Economy

L’Inde n’a pas encore mis en œuvre la sentence arbitrale contre la compagnie maritime française Louis Dreyfus

L’Inde n’a pas encore mis en œuvre une sentence arbitrale de 7,16 millions de dollars en septembre 2018 contre la compagnie maritime française Louis Dreyfus Armateurs SAS en relation avec l’échec d’un contrat de terminal de fret dans le port de Kolkata (aujourd’hui Syama Prasad Mookherjee Port Trust).

En octobre 2012, Haldia Bulk Terminals Pvt Ltd (HBT), une joint-venture entre ABG Infralogistics Ltd cotée à Mumbai et Louis Dreyfus Armateurs, s’est retirée des installations de Haldia Dock Complex (HDC) après seulement deux ans de son contrat de 10 ans invoquant une détérioration de l’état de la loi et de l’ordre dans le port.

Louis Dreyfus détenait une participation de 49% dans la société de manutention combinée de fret qui a démarré ses activités en 2010 en mécanisant les postes 2 et 8 en HDC.

La joint-venture a été promue par ALBA Asia Pvt Ltd, une société indienne détenue majoritairement par Louis Dreyfus Armateurs.

Lire aussi: Les dirigeants de l’unité indienne de la compagnie maritime française Louis Dreyfus font l’objet d’un outrage au tribunal

Manette

Louis Dreyfus a convoqué l’arbitrage contre le gouvernement dans le cadre d’un traité bilatéral de protection des investissements signé entre l’Inde et la France visant à protéger son investissement dans l’usine qui s’est effondrée avant la fin du mandat.

La LDA a affirmé que “les actions et la négligence de l’Inde ont conduit à une résiliation anticipée du contrat”.

Il a demandé une indemnité de 36 155 825 dollars pour la violation du traité par l’Inde et de 4,5 millions de dollars supplémentaires pour les dommages moraux et de réputation causés par les violations du traité par l’Inde.

READ  Orange officialise ses nouveaux forfaits mobiles 5G, dont un illimité

Après de longues procédures qui ont duré plus de quatre ans, le groupe d’arbitrage de trois membres a décidé à l’unanimité que «l’accord bilatéral d’investissement entre la France et l’Inde (TBI) exclut du champ de la protection les investissements indirects dans lesquels l’investisseur détient moins de 51% d’une véhicule d’investissement intermédiaire, où que ce soit “.

<< En conséquence, l'investissement indirect de la LDA dans HBT, qui a été réglementé de cette manière, n'a pas droit à une protection au titre du TBI franco-indien, et les réclamations concernant le comportement allégué de l'État en relation avec cet investissement indirect ne relèvent pas de la compétence de le tribunal pour le résoudre », a conclu le tribunal lors du rejet des demandes de LDA dans la sentence arbitrale du 11 septembre 2018.

La LDA a également été condamnée à payer à l’Inde 540 885,30 dollars pour la part de l’Inde des frais d’arbitrage et de la Cour permanente d’arbitrage (CPA) et 6 666 971,85 dollars supplémentaires pour couvrir les frais de l’Inde, les frais de représentation et d’aide juridique.

“L’Inde n’a pas encore pris de mesures pour faire appliquer la sentence arbitrale, y compris la saisie des navires Louis Dreyfus qui font régulièrement escale dans les ports indiens”, a déclaré un responsable familier du dossier.

L’approche de l’Inde contrastait fortement avec la rapidité avec laquelle la société pétrolière et gazière britannique Cairn Energy Plc cherche à faire appliquer la sentence arbitrale de 1,2 milliard de dollars qu’elle a remportée en décembre de l’année dernière contre le gouvernement dans un différend fiscal rétroactif. Kern a intenté une action en justice contre la compagnie aérienne nationale indienne devant un tribunal américain pour récupérer l’argent en saisissant ses actifs.

READ  Synology NAS: DSM 7.0 disponible en version bêta

Beaumont Lefebvre

"Amoureux de la nourriture. Défenseur de l'alcool. Solutionneur de problèmes. Expert en café. Maven d'Internet pour les hipsters."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer