Economy

L’Éthiopie lève 850 millions de dollars grâce à une vente aux enchères historique de télécommunications

L’Éthiopie a accordé sa première licence de télécommunications pour 850 millions de dollars à un consortium qui inclut le britannique Vodafone dans ce qui pourrait annoncer l’ouverture de l’économie fermée éthiopienne.

Le consortium, dirigé par le Kenya Safaricom avec Vodafone et Vodacom, comprend également la British Financial Development Agency (CDC) et le japonais Sumitomo. Une offre pour une deuxième licence de MTN en Afrique du Sud pour 600 millions de dollars est rejetée comme trop faible et la licence sera réintroduite.

Le gouvernement éthiopien a décrit l’ouverture de ce qui est le plus grand monopole des télécommunications au monde dans un pays en croissance rapide de 114 millions d’habitants comme «l’accord du siècle».

Mais les soumissionnaires potentiels ont été retardés en raison des restrictions sur la fourniture de services d’argent mobile lucratifs et de l’insistance du gouvernement pour que les nouveaux opérateurs construisent ou louent leur propre infrastructure à Ethio Telecom, un monopole d’État, plutôt que d’utiliser des opérateurs de tours extérieurs.

On pense également que certains soumissionnaires sont préoccupés par l’instabilité de la situation politique après que l’armée fédérale a décidé de renverser le gouvernement dans la région du Tigray en novembre dernier.

Selon des analystes télécoms, les entreprises qui ont manifesté un intérêt initial, notamment le français Orange et les Emirats Arabes Unis Telecom Etisalat, devraient jeter un second regard lors du redémarrage de la licence.

Depuis la clôture de l’appel d’offres initial, le gouvernement a relâché son opposition à l’argent mobile, affirmant que les nouveaux opérateurs pourront offrir de tels services dans un délai d’un an, sous réserve de l’approbation de la banque centrale.

READ  L'impasse des négociations sur le Brexit a pesé sur les actions et la livre

Le Premier ministre Abiy Ahmed a déclaré samedi dans un tweet que le consortium dirigé par Safaricom représente le plus grand investissement direct étranger de l’histoire du pays. L’Éthiopie a connu une croissance à près de deux chiffres pendant la majeure partie des 20 dernières années sur la base d’un modèle de développement d’inspiration asiatique dirigé par l’État qui a empêché les capitaux étrangers de dominer les «hauteurs dominantes» de l’économie telles que la banque et les télécommunications.

Abe a déclaré que le nouveau consortium investira plus de 8 milliards de dollars dans la construction d’un réseau au cours de la prochaine décennie.

Le consortium à succès s’est également engagé à lancer un satellite en orbite basse pour couvrir l’ensemble du pays d’ici 2023, a déclaré Brook Tay, conseiller principal du Trésor et faisant partie de l’équipe de supervision de la privatisation. Le nouvel investissement créera entre 1,1 million de dollars et 1500000. M emplois, dit-il.

Une personne familière avec le processus d’appel d’offres a déclaré que les chiffres de l’investissement et de l’emploi étaient fictifs, motivés par le désir de livrer une bonne nouvelle avant les élections nationales prévues le mois prochain. Cette personne a dit: “Il n’y a aucun moyen au monde de gagner de l’argent si vous investissez 8 milliards de dollars.” “Je pense qu’ils tirent les chiffres du ciel.”

Safaricom emploie environ 5 500 personnes au Kenya, un pays de taille économique similaire à celle de l’Éthiopie, avec environ 95 milliards de dollars et une population de 52 millions d’habitants, soit un peu moins de la moitié de sa taille.

READ  RTL aujourd'hui - Géant français de l'énergie: Total continuera à produire du gaz au Myanmar frappé par le coup d'État

Cependant, le rapport de développement durable de Safaricom a déclaré que ses services soutiennent l’emploi de plus d’un million de personnes grâce à son «impact économique plus large», un chiffre qui prend en compte les entrepreneurs capables de gagner leur vie grâce à l’écosystème des télécommunications.

Brooke a déclaré que la deuxième licence serait ré-proposée “très bientôt”, éventuellement avec d’autres ajustements de règles pour la rendre plus attrayante. Les soumissionnaires potentiels du premier tour se sont plaints du changement de règle, y compris d’un manque de clarté concernant la redevance d’interconnexion, qui a été réduite peu avant la date limite de soumission.

Brooke a nié que l’offre était vague, disant: “C’est le processus le plus transparent qui ait jamais eu lieu en Ethiopie.” Il a dit que le secteur serait ouvert davantage, “nous pensons donc qu’il y aura une deuxième offre très réussie”.

L’Éthiopie prévoit également de vendre une participation de 40% dans Ethio Telecom, qui compte 46 millions d’abonnés, plus tard cette année.

Beaumont Lefebvre

"Amoureux de la nourriture. Défenseur de l'alcool. Solutionneur de problèmes. Expert en café. Maven d'Internet pour les hipsters."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer