entertainment

Les racines royales du Québec français

C’était un après-midi d’été parfait pour se prélasser au soleil pendant que ma mère et moi nous promenions dans la vieille ville de Québec, nous arrêtant à Place royale, une place pavée de 400 ans de bâtiments historiques en gris avec des lucarnes et des toits en pente en rouge, cuivre et ardoise. Ma mère est née et a grandi dans cette ville francophone, alors je savais que maintenant, à l’âge de 80 ans, cela signifiait beaucoup pour elle de revenir me rendre visite.

Comme nous nous en sommes souvenus, le son du dialecte local flottait dans les environs – et j’ai pensé à quelque chose que j’ai entendu récemment : que si parler français au Québec ne sonne peut-être pas aussi romantique ou tendre à l’oreille que le français parisien contemporain, ils sont maintenant considérés comme l’étalon-or, la façon dont le Québec est parlé est en La réalité est plus proche dans la prononciation du français utilisé par les aristocrates du 17e siècle – et même le roi.

Il est né à Montréal dans les années 1960 et 1970, lorsque les anglophones, ainsi que les français de France, se moquaient de la prononciation dure et hésitante du français québécois, le comparant au son d’un canard. J’ai moi-même toujours été profondément embarrassé en compagnie de mes camarades de classe anglophones à l’école d’immersion française. Les soi-disant critiques et mes professeurs, venus de France et du Maroc, disaient que la prononciation relâchée du Québec était honteuse, et qu’on se moquait de la langue de Molière.

READ  L'histoire du cirque français

Il s’avère que le célèbre dramaturge du XVIIe siècle ressemblait plus à un Copenhague moderne – plutôt qu’à un Parisien contemporain – qu’ils ne le savaient.

J’étais frustré quand quelqu’un m’a dit cela il y a quelques semaines lors d’un déjeuner dans un café de North Hatley, un village pittoresque de la région de l’est légèrement montagneuse, au sud-est de Montréal. Je savais que le français du Québec conservait de nombreux vestiges du « français du roy » ou « le français du roi », en particulier dans son vocabulaire, mais j’ai tracé la ligne sur la prononciation. « Il n’y a pas moyen que Louis XIV ait dit »griffe, voile, ou ‘toé et moé »Incroyablement, vous l’avez dit, en comparant ces mots aux prononciations les plus courantes Basse, voila, Et le toi et moi.

Mais il y a des raisons logiques, linguistiques et historiques pour lesquelles le français québécois est différent du français français (ce que les linguistes appellent le français « normatif » ou « neutre »).

Juliette Deforest

"Évangéliste de télévision. Communicateur sans excuse. Fanatique de bacon primé. Accro de la nourriture en général."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer