Economy

Le nouveau gouvernement militaire du Burkina Faso rencontre le bloc ouest-africain

Il n’y a eu aucune autre communication sur les sujets abordés ou sur d’éventuels accords entre les deux parties.

Il n’y a eu aucune autre communication sur les sujets abordés ou sur d’éventuels accords entre les deux parties.

La présidence par intérim a déclaré que les nouveaux chefs militaires du Burkina Faso avaient rencontré mardi des représentants du principal bloc politique et économique d’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) pour discuter des plans de démocratisation après le deuxième coup d’État du pays cette année.

Il n’y a eu aucune autre communication sur les sujets abordés ou sur d’éventuels accords entre les deux parties.

La CEDEAO a exhorté à plusieurs reprises les responsables militaires qui ont pris le pouvoir vendredi à respecter le calendrier convenu avec leurs prédécesseurs pour ramener le Burkina Faso rétif à un régime constitutionnel d’ici juillet 2024, un calendrier accepté par l’ancienne junte.

Il a déclaré lundi dans une interview à Radio France International que l’actuel commandant militaire du pays, Ibrahim Traoré, qui a dirigé le coup d’État qui a renversé le président par intérim Paul-Henri Damiba la semaine dernière, respectera l’échéance de la CEDEAO.

Le bloc n’a pas encore évoqué le résultat de la réunion de mardi.

Une source diplomatique a déclaré que cela s’est produit dans le contexte des manifestations dans la capitale, Ouagadougou, qui ont contraint la délégation de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest à rester à l’aéroport au lieu de se rendre à la salle de conférence du centre-ville pour des raisons de sécurité.

Un journaliste de Reuters a déclaré que des dizaines de manifestants avaient bloqué l’accès au centre de conférence mardi matin pour empêcher la réunion.

Les foules sont restées relativement petites et pacifiques.

Mais ils sont venus dans la foulée de violentes manifestations anti-françaises au cours du week-end qui ont éclaté après que Traoré a déclaré que Damiba s’était réfugié dans une base militaire française, ce que la France a démenti.

Lire aussi : Explication | La montée du militantisme islamiste au Burkina Faso

« Les civils et les militaires doivent décider. Nous ne voulons pas participer au jeu (de la CEDEAO) », a déclaré le manifestant Adama Ouedraogo.

Certains ont accusé le bloc de se ranger du côté de la France, l’ancien colonialiste du Burkina Faso, et de ne pas faire grand-chose pour aider le pays à faire face à une insurrection islamiste rampante qui a tué des centaines de personnes, déplacé des milliers de personnes et poussé les villes assiégées du nord au bord de la famine.

La frustration face à l’insécurité croissante a conduit à la fois au premier coup d’État militaire en janvier et au dernier coup d’État.

La CEDEAO a du mal à faciliter un retour à l’ordre constitutionnel au Burkina Faso, au Tchad, en Guinée et au Mali, qui ont tous connu des coups d’État depuis 2020.

READ  Les États-Unis proposent de redéfinir quand les travailleurs temporaires sont employés

Beaumont Lefebvre

"Amoureux de la nourriture. Défenseur de l'alcool. Solutionneur de problèmes. Expert en café. Maven d'Internet pour les hipsters."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer