Economy

Les voitures électriques « zéro émission » sont un mythe

Les véhicules électriques sont devenus un élément important de la « révolution verte » mondiale. Entre-temps, l’Europe s’est fixé pour objectif de mettre fin à la vente de voitures équipées d’un moteur à combustion interne d’ici 2035. Les inquiétudes et les mesures sont fondées : le secteur des transports est responsable de près d’un quart des émissions directes de dioxyde de carbone provenant de la combustion de carburant. Et ce n’est pas seulement ce qui sort des gaz d’échappement des voitures qui est nocif.

Les voitures électriques laissent également une « empreinte carbone » tout au long de leur vie, de la production à l’élimination des déchets, car leurs batteries sont alimentées par de l’électricité souvent produite par des centrales électriques au charbon, des générateurs diesel, etc. L’affirmation selon laquelle les voitures électriques sont « zéro émission » est tout simplement fausse. Aux États-Unis par exemple, 60,2 % de l’électricité provient de combustibles fossiles qui polluent l’air et appauvrissent la couche d’ozone. Cette énergie est utilisée pour recharger les voitures électriques.

Mais ce n'est pas tout. C'est ce que dit l'édition électronique « Econovini.bg »« :

« Une batterie de voiture électrique typique contient plus de 6 000 cellules lithium-ion, pèse 450 kg et a à peu près la taille d'une valise. Elle contient 11 kg de lithium, 27 kg de nickel, 20 kg de manganèse, 14 kg de cobalt et 91 kg de nickel. kg de cuivre. 180 kg d'aluminium, d'acier et de plastique, 11 340 kg de sel (pour le lithium), l'extraction de 13 600 kg de minerai de cobalt, 2 268 kg de résine pour le nickel et 11 340 kg de minerai de cuivre sont nécessaires pour extraire les minéraux répertoriés. .

READ  Les îles anglo-normandes nouent des partenariats avec la France

Bref, produire les matériaux utilisés pour les principales pièces d’une batterie implique de consommer beaucoup de ressources et beaucoup d’énergie.

De plus, les batteries sont très lourdes : elles augmentent le poids total de la voiture, ce qui nécessite plus d'énergie.
La conduite. Pour y faire face, les constructeurs automobiles utilisent de plus en plus
Aluminium pour alléger la carrosserie. Les voitures électriques utilisent 45 % plus de métal que les voitures conventionnelles. L'extraction de l'aluminium consomme beaucoup d'énergie et est associée au rejet d'émissions plus nocives.

Comparaisons

Une étude menée par des spécialistes allemands a révélé que les voitures électriques sont plus nocives pour le climat que celles alimentées par un moteur diesel. Il compare la populaire Tesla Model 3 au diesel Mercedes-Benz Classe C pour le même kilométrage et la même autonomie.
Les émissions de CO2 de la Tesla se situent entre 156 et 179 grammes par kilomètre (le chiffre le plus élevé suppose que la batterie est chargée avec de l'électricité produite au charbon). Pour une Mercedes diesel, cet indicateur est de 112 g/km.
L'Automobile Club allemand ADAC dispose également d'une étude intéressante. Il compare différentes versions de la populaire Volkswagen Golf, qui sont respectivement propulsées par un moteur essence, diesel, hybride, électrique ou GPL (propane et butane). Il s'avère que la version à essence est la plus respectueuse de l'environnement, tandis que les performances de la voiture électrique sont pires que celles de certaines versions à essence et même à moteur diesel. Les calculs de l'Abu Dhabi Airports Company montrent qu'une voiture électrique a une empreinte carbone plus faible qu'une voiture à essence après seulement 127 500 kilomètres et 8 ans de fonctionnement, et qu'une voiture diesel après 219 000 kilomètres et 16,5 ans.
exploiter.
Ces calculs sont effectués selon le système énergétique allemand, où une grande partie de l'électricité provient du charbon. Pour les autres pays où l’électricité est produite principalement à partir de sources renouvelables – vent, soleil, eau et biomasse – les comparaisons seront différentes.

READ  Natixis Investment Managers nomme Natalie Wallace au poste de responsable mondiale de l'investissement durable

Au soleil et au vent

En parlant de « révolution verte », il est bon de savoir que la production de panneaux solaires n'est pas complètement « verte » et qu'elle contient beaucoup de « chimie » – par exemple, il faut du silicium de haute pureté pour les recouvrir. , obtenu en traitant les silicates avec des substances agressives telles que l'acide chlorhydrique, l'acide sulfurique, le fluorure, le trichloroéthane et l'acétone.
De plus, il faut du gallium, de l'arséniure, du diséléniure de cuivre-indium et de gallium et du tellurure de cadmium, qui sont également très toxiques. La poussière de silicone présente un danger pour les travailleurs. Les carreaux ne peuvent pas être recyclés.

Les éoliennes ne sont pas non plus innocentes et sans danger pour l’environnement. Imaginez une éolienne de 1 688 tonnes (l'équivalent de 23 maisons) – contenant 1 300 tonnes de béton, 295 tonnes d'acier, 48 tonnes de fer, 24 tonnes de fibre de verre et les métaux rares et difficiles à trouver, le néodyme, le praséodyme, et le dysprosium. Chacune des trois pales de ce générateur pèse 5216 kg. La durée de vie des ailerons (pales) est de 15 à 20 ans, après quoi de nouvelles doivent être installées.

Les nouvelles technologies ont certes leur place, mais c’est une bonne idée de démystifier les mythes sur le « zéro émission » et autres « miracles ».

Si vous souhaitez soutenir un journalisme indépendant et de qualité chez Sega,
Vous pouvez faire un don via PayPal

Beaumont-Lefebvre

"Food lover. Alcohol advocate. Problem solver. Coffee expert. Internet maven for hipsters."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer