Tech

Le procureur français ouvre une enquête après une plainte concernant le logiciel espion Pegasus

Un homme cagoulé tient un ordinateur portable sur lequel un code électronique est affiché sur cette photo illustrative prise le 13 mai 2017. REUTERS/Kacper Pembel/Illustration/File Photo

  • Le parquet français ouvre une enquête sur des allégations d’espionnage électronique
  • Le site d’investigation Mediapart dit que le Maroc est visé
  • NSO Group Maroc dément tout acte répréhensible

PARIS (Reuters) – Le parquet de Paris a ouvert mardi une enquête sur les allégations du site d’information d’investigation Mediapart et de deux de ses journalistes selon lesquelles le Maroc les aurait espionnés à l’aide du logiciel espion Pegasus au centre d’un scandale mondial.

Une enquête publiée dimanche par 17 médias, dirigée par l’association à but non lucratif basée à Paris Forbidden Stories, a révélé que le logiciel espion, fabriqué et autorisé par la société israélienne NSO, a été utilisé dans des tentatives de piratage réussies sur 37 smartphones appartenant à des journalistes. et des représentants du gouvernement et des militants des droits de l’homme. Lire la suite

Mediapart a déclaré lundi dans une série de tweets que les services de renseignement marocains utilisaient le système Pegasus pour espionner les téléphones portables de deux de ses reporters.

“Le seul moyen de découvrir la vérité est que les autorités judiciaires mènent une enquête indépendante sur l’espionnage généralisé organisé par le Maroc en France”, a déclaré Mediapart dans l’un de ses tweets.

Le Maroc a publié une déclaration officielle rejetant ce qu’il a qualifié d'”allégations infondées et fausses”. NSO a également nié tout acte répréhensible.

Le communiqué du procureur de la République de Paris ne mentionne pas le Maroc, précisant seulement qu’il a décidé d’ouvrir l’enquête après avoir reçu la plainte de Mediapart et de ses correspondants.

READ  Lab - Apple MacBook Pro M1: plus que des performances étonnantes

Il enquête sur une série de crimes potentiels liés au cyberespionnage.

The Guardian, l’un des médias impliqués dans l’enquête, a déclaré que l’enquête indiquait une “utilisation abusive généralisée et continue” du logiciel de piratage de NSO, qui a été décrit comme un logiciel malveillant qui infecte les smartphones pour permettre l’extraction et l’activation secrètes de messages, photos, e-mails et l’enregistrement et l’activation des appels. micros.

NSO affirme que son produit est uniquement destiné à être utilisé par les agences de renseignement et d’application de la loi du gouvernement qui ont été approuvées pour lutter contre le terrorisme et la criminalité.

Shalev Hulio, fondateur du groupe NSO, a déclaré mardi à la station de radio 103 FM de Tel-Aviv que la liste publiée des cibles présumées de Pegasus “n’est pas liée à NSO”.

“Notre plate-forme empêche les attaques terroristes et sauve des vies”, a-t-il déclaré dans une rare interview.

Hulio a déclaré qu’au cours de ses 11 années d’existence, NSO a travaillé avec 45 pays et a rejeté près de 90 pays. Il a refusé de nommer l’un d’entre eux.

“Je pense que les tribunaux finiront par se retrouver, avec une décision judiciaire en notre faveur, après que nous ayons déposé des poursuites en diffamation, car nous n’aurons pas d’autre choix”, a-t-il déclaré.

(Reportage de Dominic Vidalon, Ingrid Melander) Reportage supplémentaire d’Ahmed El Jechtimi à Rabat, Dan Williams à Jérusalem et Angus McDowall en Tunisie. Écrit par Ingrid Melander Montage par Nick McPhee et Mark Potter

Nos critères : Principes de confiance de Thomson Reuters.

Cunégonde Lestrange

"Gourou de Twitter. Écrivain en herbe. Fauteur de troubles typique. Entrepreneur. Étudiant hipster."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer