Top News

Les perdants des élections allemandes ? France, Chine et Russie

Après le vote vient le commerce des chevaux. Les résultats peu concluants des élections législatives allemandes semblent confirmer le conseil d’Otto von Bismarck : ne jamais demander comment sont faites les saucisses ou la politique.

Le processus ardu de conclusion d’accords politiques à Berlin s’articule autour de la quadrature des cercles locaux de groupes d’intérêt, et bien sûr, qui obtient le poste au sein du cabinet ne devrait pas nous distraire des implications pour le reste du monde.

L’Allemagne est confrontée à des choix géopolitiques difficiles car elle est aux prises avec des approvisionnements énergétiques, des préoccupations environnementales et la question de savoir si son poids économique lui confère un devoir ainsi que la capacité de jouer un rôle plus important dans la politique étrangère.

Bien que de nombreux commentateurs aient considéré Angela Merkel comme « la femme la plus puissante du monde », ils ont oublié que son style de politique étrangère était fatiguant pour obtenir ce que ses partenaires français avaient priorisé dans les conseils de l’Union européenne.

S’il y a continuité dans la politique étrangère allemande après Merkel, c’est laisser la France prendre les devants et l’axe Paris-Berlin faire passer les affaires avec la Russie ou la Chine avant les principes. Au début de cette année, Macron et Merkel faisaient pression pour un accord d’investissement avec la Chine dans des termes manifestement vides de sens sur les droits de l’homme et étaient impatients de rouvrir le dialogue de l’UE avec la Russie.

En Allemagne, les critiques les plus virulentes de cet « apaisement » de partenaires commerciaux autoritaires sont venues du FDP et des Verts. Le nouveau leader de la CDU, Armin Laschet, était fortement favorable à la poursuite de la démarche de Merkel, tandis que son adversaire, Ola Schulz, du SPD, le soutenait en silence en tant que ministre des Finances.

READ  Emmanuel Macron toujours dans un état de santé "stable"

La cohérence de l’anglosphère autour de l’agenda des droits de l’homme donnant le ton aux deux grandes puissances orientales, il est remarquable de voir à quel point le parti vert allemand et le parti libre-démocrate sont à l’écoute de ces questions avec l’Amérique et la Grande-Bretagne.

Les calculs électoraux ont fait de ces deux partis les rois de la politique allemande. Leur approche commune de la politique étrangère pourrait leur ouvrir la voie pour diviser les divergences sur la politique intérieure dans un nouveau gouvernement de coalition.

Les Verts allemands ont parcouru un long chemin depuis leur première génération de membres pacifiques et anti-OTAN du Bundestag en 1983. À l’heure actuelle, les porte-parole de la politique étrangère sont les plus virulents en Allemagne pour critiquer le Kremlin dirigé par Vladimir Poutine et dénoncer le traitement des Les Ouïghours et les Hong. dissidents de Kong par le nouveau régime maoïste chinois.

Ceux d’entre nous qui sont assez vieux pour se souvenir des aînés verts brandissant le petit livre rouge pourraient sourire sarcastiquement au tour des étudiants radicaux hier. Mais il y a un changement fondamental dans la politique verte dans une grande partie de l’Europe (bien que moins ici) de l’anti-américanisme non révélé de 1968 à un ensemble contemporain de valeurs libérales, apparemment « éveillées », ce qui la met en fait en contradiction avec les autoritaires. Est et moins à l’écoute de l’Ouest que ses fondateurs.

Si l’humeur culturelle de l’Allemagne est plus en phase avec le monde anglophone, les conséquences politiques la mettent en porte-à-faux avec son partenaire traditionnel de l’Union européenne, la France.

READ  EN DIRECT - PSG - Basaksehir interrompu pour propos racistes présumés du 4e arbitre

La France pourrait être le plus grand perdant européen de toute alliance tripartite potentielle. Le président Macron a partagé la préférence d’Angela Merkel pour conclure des accords avec la Russie et la Chine, ignorant les préoccupations en matière de droits de l’homme exprimées par le Parti libre-démocrate et le Parti vert allemand.

Au printemps, l’axe Macron-Merkel avait déjà glissé sous la pression des pays de l’Est de l’Union européenne ainsi que des Pays-Bas et des Suédois, par exemple, lorsqu’ils ont tenté de modifier un accord d’investissement majeur avec la Chine sans clauses sérieuses sur les droits également. . Rouvrir le dialogue avec le Kremlin.

Sans Angela Merkel à la barre à Berlin, la vision de Macron d’une « indépendance stratégique européenne » vis-à-vis des États-Unis et d’une OTAN dirigée par les États-Unis ressemble à un mirage.

Compte tenu des relations tendues de la Grande-Bretagne avec la Russie et de la déconnexion croissante de la Chine, une réorientation de l’UE loin de l’axe Paris-Berlin pour donner plus de poids à ses membres en Europe centrale et orientale serait la bienvenue à Whitehall.

Ce changement dans la géopolitique de l’Union européenne pourrait, bien entendu, raviver les tensions au sein de celle-ci. Une France “plus isolée” pourrait rejeter la candidature de Macron à la réélection en faveur d’un candidat de droite plus franc, nationaliste et euro-sceptique.

Les électeurs allemands n’ont peut-être pas pensé à déstabiliser les routes stables de l’UE, mais il semble que leurs votes le feront.

Astor Abel

"Ninja de bière certifié. Aficionado maléfique de la culture pop. Evangéliste de la télévision."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer