Top News

Le Premier ministre français a survécu à un vote de défiance au Parlement

PARIS (Reuters) – Le Premier ministre français Elizabeth Born a confortablement survécu lundi à une motion de censure contre elle par une large coalition d’opposants de gauche.

Un décompte officiel des voix a montré que 146 députés ont voté en faveur de la motion. La motion nécessitait une majorité absolue de 289 voix pour accélérer la chute du gouvernement.

Alors que le résultat était incertain, il visait à démontrer les intentions de l’Alliance Nupes – le plus grand bloc d’opposition au « Groupe! » Au centre d’Emmanuel Macron ! Assemblée – pour compliquer la vie du président au Parlement.

Inscrivez-vous maintenant pour obtenir un accès gratuit et illimité à Reuters.com

Mais comme la coalition Nupes est composée de 151 députés, cela signifie que cinq d’entre eux ont choisi de ne pas voter sur la motion de destitution, ce qui pourrait être interprété comme un signe positif par Bourne et son gouvernement.

« Nous devons discuter des problèmes auxquels les Français sont confrontés, ce vote de défiance est injuste », a déclaré le Premier ministre au Parlement peu avant le vote.

« Ce vote de défiance n’est qu’une tactique politique (…) Passons ensemble à une culture du compromis », a-t-elle ajouté.

Après avoir joui d’une majorité confortable à la Chambre des représentants lors de son premier mandat, Macron nouvellement réélu a perdu sa majorité absolue au Parlement lors des élections législatives de juin et ne peut plus compter sur la Chambre pour faire passer son programme de réformes.

Au lieu de cela, Macron et son gouvernement sont confrontés à la négociation de la législation projet de loi par projet de loi, ce qui usurperait un certain contrôle sur le processus.

READ  La France met en garde la Russie contre des sanctions si le critique du Kremlin Navalny meurt

La motion de censure devait échouer après que les républicains conservateurs et le parti d’extrême droite du Rassemblement national de Marine Le Pen ont déclaré qu’ils s’abstiendraient.

« Vous, Mme Bourne, êtes une anomalie démocratique (…) vous n’avez aucune légitimité, ni politique ni parlementaire », a déclaré à l’assemblée Mathilde Baneau, présidente de France insoumise, principale composante de la coalition Nupes.

« Ceux qui ne voteront pas sur cette motion de censure soutiendront votre politique », a-t-elle ajouté avant le vote.

Maintenant que la motion de censure est terminée, le parlement va bientôt commencer à discuter du plan de lutte contre l’inflation de 20 milliards d’euros (20,13 milliards de dollars) dévoilé par le gouvernement la semaine dernière. Lire la suite

(1 dollar = 0,9937 euros)

Inscrivez-vous maintenant pour obtenir un accès gratuit et illimité à Reuters.com

(Reportage de Benoit van Overstraiten et Richard Love) Montage par Jonathan Otis

Nos critères : Principes de confiance de Thomson Reuters.

Astor Abel

"Ninja de bière certifié. Aficionado maléfique de la culture pop. Evangéliste de la télévision."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer