World

Les meilleurs médecins hospitaliers rejettent l’affirmation du Dr Ashley Bloomfield selon laquelle le système de santé néo-zélandais n’est pas en crise

L’ASMS dit avoir depuis longtemps mis en garde contre une crise parallèle chez les professionnels hospitaliers. En 2018, l’âge du plus grand groupe de professionnels variait de 55 à 59 ans. En plus de notre personnel médical vieillissant, si nous voulons rattraper les effectifs australiens, la Nouvelle-Zélande a besoin de 1 500 professionnels supplémentaires en ce moment, dit-elle.

«L’incapacité de mener une planification et un investissement ciblés de la main-d’œuvre pendant des décennies pèse désormais lourdement sur la main-d’œuvre restante dans le domaine de la santé», déclare Dalton.

« Il s’agit d’une crise du système de santé qui ne peut plus être ignorée. »

Directeur médical du Royal New Zealand College of Physicians Le Dr Brian Petty a déclaré mercredi que les médecins généralistes étaient très occupés.

« La médecine générale nécessite beaucoup de capacité », a-t-il déclaré, « les médecins généralistes sont confrontés à une charge de travail très importante ».

« Ministère [of Health] Et le gouvernement n’a pas besoin de commencer à expliquer ce qui va se passer dans les trois, six ou douze prochains mois. Nous avons besoin d’une surveillance stratégique de la manière dont les problèmes d’arriérés sont traités. »

Le professeur Helen Petosis-Harris, spécialiste des vaccins à l’Université d’Auckland, affirme que d’autres maladies hivernales – comme la grippe, le VRS et la coqueluche – tuent des gens, et nous sommes généralement mieux placés pour les affronter.

« Je pense que nous allons nous faire prendre à un moment où nous nous sentons très vulnérables », dit-elle.

Par exemple, en ce qui concerne la coqueluche, seuls 53,4 % des Maoris de six mois, 66,8 % des bébés du Pacifique et un total de seulement 74,1 % de tous les bébés sont vaccinés.

READ  Un vétérinaire partage les 5 races de chiens que vous ne posséderez jamais

« Nous avons épuisé les soins de santé », déclare Petosis Harris, « nous avons des taux de vaccination très bas et nous avons toute une gamme de maladies qui frappent à la porte ».

Lothaire Hébert

"Avocat général des médias sociaux. Féru de zombies. Geek de la télévision. Penseur. Entrepreneur. Accro à l'alcool."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer