sport

Manifestations du SGFI, étudiants et parents protestent à Delhi contre le retard de visa pour la Normandie World Gymnasium | Plus d’actualités sportives

NEW DELHI : Privés d’argent durement gagné et de fausses promesses de participer à un événement international, des centaines d’écoliers et leurs parents ont passé des moments horribles dans un hôtel de la capitale nationale lorsque leurs visas pour la France ne sont pas arrivés à temps. Participation à la 19ème édition de la ISF World School Gymnasiade en Normandie du 14 au 22 mai.
Environ 140 étudiants et leurs parents ont été escroqués de Rs 2,5 lakh chacun par la School Games Federation of India (SGFI) après avoir attendu avec impatience à l’hôtel Centaur près de l’aéroport international de Delhi, attendant l’arrivée de leurs visas pour que leurs pupilles puissent venir chercher à 2h du matin (samedi tôt le matin) direction la Normandie pour concourir au Gymnase.
Les parents ont protesté et créé une agitation dans le hall de l’hôtel, incitant les autorités à appeler le Station House Officer (SHO) du poste de police IGI. Les étudiants faisaient partie de l’unité indienne de 273 hommes qui devait participer au Gymnasium. Une quarantaine d’étudiants, formateurs, délégués techniques et fonctionnaires étaient déjà partis la veille pour la Normandie depuis Bombay, où la demande de visa a été traitée par le Consulat général de France à Bombay.
Le reste de l’unité devait quitter Delhi à 2 heures du matin en avion depuis IGI. Mais, malgré une attente toute la journée à l’hôtel Centaur, SGFI n’a pas été en mesure de fournir leurs visas aux étudiants participants et aux délégués techniques, ce qui a conduit à de vifs désaccords entre les parents, le personnel de l’hôtel et les responsables de SGFI. Par la suite, le responsable des relations publiques du SGFI (PRO) a été placé en garde à vue par la police de l’IGI, Gaurav Dixit, pour un interrogatoire plus approfondi. Certains des parents ont accompagné l’équipe de police au poste pour déposer une plainte officielle contre le président du SGFI V Ranjith Kumar et le secrétaire Alok Khare pour fraude et escroquerie.
TOI a déclaré en exclusivité dans son édition du 27 avril que le premier organisme sportif scolaire du pays – malgré son exclusion par le ministère des Sports en décembre 2020 – continuait d’utiliser le logo du gouvernement indien ainsi que le logo de la Sports Authority of India ( SAI) sur ses papiers officiels pour tromper des étudiants innocents Leurs parents à travers le pays collectent des millions de roupies comme frais de participation pour participer à la Gymnasiade. 68 équipes sportives scolaires du monde entier participeront à la rencontre.
Le SGFI est suspendu depuis décembre 2020 après que le ministère a déclaré les élections du 29 décembre 2020 tenues dans la ville de Nagapattinam, dans l’État du Tamil Nadu, « nulles et non avenues » pour avoir enfreint les dispositions de la loi sur le sport de 2011. Le SGFI compte actuellement deux factions – l’une dirigée par le président V Ranjith Kumar et le secrétaire Alok Khare qui demande des fonds pour Gymnasiade – et l’autre est dirigé par le président en exercice Asarpal Singh et le secrétaire général Vijay Santan. Le SGFI avait auparavant été disqualifié par le ministère pour des actes répréhensibles présumés dans son travail, notamment pour avoir été tenu responsable de la mort du footballeur prometteur de Delhi, âgé de 15 ans, Nitisha Negi, lors des Jeux scolaires non autorisés du Pacifique à Adélaïde, en Australie, en décembre 2017.
Dans le dernier épisode, SGFI a collecté des fonds auprès des départements des sports et de l’éducation de l’État et de l’UT, et même directement auprès des parents de certains athlètes Gymnasiade, en utilisant des en-têtes portant également le logo du gouvernement indien en tant que SAI. Selon les sources, il a demandé Rs 2,5 lakh chacun pour les étudiants participants qui ont été sélectionnés lors des essais nationaux dans trois lieux différents les 20 et 21 mars.

READ  chapeau Strohecker élève des huskies | Actualités, sports, emplois

Delphine Perrault

"Solutionneur de problèmes extrêmes. Chercheur avide de bacon. Écrivain maléfique. Geek du Web. Défenseur des zombies depuis toujours."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer