sport

Le Pogacar incassable le garde au frais pour rester dans le siège du conducteur

Cyclisme – Tour de France – Étape 15 – Siret à Andorre-la-Vieille – France – 11 juillet 2021 Le coureur de l’équipe des Émirats arabes unis, Tadej Pogacar, de Slovénie, porte le maillot jaune de capitaine tout en jouant avec les coureurs lors de l’étape 15.

Andorre (Reuters) – Tadej Pogacar craint la chaleur plus que ses principaux rivaux du Tour de France et maintenant que la course se dirige vers les Pyrénées françaises plus fraîches, les rivaux du champion en titre ont peut-être raté leur meilleure chance de l’inquiéter.

Le Slovène a eu du mal au coucher du soleil sur le Monte Vento la semaine dernière, montrant de rares signes de faiblesse, mais avec des températures dépassant les 30°C lors de l’ascension vers Andorre Pojacar, il n’a pas faibli.

A l’approche d’un deuxième jour de repos avec cinq jours de compétition restants et plus de cinq minutes d’avance sur ses rivaux, Pogacar est dans une position détendue.

“Aujourd’hui, ils ont essayé d’attaquer mais malheureusement, je me sentais bien pour eux car cela m’aurait fait chuter pour une bonne journée”, a déclaré le joueur de 22 ans aux journalistes.

“Après aujourd’hui, je ne sais pas (ce qui me fait peur). Aujourd’hui a été l’une des plus difficiles. Hier il faisait très chaud, le Mont Ventoux était très chaud, et c’était la chose la plus effrayante pour moi avant la tournée.

“Mais je ne suis pas confiant dans la chaleur, mais après cette semaine, car chaque jour a été si chaud, je me sens plus à l’aise. Beaucoup de choses peuvent arriver mais je serai vraiment confiant au cours de la troisième semaine.”

READ  Swatik dit que la pression monte après une victoire fragile à l'US Open

Les équipes rivales semblent également penser que la tournée est déjà terminée.

“Je ne pense pas qu’il soit incassable, mais comme l’a dit (le manager de l’équipe) Dave (Brailsford) :” C’est comme du bambou. Il se plie, mais il attrape rarement, alors nous verrons “”, a déclaré le champion 2018, Geirant Thomas, qui a raté le club. Il a toutefois concouru avec le quatrième Richard Karapaz dans les Ineos Grenadiers.

“Mais vous devez garder votre foi et votre confiance en vous. N’importe qui peut avoir une mauvaise journée. Il a couru très fort depuis le début, donc on ne sait jamais.”

Pojacar, qui a battu pour la dernière fois son compatriote slovène Primoz Roglic l’année dernière, pense que sa forme était à peu près la même.

“C’était très difficile car la première semaine, il y a eu beaucoup de chutes, d’efforts courts et intenses, mais en termes de puissance sur longue distance, j’ai à peu près les mêmes chiffres que l’année dernière”, a-t-il déclaré.

Rapports Julian Britto. Edité par Ed Osmond

Nos critères : Principes de confiance de Thomson Reuters.

Delphine Perrault

"Solutionneur de problèmes extrêmes. Chercheur avide de bacon. Écrivain maléfique. Geek du Web. Défenseur des zombies depuis toujours."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer