’imposer sans vote à l’Assemblée nationale.

Un jour après que le Premier ministre Elizabeth Bourne a invoqué un pouvoir constitutionnel spécial pour éviter un vote dans la chaotique chambre basse, les législateurs de droite et de gauche ont introduit des motions de censure qui devraient être votées au début de la semaine prochaine.

Des foules se sont rassemblées tout au long de la journée de vendredi, arrêtant les voitures le long du périphérique parisien et bloquant les campus universitaires. Les travailleurs de l’assainissement ont prolongé leur grève de 12 jours, laissant des tas d’ordures puantes dans la capitale et bloquant le plus grand site de crémation d’Europe.

Les dirigeants de l’influent syndicat de gauche CGT ont appelé les gens à quitter les écoles, les usines, les raffineries et autres lieux de travail pour forcer Macron à abandonner son projet de faire travailler les Français encore deux ans, jusqu’à 64 ans, avant de recevoir une retraite à taux plein.

Macron a pris un risque calculé en ordonnant à Burney d’invoquer un pouvoir constitutionnel spécial qu’elle avait utilisé 10 fois auparavant sans provoquer un tel élan de colère.

Si les votes de défiance échouent, le projet de loi devient loi. Si la majorité est d’accord, le plan de réforme des retraites sera résilié et le gouvernement contraint de démissionner, bien que Macron puisse toujours renommer Bourne pour nommer le nouveau gouvernement.

READ  Offres de Vacances au Portugal: Découvrez les Trésors de la Côte Atlantique

Le ministre français de l’Intérieur, Gérald Darmanin, a déclaré à la radio RTL que 310 personnes avaient été arrêtées dans la nuit, la plupart à Paris, alors que la police utilisait des canons à eau pour évacuer des milliers de personnes de la place de la Concorde. Ensuite, de petits groupes se sont déplacés dans les quartiers élégants du quartier, allumant des feux de rue en cours de route.

Des scènes similaires se sont répétées dans d’autres villes, de Rennes et Nantes dans l’est de la France à Lyon et la ville portuaire méridionale de Marseille, où les vitrines des magasins et des banques ont été brisées.

Certains militants du gilet jaune, qui ont organisé des manifestations massives contre la politique économique de Macron au cours de son premier mandat, se sont joints aux rassemblements et ont appelé à une marche devant le parlement vendredi soir.

Les syndicats organisés par l’opposition ont exhorté les manifestants à rester pacifiques lors de nouvelles grèves et marches dans les jours à venir.

« Nous n’allons pas nous arrêter », a déclaré vendredi le représentant syndical CGT Regis Vesely à l’Associated Press. Inonder les rues de mécontentement et refuser de continuer à travailler, a-t-il dit, était « le seul moyen de les retenir ».

Les travailleurs de plusieurs villes françaises sont descendus dans la rue pour rejeter les changements proposés aux retraites qui retarderaient l'âge de la retraite de janvier.  photo/AP
Les travailleurs de plusieurs villes françaises sont descendus dans la rue pour rejeter les changements proposés aux retraites qui retarderaient l’âge de la retraite de janvier. photo/AP

Macron a fait des modifications proposées aux retraites une priorité majeure de son second mandat, arguant qu’une réforme est nécessaire pour rendre l’économie française plus compétitive et empêcher le système de retraite de tomber en déficit. La France, comme de nombreux pays riches, est confrontée à des taux de natalité plus faibles et à des espérances de vie plus longues.

READ  Vlado Panev et Georgi Ganev ont refusé d'être députés, Atanas Atanasov n'est pas le leader (aperçu)

Les alliés conservateurs de Macron au Sénat ont adopté le projet de loi, mais le comptage effréné des membres de la Chambre des représentants jeudi a montré un léger risque qu’il n’atteigne pas la majorité, alors Macron a décidé d’invoquer l’article 49-3 de la constitution pour contourner le vote.

Faire fonctionner une motion de censure sera difficile – aucune n’a réussi depuis 1962, et la coalition centriste de Macron détient toujours le plus de sièges à l’Assemblée nationale. Une minorité de conservateurs peut s’éloigner de la ligne du GOP, mais il reste à voir s’ils sont prêts à faire tomber le gouvernement Macron. -ap

Astor Abel

"Ninja de bière certifié. Aficionado maléfique de la culture pop. Evangéliste de la télévision."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer