World

Les agriculteurs ont développé une toxicomanie grâce aux subventions

Les agriculteurs protestataires étaient peut-être divisés dans leur marche pour sauver le secteur agricole « mourant », mais ils ont uni la communauté dans sa colère face à leurs revendications arrogantes.

Observant en marge les revendications incessantes en faveur de davantage de subventions, d'aides d'État et de diverses préférences, les autres acteurs extérieurs au secteur agricole sont devenus de plus en plus négatifs à chaque protestation paysanne successive.

Quelle autre entreprise dans le pays permet cette folie d’exiger toujours plus ? Quel autre secteur de notre pays croit de manière aussi convaincante que l'État est obligé de s'occuper de ses affaires, de rechercher des marchés, de cesser d'importer de la concurrence et que tous les contribuables doivent couvrir les pertes résultant des malheurs ?

Les réseaux sociaux regorgent de commentaires colériques et sarcastiques.

Ironiquement, les hommes d’affaires insinuent que s’ils ne parviennent pas à réaliser les bénéfices escomptés, ils organiseront une manifestation pour exiger que l’État les indemnise. Sans oublier qu'il n'y a pas de tracteurs pour bloquer les routes, ça vaut le coup d'essayer.

Une fois l’aide fournie, il est difficile de l’arrêter. Référence – Les restaurateurs qui se plaignent sans cesse de ne pouvoir joindre les deux bouts en raison de la situation internationale et devraient donc être imposés indéfiniment à 9 % de TVA. Pourtant, les restaurateurs se sont clairement fait baptiser sur fond de scandales agricoles.

Manger vient avec l’appétit, et les agriculteurs sont déjà extrêmement dépendants des subventions et des aides. Pendant de nombreuses années, le secteur agricole a dépendu uniquement de cela, c'est pourquoi il existe. Il ne fait aucun doute que l’année prochaine, et chaque année par la suite, les agriculteurs trouveront des raisons d’exiger toujours plus.

READ  Alexandre Tomov : Empêcher les propriétaires de voitures anciennes de passer par le centre est une discrimination ᐉ Nouvelles de Fakti.bg - Bulgarie

Vous trouverez ci-dessous les revendications soulevées par les agriculteurs protestataires, auxquelles le gouvernement a promis de répondre pour la plupart :

– Plus de 430 millions de levs bulgares en « aide ukrainienne » aux producteurs de fruits, légumes, viande, lait et champignons, ainsi qu'aux cultures difficilement imaginables affectées par les importations ukrainiennes – tabac, huile de rose, vin et vignobles.

– 20 BGN par hectare de céréales pour les exploitations jusqu'à 3 000 acres, sans preuve de pertes en 2023, et 10 BGN et 5 BGN par hectare pour les exploitations plus grandes. Le gouvernement n'a pas annoncé le coût de cette aide supplémentaire.

– Supprimer le plafond de l'aide ukrainienne de 280 millions d'euros par exploitation et restituer les sommes qui n'ont pas été collectées l'année dernière en raison de cette restriction.

– Compensation complémentaire pour les producteurs agricoles des régions montagneuses et semi-montagneuses.

– Augmentation annuelle du soutien agricole déterminé par le plan stratégique de développement des zones rurales jusqu'en 2027.

– Suppression de la taxe sur les aides accordées aux personnes morales du secteur agricole, comme cela s'est déjà produit pour les agriculteurs individuels.

– Réduire les tarifs de transport des produits agricoles, afin que leurs coûts n'augmentent pas.

L’État et les banques doivent créer un fonds de garantie pour soutenir les agriculteurs bloqués en leur fournissant un fonds de roulement.

– Arrêter d'importer des produits agricoles de pays tiers, et pas seulement d'Ukraine, qui ne sont pas produits selon les normes européennes, ou imposer des taxes environnementales sur ces produits.

Celui qui n’y a pas pensé ne l’a pas demandé. Où ces réclamations seront-elles financées ? De la poche de tous les contribuables. Pourquoi? Parce que les agriculteurs nous donnaient notre pain.

READ  La police australienne publie des photos d'envahisseurs de stades de football

Un gouvernement incertain est incapable de résister à la pression des agriculteurs. Nous l’avons vu lors des manifestations de septembre et maintenant de février. Initialement, le Premier ministre Nikolaï Denkov était déterminé à n'accorder des financements supplémentaires qu'à ceux qui prouvent des pertes, mais il a rapidement fait marche arrière – et seuls les grands agriculteurs prouveront leurs pertes. Les excuses des manifestants étaient complètement ridicules, même s'ils étaient perdus, selon les documents, ils faisaient du profit. Parce qu’ils devaient montrer leurs bénéfices aux banques pour pouvoir obtenir des prêts. Qui ment : les banques ou le gouvernement ?

Un agriculteur manifestant a même crié avec indignation : Comment puis-je être si confus, ne ferais-je pas faillite ?

Eh bien, l’agriculture est clairement une exception à toute logique économique.

Car dans d’autres secteurs économiques, des centaines d’entreprises annoncent des pertes, mais cela ne signifie pas nécessairement qu’elles déclarent faillite. Ils ne devraient pas manifester pour exiger que l’État couvre leurs pertes.

En fait, un grand nombre d’agriculteurs ne sont pas du tout confus, car ils n’ont tout simplement pas pu réaliser en 2023 les énormes bénéfices dont ils ont bénéficié au cours des deux années précédentes. Les producteurs de céréales, par exemple, ont enregistré des bénéfices records au cours des trois dernières années, à l’exception de 2023. Mais en 2023, les prix des céréales en bourse ont chuté, et il est désormais normal pour eux que tous les contribuables les aident à réaliser à nouveau de gros profits.

Le summum du sarcasme est le millionnaire agricole de Plovdiv Josef Delzjanski, qui s'est exclamé sincèrement : « Nous sommes appelés à être riches. Parce que nous l'avons gagné avec beaucoup de travail, de connaissances et d'expérience. Je m'adresse à tous les partis parlementaires et aux parlementaires.  » Dirigeants actuels : Si vous ne nous aidez pas, notre « richesse » sera déséquilibrée. C'est vraiment une question de sécurité nationale. Pour retarder la faillite, il va falloir vendre le terrain. Si tel est votre objectif, vous l’atteindrez très facilement.
Il a déclaré dans ses déclarations sur Facebook : « Quand il s'agit de la sécurité nationale du pays, des mesures non conventionnelles doivent être prises, même si les pauvres aident les riches. Lorsque les riches réussiront à surmonter les obstacles, ils trouveront un moyen d'y parvenir. » « Merci aux pauvres et à l'Etat. Depuis toujours dans l'histoire du monde, les pauvres ont travaillé pour les riches. »

READ  Le slogan "Nous planterons un arbre par autocollant photo pour animaux de compagnie" est à la mode sur Instagram - de quoi s'agit-il ?

C’est ce qui a conduit à l’émergence d’un mauvais modèle de développement agricole, qui repose uniquement sur le soutien et l’aide, sans réelle concurrence et sans chercher à accroître la productivité et l’efficacité. Pourquoi les agriculteurs ont-ils enduré un manque d’irrigation pendant tant d’années, un manque qu’ils accusent désormais d’être à l’origine de leur production non compétitive ? Pourquoi ne sont-ils pas sortis avec des tracteurs et n'ont-ils pas exigé que l'État intervienne pour restaurer les réseaux d'irrigation ? Il semble que le soutien leur ait été suffisant, quelle que soit leur production et quelle que soit sa taille. Cependant, à mesure que les doses sont réduites, ils entrent dans une phase de sevrage.

Lothaire Hébert

"Avocat général des médias sociaux. Féru de zombies. Geek de la télévision. Penseur. Entrepreneur. Accro à l'alcool."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer