Tech

Combien coûte la construction de nouvelles centrales nucléaires en Europe ?

L’UE a besoin de 50 gigawatts supplémentaires d’énergie nucléaire d’ici 2050 pour atteindre ses objectifs de transition énergétique, a déclaré une coalition de 15 États membres pro-nucléaires de l’UE. Cela nécessite la construction de plus de 30 nouveaux réacteurs.

Euractiv a cité le professeur Jacques Persebbois, économiste de l'énergie, qui a déclaré que les 50 gigawatts supplémentaires de capacité nucléaire coûteraient entre 5 et 11 milliards d'euros par gigawatt, une fourchette qui « montre un grand degré d'incertitude et une grande différence dans les hypothèses. »

Hypothèses de base

Lorsque les coûts sont exprimés en production d'électricité (mesurés en kilowattheures, gigawattheures), ils prennent en compte les coûts totaux par unité de production d'électricité : investissement dans la construction, l'exploitation (travaux quotidiens, maintenance, etc.) et le carburant (charge, cycle de vie, fonctionnement). etc.). Il s’agit des coûts énergétiques actualisés (coût actualisé de l’énergie (LCOE).

Cependant, les estimations se concentrent souvent sur les coûts d'investissement nécessaires à la construction de la centrale (mesurés en kilowatts, gigawatts). « Cela représente environ 70 % du coût du nouveau réacteur, tandis que les coûts d'exploitation ne représentent qu'environ 15 % et les coûts de combustible environ 15 % du total », a expliqué Persebua.

Diverses estimations peuvent inclure ou exclure les coûts associés au déclassement des usines et au traitement des déchets. Les valeurs de coût peuvent également être affectées de manière significative par des hypothèses concernant des facteurs externes tels que les taux d'inflation futurs.

Construction et finances

Au cœur du processus de construction se trouvent les coûts de financement, qui peuvent avoir un impact sur la facture finale de construction « de plus ou moins 30 % », selon Persebua. Il existe quatre moyens principaux pour les promoteurs de financer leurs projets : les fonds propres, le financement par fonds propres, les prêts et les subventions publiques.

READ  L'univers en ligne devient un laboratoire de produits virtuels

Aujourd’hui, les investissements privés dans le développement de centrales nucléaires en Europe sont rares. Un modèle à l’étude est celui d’une coopérative de grands utilisateurs industriels d’électricité qui investiraient dans la construction d’une centrale. En contrepartie, ils bénéficient de droits exclusifs sur tout ou partie de l’électricité produite. C'est le modèle choisi en Finlande pour le dernier réacteur Olkiluoto 3.

« C'est possible, mais ce ne sera pas le modèle le plus répandu en Europe, car peu de consommateurs sont capables d'absorber et de rechercher l'énergie d'un grand réacteur nucléaire », explique François Leveck, professeur d'économie à la Faculté d'ingénierie de l'Université de Bruxelles. Université de Mayence-Paris PSL. .

Cela fait des prêts le principal canal de financement des capitaux privés pour la construction de réacteurs nucléaires. Les coûts d'emprunt peuvent être importants en fonction du montant demandé, de la personne qui emprunte l'argent et de la confiance de la banque dans les chances de réussite du projet.

Il existe de nombreuses façons de réduire ces frais d’intérêt. Le plus important est de réduire le montant du prêt en tirant le meilleur parti des subventions publiques et du capital garanti par l'État.

Tout pays souhaitant soutenir la construction d’une centrale nucléaire doit se conformer aux règles de l’UE en matière d’aides d’État. Plusieurs Etats membres réclament également la possibilité de recourir à des fonds européens pour financer l'énergie nucléaire, voire de créer de nouveaux fonds privés.

Le soutien financier des banques publiques, telles que la Banque européenne d’investissement, peut également s’avérer crucial. « Leur apport est nécessaire en raison des taux bas et du signal envoyé aux autres investisseurs », a expliqué Valérie Vaudon, déléguée générale de l'Association française de soutien au nucléaire (Sfen).

READ  Qu'est-il arrivé à Midas après l'attaque des requins ?

Enfin, un actionnaire étatique, comme la France dans le cas d'EDF, pourrait injecter directement des capitaux, ce qui réduirait le risque de faillite. Plus généralement, les entreprises nucléaires peuvent utiliser leur bilan pour financer la construction. Les deux approches peuvent contribuer à réduire les intérêts sur toute garantie.

3e-news.net

Des taux de production d’énergie ?

Le taux de production d’électricité attendu de la centrale influence fortement les coûts d’exploitation attendus. En France, « l'optimisme de la Commission de régulation de l'énergie quant au potentiel de production d'énergie nucléaire a conduit à évaluer les coûts actuels de l'énergie nucléaire ». [за флот от 56 работещи реактора] Environ 60 euros/MWh, contre 75 euros/MWh pour EDF », estime Jacques Persebua.

Les taux de production d’énergie nucléaire sont difficiles à prévoir car « […] « Cela dépend dans une large mesure du système électrique et de son mix dans les années à venir, dont la composition n'est pas clairement connue dans les 15 à 30 prochaines années », a ajouté Levick.

Technologie sélectionnée

La technologie choisie pour les nouveaux blocs sera également cruciale. La taille même des grands réacteurs augmente la complexité, entraînant des retards de construction et des dépassements de coûts. C'est essentiellement ce qui se passe avec les réacteurs en construction à Flamanville en France et à Hinkley Point au Royaume-Uni.

« Tout comme vous ne trouverez jamais deux fois le même aéroport, vous ne trouverez jamais le même réacteur nucléaire à deux endroits », a expliqué Levick. « à cause de […] « Les coûts stagnent ou augmentent, mais ils ne diminuent jamais. »

READ  L'organisme français de surveillance des données enquête sur le Worldcoin Center à Paris - POLITICO

Production de masse = coûts unitaires réduits

Les partisans des petits réacteurs modulaires (SRM) affirment que ce problème peut être surmonté par la production en masse de centrales nucléaires plus petites.

Grâce à l'effet cascade, les coûts unitaires des réacteurs produits en série peuvent être « 20 à 25 % » inférieurs au coût du premier réacteur, selon Persebua. L'AIE (2021) et Sven (2018) estiment une diminution pouvant aller jusqu'à 30 %.

En France, les experts estiment que cette économie commencera à partir du cinquième réacteur. Même si les grands réacteurs peuvent bénéficier de l’effet batch, son impact est plus important lorsque de nombreux réacteurs sortent de la chaîne de production – comme c’est le cas pour le MMP.

Il faut plus de clarté

Cette combinaison de facteurs explique les grandes différences dans les estimations du coût de la nouvelle énergie nucléaire. Cependant, à un moment donné, il sera nécessaire « d’obtenir des chiffres », prévient Perseboe, ne serait-ce que pour calculer les besoins de financement.

EDF souhaite plus de clarté sur le nombre de réacteurs à développer en Europe, notant que la nouvelle capacité nucléaire annoncée (mais pas nécessairement confirmée) de 58 GW ne suffira pas pour que l'Europe atteigne 150 GW d'ici 2050.

Cunégonde Lestrange

"Gourou de Twitter. Écrivain en herbe. Fauteur de troubles typique. Entrepreneur. Étudiant hipster."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer