Tech

Les lunettes virtuelles de Facebook dans les sites allemands

, publié le jeudi 10 décembre 2020 à 19:43

L’autorité allemande de la concurrence a annoncé jeudi l’ouverture d’une enquête pour possible infraction contre Facebook concernant son nouveau casque de réalité virtuelle sans fil, dernier différend en date avec le géant américain.

“L’utilisation des nouvelles lunettes Oculus ne devrait être possible à l’avenir que si vous avez un compte Facebook”, a déclaré le président de l’autorité anti-cartel, Andreas Mundt, dans un communiqué.

«Ce lien entre les produits de réalité virtuelle et le réseau social pourrait constituer une infraction à l’interdiction d’utiliser une position dominante par Facebook sur le marché, a-t-il ajouté, indiquant qu’il souhaitait mener une enquête sur ce sujet.

L’appareil, appelé Oculus Quest, est destiné à être utilisé notamment pour vous plonger dans les univers graphiques de jeux sophistiqués.

Mis à toutes les sauces (jeux vidéo surtout, mais aussi cinéma, santé, culture, sécurité …), la réalité virtuelle intéresse de nombreux secteurs, mais est toujours à la recherche d’un marché financièrement viable auprès du grand public.

Sony, Microsoft ou HTC ont également des casques VR sur le marché.

Facebook a commencé à intégrer sa ligne d’activité de réalité virtuelle, jusqu’à présent vendue via une plate-forme Oculus distincte, dans son réseau social mondialement connu Facebook.com sous le nom de «Facebook Reality Labs».

Cette option est proposée en tant que fonction supplémentaire sur le réseau social.

Le géant américain s’est toutefois déclaré convaincu de pouvoir répondre aux préoccupations du gendarme allemand de la concurrence.

“Nous coopérerons pleinement avec les autorités allemandes et sommes convaincus que nous pouvons démontrer que l’enquête n’est pas justifiée”, a déclaré à l’AFP un porte-parole du groupe, faisant également valoir que les lunettes virtuelles n’étaient pas encore en vente sur le marché allemand de toute façon. .

READ  Analyse des performances du processeur sur Cyberpunk 2077

Facebook est déjà dans la ligne de mire de la police allemande de la concurrence concernant l’utilisation des données privées des utilisateurs. Ce dernier a ordonné des restrictions importantes dans ce domaine mais qui n’ont pas encore été mises en place car le litige juridique est toujours en cours.

Un retard que le président de l’autorité a jugé mercredi “regrettable pour les consommateurs”.

– Pression croissante –

Le géant américain est généralement sous la pression croissante des autorités de la concurrence du monde entier.

Plusieurs d’entre eux aux États-Unis ont accusé Facebook, mercredi, d’abuser de sa position dominante et de ses coffres bien remplis pour évincer la concurrence, demandant aux tribunaux de forcer le groupe à se séparer de la messagerie Instagram et WhatsApp.

Dans une autre affaire, Facebook a obtenu gain de cause devant un tribunal allemand.

Le tribunal de district de Munich a rendu deux jugements plus tôt cette semaine validant la décision du géant américain de refuser à ses utilisateurs d’utiliser des pseudonymes sur sa plate-forme, arguant qu’une telle interdiction avait contribué à canaliser la propagation du discours de haine sur Internet.

Le tribunal régional avait été saisi de deux affaires différentes concernant des utilisateurs de Facebook qui avaient porté plainte contre la politique de refus d’alias, avec des décisions contradictoires rendues en première instance par les tribunaux locaux.

“L’expérience montre clairement que l’inhibition est bien moindre lors de l’utilisation de pseudonymes” sur internet, ont déclaré les juges munichois dans leurs attentes.

L’utilisation de leur véritable identité se justifie “pour empêcher les utilisateurs de se livrer à des comportements répréhensibles sur Internet”, a-t-il ajouté.

READ  Covid-19: les Apple Stores français ferment jusqu'à nouvel ordre

Cunégonde Lestrange

"Gourou de Twitter. Écrivain en herbe. Fauteur de troubles typique. Entrepreneur. Étudiant hipster."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer