Top News

Le Premier ministre pakistanais Imran Khan a été évincé après avoir perdu un vote de censure au Parlement

émis en : Modifié:

Imran Khan a été limogé dimanche en tant que Premier ministre du Pakistan après avoir perdu un vote de censure au Parlement après des semaines de troubles politiques.

On ne savait pas immédiatement quand un nouveau Premier ministre serait choisi, mais le chef de la Ligue musulmane du Pakistan-Nord (PML-N) était presque certain d’être choisi pour diriger la nation nucléaire de 220 millions d’habitants.

Aucun Premier ministre n’a jamais servi un mandat complet au Pakistan, mais Khan est le premier à perdre son poste de cette manière.

Le président du Parlement par intérim, Sardar Ayaz Sadiq, a déclaré que 174 députés avaient voté en faveur de la motion, « et qu’en conséquence, un vote de défiance a été organisé ».

Khan, 69 ans, a tout tenté pour rester au pouvoir – y compris dissoudre le parlement et convoquer de nouvelles élections – mais la Cour suprême a jugé toutes ses actions illégales la semaine dernière, ordonnant à l’assemblée de se réunir à nouveau et de voter.

Il y a eu un drame jusqu’à une date limite de minuit ordonnée par la Cour suprême, le président du conseil – un loyaliste de Khan – démissionnant à la dernière minute.

Au final la séance s’est poursuivie jusqu’à dimanche avec un suppléant.

« Nous mettrons un baume sur les plaies de cette nation », a déclaré Sharif immédiatement après l’annonce des résultats.

Khan, qui n’était pas présent, a perdu sa majorité dans l’assemblée de 342 sièges à cause des défections des partenaires de la coalition et des membres de son parti, et l’opposition n’a eu besoin que de 172 voix pour le destituer.

READ  Pas besoin d'UE : l'Allemagne, la France et l'Italie se disputent des accords post-Brexit avec le Royaume-Uni

Le militantisme est en hausse

Celui qui prendra le poste devra encore faire face aux problèmes qui ont dérangé Khan – inflation galopante, roupie faible et dette écrasante.

Le militantisme est également en hausse, avec les talibans pakistanais enhardis par le retour au pouvoir du groupe militant islamiste l’année dernière dans l’Afghanistan voisin.

Les tensions ont augmenté plus tôt lorsque Sharif a insisté pour qu’un vote ait lieu immédiatement – ​​comme l’a ordonné la Cour suprême jeudi – mais les loyalistes de Khan ont exigé une discussion d’abord sur les allégations d’ingérence étrangère de leur chef dans le processus.

Le ministre des Affaires étrangères Shah Mahmood Qureshi a accusé l’opposition de conduire le pays sur une voie dangereuse.

« L’histoire exposera tous ceux qui ont ouvert la voie à cette décision de faire tomber le gouvernement », a-t-il déclaré, aux chants de « votez, votez » de l’opposition.

Khan insiste sur le fait qu’il a été victime d’un complot de « changement de régime » impliquant les États-Unis.

Il a déclaré que la Ligue musulmane du Pakistan-Nawaz et le Parti du peuple pakistanais – deux groupes normalement en conflit qui ont uni leurs forces pour l’évincer – ont conspiré avec Washington pour organiser un vote de défiance en raison de son opposition à la politique étrangère américaine, en particulier dans les pays musulmans. comme l’Irak et l’Afghanistan.

Il a également accusé l’opposition d’acheter des soutiens au Parlement par le « commerce ouvert de chevaux… en vendant des législateurs comme des chèvres et des moutons ».

La durée du prochain gouvernement est également une question de spéculation.

READ  Les incendies dans le sud-ouest de la France brûlent plus de 10 000 hectares de forêt

L’opposition a précédemment déclaré qu’elle souhaitait des élections anticipées – qui devraient être convoquées d’ici octobre de l’année prochaine – mais la prise de pouvoir leur donne la possibilité de définir leur propre programme et de mettre fin à une série d’enquêtes qu’ils disent que Khan a lancées contre eux en représailles.

Les médias locaux ont cité un responsable de la Commission électorale disant qu’il faudrait au moins sept mois pour se préparer au vote national.

Publiquement, l’armée semble s’éloigner du conflit actuel, mais il y a eu quatre coups d’État depuis l’indépendance en 1947, et le pays a passé plus de trois décennies sous le règne de l’armée.

(AFP)

Astor Abel

"Ninja de bière certifié. Aficionado maléfique de la culture pop. Evangéliste de la télévision."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer