science

Les traumatismes liés au SSPT chez les travailleurs de la santé sont moins probables en raison d’une pandémie – étude

Une étude de l’Université d’Oxford a montré que les signes de trouble de stress post-traumatique (TSPT) observés chez les travailleurs de la santé de première ligne pendant la pandémie de COVID-19 peuvent être liés à un traumatisme survenu au début de leur vie. Environ les trois quarts des 103 travailleurs de la santé évalués ont déclaré avoir subi un traumatisme sans rapport avec leur travail pendant la pandémie, selon l’étude publiée vendredi.

La psychologue clinicienne Jennifer Wilde, qui a dirigé l’équipe de psychiatrie clinique, Jennifer Wilde, a déclaré : « Parmi les 76% d’employés qui ont développé un TSPT non lié à la pandémie, la nature stressante du travail pendant la pandémie est susceptible d’exacerber les symptômes ou cela le rend difficile à récupérer. » étudier. « Il y avait une minorité importante, 24%, qui a développé un TSPT en raison du traumatisme de COVID-19 », a-t-elle ajouté.

Près de 40 % des personnes évaluées présentaient des signes de TSPT et de dépression. L’étude a également indiqué que le trouble dépressif majeur était plus susceptible de se développer pendant une pandémie. Bien que le SSPT soit associé au combat, il peut survenir chez les civils après des catastrophes naturelles, des abus ou d’autres traumatismes. Les agents de santé peuvent être réticents à assimiler leur expérience à celle des soldats de retour.

(Cette histoire n’a pas été modifiée par le personnel de Devdiscourse et est automatiquement générée à partir d’un flux partagé.)

READ  Les plus belles et incroyables photos météo de l'année

Delphine Perrault

"Solutionneur de problèmes extrêmes. Chercheur avide de bacon. Écrivain maléfique. Geek du Web. Défenseur des zombies depuis toujours."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer