Tech

L’Open de France peut enseigner aux employeurs comment lutter contre le cyberharcèlement : un plan en 4 étapes

Les organisateurs de l’Open de France ont adopté une approche unique pour protéger les athlètes de compétition contre la cyberintimidation et le harcèlement – et les mesures qu’ils prennent pourraient enseigner aux employeurs quelques leçons sur la façon de lutter contre la cyberintimidation sur votre lieu de travail. Les athlètes professionnels, comme toute personnalité publique, se retrouvent souvent victimes d’attaques au vitriol en ligne. Pour corriger cela, la Fédération française de tennis a fourni aux athlètes participants une technologie pour examiner et bloquer les commentaires publiés sur leurs réseaux sociaux que le programme considère comme du harcèlement. Bien que le logiciel ne soit qu’un moyen parmi d’autres de lutter contre la cyberintimidation, la stratégie novatrice du tournoi consistant à y faire face de manière proactive devrait servir de signal d’alarme pour votre organisation. Quelles sont les quatre étapes que vous devriez envisager de mettre en œuvre dans votre lieu de travail ?

Tout d’abord : qu’est-ce que le cyberharcèlement ?

Pour protéger leurs employés contre la cyberintimidation, les employeurs doivent d’abord savoir de quoi il s’agit. Bien que les définitions varient, le Cyberbullying Research Center définit la cyberintimidation comme « un préjudice intentionnel et répété qui se produit par l’utilisation d’ordinateurs, de téléphones portables et d’autres appareils électroniques ».

Bien que ses formes soient illimitées, certains exemples courants incluent la publication de contenu préjudiciable ou négatif sur quelqu’un, le lancement d’une campagne négative de dénigrement, l’envoi d’e-mails abusifs ou menaçants à quelqu’un, et le « doxing » (qui implique le partage public d’informations d’identification), et bien plus encore.

La cyberintimidation peut se produire sur des sites de médias sociaux tels que Facebook, Instagram, Snapchat et TikTok, mais elle peut également se produire via des applications de SMS, des messages, des communications par e-mail, etc. Et même si cela peut arriver entre collègues, les employés en contact avec le public ou ceux chargés de gérer vos comptes de médias sociaux ou vos communications externes peuvent également être victimes d’acteurs malveillants en ligne.

READ  Suffisamment de glace découverte sous l'équateur de Mars pour couvrir la planète entière - Technologie

Votre plan en 4 étapes pour lutter contre la cyberintimidation en milieu de travail

La cyberintimidation peut entraîner une détresse émotionnelle, une diminution de la satisfaction au travail et une mauvaise santé physique et mentale. Cela dit, vous pouvez prendre quatre mesures pour protéger vos employés.

  1. Utilisez la technologie à votre avantage. Divers outils logiciels tels que ceux indiqués ci-dessus peuvent vous aider dans votre lutte contre la cyberintimidation. Une équipe informatique dédiée peut également vous aider à déployer les dernières technologies innovantes pour aider votre lieu de travail.
  2. Développer des politiques modernes. Vous pouvez également développer votre propre politique de tolérance zéro contre la cyberintimidation – et si vous ne l’avez pas examinée récemment, vous devez déterminer si elle doit être adaptée pour faire face aux développements juridiques et technologiques survenus ces dernières années. Assurez-vous que la politique a établi des mécanismes de signalement et de réponse, en tenant compte du droit des employés de discuter et de partager certaines informations en vertu des lois et règlements fédéraux, y compris la loi nationale sur les relations de travail.
  3. Formez votre main-d’œuvre. Vous devez également informer vos employés sur la cyberintimidation – à quoi cela ressemble, comment vous réagissez, qui la signale, etc. – afin qu’ils puissent mieux se protéger et protéger leurs collègues.
  4. Connaissez vos droits et obligations juridiques en cas de cyberintimidation. Dans le cas où un tiers publie un contenu faux et malveillant concernant des employés en contact avec le public, vous et votre employé pouvez avoir des recours légaux pour forcer la suppression du contenu préjudiciable. La publication d’images ou d’autres contenus personnels sur les plateformes de médias sociaux peut enfreindre les conditions générales des plateformes dans certaines circonstances, vous donnant la possibilité de demander la suppression du contenu. Par exemple, Facebook publie des normes communautaires qui protègent la dignité des individus, y compris l’attente déclarée que « les gens respecteront la dignité des autres et ne harcèleront ni ne dégraderont les autres ». Si vous êtes victime de cyberintimidation parmi ou en relation avec vos employés, contactez votre conseiller juridique pour obtenir des conseils sur les options possibles pour gérer l’incident.
READ  Lab - Apple MacBook Pro M1: plus que des performances étonnantes

Conclusion

Pour plus d’informations, contactez un avocat de FisherPhillips, les auteurs de cet aperçu ou tout avocat de l’équipe de sécurité des données et de confidentialité sur le lieu de travail de l’entreprise. FisherPhillips continuera de surveiller l’évolution de toute législation sur la cyberintimidation et tout moyen de développement pour y remédier et fournira des mises à jour si nécessaire, alors assurez-vous de vous abonner au système FisherPhillips Insight pour obtenir toutes les dernières informations directement dans votre boîte de réception.

Cunégonde Lestrange

"Gourou de Twitter. Écrivain en herbe. Fauteur de troubles typique. Entrepreneur. Étudiant hipster."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer