Top News

les stations de ski ne rouvriront pas pour les vacances, une “douche froide” pour le président de France Montagne

“C’est vraiment la douche froide ce soir”, a déploré mardi 24 novembre sur franceinfo Jean-Luc Boch, maire de La Plagne Tarentaise, président de l’association nationale des maires de montagne et président de France Montagne. Rien n’est encore décidé pour stations de ski, puisqu’une concertation avec les acteurs du secteur est en cours, mais Emmanuel Macron a décidé de rouvrir “en janvier” plutôt que pour les fêtes de fin d’année, et promis une coordination avec nos voisins européens sur cette question.

>> Calendrier, vaccins, mesures d’aide … Ce qu’il faut retenir du discours d’Emmanuel Macron sur le soulagement du second accouchement

franceinfo: Au lendemain de la réunion de concertation avec le Premier ministre, qui a annoncé qu’une décision serait prise dans les dix jours, l’annonce d’Emmanuel Macron a-t-elle donné vos espoirs?

Jean-Luc Boch: Oui, c’est vraiment la douche froide de ce soir. Nous sommes consternés, nous ne comprenons pas. Tous les acteurs de la montagne qui avaient préparé un véritable protocole sanitaire pour mettre des mesures d’hygiène et de sécurité pour leur personnel, pour leurs vacanciers, ils sont comme moi aujourd’hui, ils ne comprennent pas et ils ne savent pas du tout pourquoi cette décision hâtive a été prise . Et à partir du moment où cela a été annoncé dans les médias par le président de la République, on sait que même si on change cette décision avec des conditions sanitaires vraiment satisfaisantes, il sera difficile d’avoir des réserves pendant cette période cruciale qu’est Noël.

Que représente cette période de Noël dans la saison?

Selon les massifs, selon les stations, entre 20 et 25% du chiffre d’affaires, donc c’est beaucoup d’argent et c’est surtout beaucoup d’emplois dans des milieux qui, au départ, étaient très défavorisés. La montagne n’est pas un endroit très simple pour y vivre tous les jours.

READ  Biden dit qu'il n'imposera pas de `` verrouillage national '', s'attaque à Trump

Il faut dire qu’aujourd’hui le leader de la Bavière, en Allemagne, a déclaré qu’il n’y aurait pas de ski à Noël. Il dit qu’il aimerait qu’il y ait une coordination européenne. C’est peut-être aussi pour cela qu’Emmanuel Macron a dit “pas de ski à Noël”, comprenez-vous cela?

Ce n’est pas impossible, nous en convenons. Nous ne voulons pas rester absolument ouverts malgré les règles sanitaires actuelles dans notre pays. Nous sommes, les habitants de la montagne, avant tout des gens prudents, des gens qui respectent la vie, cela a été prouvé maintes et maintes fois. On pense à notre personnel hospitalier qui travaille, qui souffre, parfois dans des conditions très difficiles et surtout à toutes les personnes touchées par Covid-19 et qui malheureusement ont des séquelles ou sont décédées.

Bien sûr on y pense mais est-ce une obligation de penser à ça exclusivement en oubliant l’aspect financier?

Jean-Luc Boch

vers franceinfo

Je ne sais pas et en tout cas si on écoute ce qui a été dit par les Allemands ou les Italiens, c’est exactement le contraire qui a été dit par les Autrichiens et les Suisses. Ils veulent, pour le moment, laisser leurs stations ouvertes. Nos principaux concurrents, je vous le rappelle, sont l’Autriche et la Suisse en Europe. Ce n’est absolument pas l’Allemagne ou l’Italie.

Les entreprises qui resteront fermées administrativement à cause de ce confinement auront un peu plus d’aide. Est-ce rassurant quand même?

Bien sûr, nous ne pouvons pas exclure que le gouvernement déploiera d’énormes efforts pour tenter d’éviter des dommages financiers. Mais cela rassurera-t-il beaucoup de monde? Je ne suis pas sûr et il ne faut pas oublier les socioprofessionnels qui sont des travailleurs indépendants, je pense aux moniteurs de ski. Il ne faut pas oublier non plus tous les petits commerçants, toutes les petites entreprises susceptibles de rencontrer des difficultés. Dans tous les cas, nous, maires des stations, veillerons à ce que notre économie touristique ne soit pas nécessairement mise à mal. Et nous comptons vraiment sur nos ministres pour nous accompagner sur ce point.

READ  Rythme, approvisionnement, gestion des priorités… Les questions soulevées par la stratégie vaccinale française

Astor Abel

"Ninja de bière certifié. Aficionado maléfique de la culture pop. Evangéliste de la télévision."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer