Top News

Les croissants ont fait leurs débuts en Autriche, pas en France

Le précurseur autrichien du croissant français est le kepfel (également appelé « kifli » dans certaines recettes). Un capeville est naturellement similaire à un croissant moderne, composé de beurre ou de saindoux et de garnitures telles que des amandes, du fromage, du jambon, de la confiture ou du sucre. Cependant, la cuisson en forme de lune en tant que tradition européenne semble avoir environ 1 000 ans, et pendant des centaines d’années, l’Autriche s’est inspirée d’une myriade de cultures différentes pour façonner sa cuisine diversifiée. Ainsi, l’origine exacte du kipfel est obscure.

Cependant, le premier enregistrement connu de cette boulangerie spécifique inspirée de la lune provient d’un poème de 1227 qui mentionne le kipfel comme dessert de Noël offert à un duc par des boulangers à Vienne. Malgré ce fait, il existe une légende populaire selon laquelle en 1683, un boulanger autrichien en herbe a entendu parler de l’invasion des Turcs creusant un tunnel sous leur ville pendant le siège de Vienne. Ce boulanger a donné l’alerte, permettant aux Autrichiens de sortir vainqueurs, et Capeville a été inventé pour célébrer l’observation du boulanger. Sa forme incurvée a notamment été choisie pour imiter le croissant de lune du drapeau ottoman. Ceci est évidemment discutable compte tenu de l’existence du poème au XIIIe siècle, mais la vraie question est : comment la France a-t-elle été impliquée ?

READ  Rosen Zhelyazkov a vu la vie en Ukraine et est apparu dans le bunker d'Obzor.

Astor Abel

"Ninja de bière certifié. Aficionado maléfique de la culture pop. Evangéliste de la télévision."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer