Economy

Les Suisses se joignent à la France, d’autres pour fixer un calendrier de divulgation climatique

De la fumée et de la vapeur s’échappent de la centrale électrique de Belchateau, la plus grande centrale électrique au charbon d’Europe exploitée par le groupe BGE près de Belchateau, en Pologne, le 28 novembre 2018. REUTERS/Kacper Pempel/File Photo

ZURICH (Reuters) – Le gouvernement suisse s’est joint mercredi à un petit nombre de pays riches pour établir un calendrier permettant aux grandes entreprises de divulguer les risques auxquels elles sont confrontées en raison du changement climatique.

Les puissances mondiales ont appelé à davantage de coordination dans les efforts visant à mesurer et à faire connaître l’impact environnemental des entreprises, une mesure considérée comme vitale pour les efforts visant à protéger le système financier des chocs du changement climatique.

En juin, les pays du G7 ont adopté des divulgations obligatoires conformément aux recommandations du Groupe de travail sur les divulgations financières liées au climat (TCFD). Certains décideurs politiques souhaitent un accord pour définir des exigences mondiales en matière de rapports à temps pour la Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques en novembre à Glasgow. Lire la suite

Dans le cadre des recommandations de la TCFD, les entreprises sont invitées à divulguer les impacts réels et potentiels du changement climatique sur leurs activités, ainsi qu’à expliquer comment identifier et gérer ces risques et opportunités.

En juin, la France est devenue la première grande économie à rendre des règles contraignantes, fixant de nouveaux objectifs exigeant des investisseurs qu’ils déclarent à quel point leurs actifs sont écologiques et fixant des objectifs d’émissions de gaz à effet de serre tous les cinq ans à partir de 2021. Lire la suite

READ  Basix poursuit ses travaux sur le pavillon français de l'Expo 2020

La Grande-Bretagne a suggéré que les entreprises britanniques respectent les recommandations du TCFD à partir de l’année prochaine. Lire la suite

La Suisse a déclaré que ses règles s’appliqueraient à la fois aux acteurs financiers tels que les banques et les compagnies d’assurance ainsi qu’aux entreprises publiques de plus de 500 employés, soit plus de 20 millions de francs suisses (21,9 millions de dollars) d’actifs totaux, ou 40 millions de francs de chiffre d’affaires. .

Le ministère des Finances préparera un projet de loi d’ici la mi-2022 sur la déclaration obligatoire qui « inclut non seulement les risques financiers que l’entreprise encourt du fait des activités liées au climat, mais révèle également l’impact des activités commerciales de l’entreprise sur le climat et environnement », a indiqué un communiqué du gouvernement.

Il a déclaré que les recommandations contraignantes de la TCFD devraient être mises en œuvre à partir de 2024 pour faire rapport sur l’exercice 2023.

(dollar = 0.9133 francs suisses)

Autres histoires de la meilleure entreprise durable

Le dilemme du paiement vert : les restrictions chinoises sur l’acier pourraient paralyser les efforts de contrôle des prix

Amen à cela : le chef du Norwegian Wealth Fund appelle à un financement durable dans l’église

IKEA commence à vendre de l’énergie renouvelable aux ménages en Suède

(Couverture) par Brianna Hughes Nigawe Montage par Mark Heinrich

Nos critères : Principes de confiance de Thomson Reuters.

Beaumont Lefebvre

"Amoureux de la nourriture. Défenseur de l'alcool. Solutionneur de problèmes. Expert en café. Maven d'Internet pour les hipsters."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer