Economy

Les stars du cricket sri-lankais se tournent vers les manifestants

émis en :

Colombo (AFP) – Le capitaine de cricket vainqueur de la Coupe du monde du Sri Lanka Arjuna Ranatonga et l’ancien coéquipier Sanath Jayasuriya ont rejoint les manifestations de rue appelant le président à démissionner face à la crise économique du pays.

Le cricket est suivi avec impatience dans la nation insulaire de l’océan Indien, et la paire a appelé d’autres anciens joueurs à soutenir les tentatives d’éviction du président Gotabaya Rajapaksa.

La nation insulaire est confrontée à sa pire crise économique depuis son indépendance en 1948, avec de graves pénuries de produits de base et des coupures de courant régulières provoquant une misère généralisée.

« Le cricket est dirigé par les spectateurs », a déclaré Ranatunga devant le bureau de Rajapaksa à Colombo vendredi.

« Nos fans sont dans la rue aujourd’hui parce qu’ils ne peuvent plus le supporter. Nous devons être avec nos fans quand ils ont le plus besoin de nous. Les stars du sport doivent se joindre physiquement aux manifestations. »

Quelques heures plus tard, l’ancien capitaine Sanath Jayasuriya, connu sous le nom de « Master Blaster », a escaladé les barricades devant le bureau de l’époque coloniale de Rajapaksa et a promis sa solidarité.

« Votre message est fort et clair », a-t-il lancé à des dizaines de milliers de manifestants. « J’espère que les autorités nous écouteront et assureront un avenir meilleur pour nous tous. »

La foule scandait « Gotha, rentre chez toi, Gotha ».

Ils sont les deux premiers anciens dirigeants à se joindre personnellement aux manifestations de rue, mais d’autres stars ont déjà exprimé leur soutien.

READ  Sources : Le brut d'Abu Dhabi se dirige vers l'Europe pour remplacer le pétrole russe

L’ancien capitaine Mahila Jayawardena a fortement soutenu les manifestations sur les réseaux sociaux et a exhorté Rajapaksa à partir tandis que l’ancien capitaine Kumar Sangakara a publié des déclarations plus prudentes.

L’ancien joueur de test et arbitre de match pour le Conseil international de cricket Roshan Mahanama, qui a soutenu la campagne Rajapaksa depuis sa création, a comparé le sort du pays à Robert Mugabe du Zimbabwe.

« Quand je vais au Zimbabwe depuis de nombreuses années, j’ai vu les difficultés économiques que vivent les gens là-bas », a déclaré Mahanama à l’AFP.

« Mon chauffeur a dû faire la queue pendant des heures pour obtenir du diesel. Je pensais que cela n’arriverait jamais dans mon pays. Mais aujourd’hui, nous sommes dans le même bateau. »

rationnement du carburant

La police a renforcé la sécurité autour du bureau de Rajapaksa samedi alors que les manifestations appelant à sa démission entamaient une deuxième semaine.

Plus d’une douzaine de camions ont été vus garés près du bâtiment sur la Galle Face Promenade, qui est protégée par des commandos et des policiers anti-émeute.

Des sources officielles ont déclaré que les autorités craignent que le nombre de manifestants n’augmente la semaine prochaine lorsque d’autres rassemblements sont prévus.

« Nous pouvons nous attendre à ce que davantage de personnes affluent. Les effectifs (policiers) actuels pourraient ne pas être suffisants », a déclaré à l’AFP un responsable, sous couvert d’anonymat.

« Jusqu’à présent, la foule est pacifique, mais nous ne pouvons prendre aucun risque. »

Le Sri Lanka a imposé vendredi un rationnement du carburant dans le dernier impact de la crise.

Le gouvernement a exhorté les citoyens à l’étranger à donner des devises étrangères pour aider à payer les produits de première nécessité.

READ  La France promet d'aller de l'avant avec un vaccin malgré un pépin parlementaire

Il a annoncé qu’il avait fait défaut sur sa dette extérieure et ouvrira des négociations avec le Fonds monétaire international pour rechercher un plan de sauvetage.

Beaumont Lefebvre

"Amoureux de la nourriture. Défenseur de l'alcool. Solutionneur de problèmes. Expert en café. Maven d'Internet pour les hipsters."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer