World

Le propriétaire avertit les autres de ne pas suivre les règles après que les locataires laissent 6 000 $ de leur poche

La colocataire a dit au propriétaire qu’elle ne savait rien du loyer impayé et qu’elle payait sa part au locataire précédent. Après avoir contacté le gérant de l’appartement partenaire, qui a donné un signal positif, le propriétaire a verbalement accepté de la laisser prendre en charge le loyer et de faire venir deux de ses colocataires pour aider à couvrir le loyer.

Pendant que ses colocataires étaient retrouvés, le propriétaire a négocié avec le nouveau locataire pour faire des réparations à la maison en lieu et place du loyer, mais aucun des travaux n’a été fait. Le locataire doit l’équivalent de trois semaines de loyer.

Le propriétaire a déclaré: “Je n’avais pas de bail signé valide, seulement un accord verbal… C’est à ce moment-là que j’ai commencé à menacer de brûler la maison et de me détruire.”

Si le loyer est retardé de 21 jours ou plus (ou si un locataire ne résout pas le loyer impayé), Steve Watson, directeur national de la conformité et des enquêtes locatives, a déclaré que les propriétaires peuvent demander l’expulsion au tribunal des locations. S’il y a moins de 21 jours de retard, le locateur peut envoyer un avis écrit au locataire pour obtenir une indemnisation.

Après une autre semaine sans loyer payé, le propriétaire a envoyé une lettre au locataire disant que les serrures seraient changées après quatre jours. Elle s’est également rendue dans la propriété et a expliqué à ses nouveaux collègues que le locataire n’avait payé aucun loyer et qu’ils avaient quitté la propriété.

Le propriétaire a expliqué : « J’ai appelé les locataires et ils m’ont dit que même s’il n’y avait pas d’accord écrit, j’avais un accord verbal, et donc je devais suivre les procédures appropriées… Je ne l’ai pas fait.

READ  EN DIRECT - Élections américaines: Biden appelle à "reprendre le contrôle de la démocratie"

L’ancienne locataire, qui avait laissé ses biens, dont un échafaudage mobile dans le garage, a demandé au propriétaire une semaine supplémentaire pour les déménager. Étant donné que la marchandise avait été stockée sur la propriété pendant plus de 35 jours, le propriétaire lui a dit que l’ancien locataire se rendait à un organisme de bienfaisance pour recueillir ce qu’il voulait, espérant que cela l’encouragerait à acheter ses affaires.

Le propriétaire a pris l’échafaudage, “la seule chose dans le garage qui vaille quelque chose” et l’a mis dans la maison.

“C’est à ce moment-là que les choses ont vraiment commencé avec des menaces de mort et des abus. Cette nuit-là était le bon moment [the new tenant] Ils ont détruit l’unité de pompe à chaleur et ont fait tout le chaos, puis ont fait irruption dans la maison et ont volé l’échelle de l’échafaudage.

La propriétaire s’est adressée à sa compagnie d’assurance, l’État, dans l’espoir d’obtenir une indemnisation, pour constater que sa demande a été rejetée.

“Avec la compagnie d’assurance rejetant la réclamation et la police disant qu’elle n’avait pas assez de preuves pour engager des poursuites.” [the tenant] Pour elle (ce qui me semble absurde), je suis maintenant hors de ma poche pour plus de 7 000 $ (6 000 $ après la caution).

Un porte-parole d’IAG New Zealand Limited, propriétaire de l’État, a déclaré qu’en raison de la confidentialité, la société ne pouvait pas commenter les circonstances spécifiques des clients. Cependant, les politiques globales de l’État en matière d’habitation excluent les dommages intentionnels à un locataire.

READ  Carré de crème anglaise, tranche de vanille ou bloc de mucus: l'Australie ruine une délicieuse gâterie avec le nom

La police couvre les dommages intentionnels uniquement en cas de sinistre causé par un incendie, une explosion ou une contamination par la méthamphétamine (dans les limites spécifiées). Les dommages intentionnels d’un locataire sont couverts par la police d’assurance des propriétaires fonciers de l’État.

“L’assurance propriétaire de l’État couvre les actes intentionnels, le vandalisme ou le vol par les locataires jusqu’à 10 000 $ par événement de contenu (cela peut aller jusqu’à 25 000 $)”, a déclaré le porte-parole.

Un porte-parole d’un autre assureur public, AA Insurance, a déclaré qu’il disposait d’une fonctionnalité optionnelle appelée «couverture étendue des propriétaires» qui couvre les propriétaires jusqu’à 20 000 $ pour la perte d’une maison de location pour dommages malveillants, vol et vandalisme. Il décide au cas par cas si le dommage était accidentel ou intentionnel (préjudiciable).

Un porte-parole d’AA Insurance a déclaré: “Par exemple, un seul trou dans le mur est susceptible d’être un dommage accidentel, tandis que si un locataire dessine des graffitis sur le mur du salon, nous sommes plus susceptibles de considérer cela comme un dommage malveillant.”

Steve Watson, directeur national, Conformité des locations et enquêtes, a déclaré que tant que le propriétaire est en mesure de démontrer que les dommages ne sont pas une cause d’usure, “Les locataires sont responsables des dommages intentionnels et de la négligence dans un bien locatif.

« Si les dommages causés par le locataire sont importants, les propriétaires peuvent saisir le tribunal des locations sans préavis de 14 jours pour obtenir une indemnisation », a déclaré Watson.

Il a déclaré qu’il existe des règles que les propriétaires doivent suivre lorsqu’ils traitent les biens laissés après le départ des locataires. l’ange Obligatoire pour essayer de contacter le locataire Et donnez-leur un délai raisonnable pour le récupérer.

READ  un an après la destruction de l'avion ukrainien, l'enquête est au point mort, le traumatisme persiste

S’ils ne sont pas contactés ou si les biens ne sont pas récupérés, les propriétaires peuvent saisir le tribunal des locations ou, après 35 jours, ils peuvent décider de stocker, d’aliéner ou de vendre

Lothaire Hébert

"Avocat général des médias sociaux. Féru de zombies. Geek de la télévision. Penseur. Entrepreneur. Accro à l'alcool."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer