Economy

L’UE fixe des critères possibles pour les sanctions libanaises – document

Gebran Bassil, chef du plus grand bloc chrétien du Liban, s’exprime lors d’une réunion parlementaire au Palais de l’UNESCO à Beyrouth, Liban, le 22 mai 2021. REUTERS/Mohamed Azakir

PARIS/BRUXELLES (Reuters) – Les normes de sanctions de l’Union européenne en préparation pour les politiciens libanais sont susceptibles d’inclure la corruption, l’entrave aux efforts de formation du gouvernement, la mauvaise gestion financière et les violations des droits de l’homme, selon une note diplomatique consultée par Reuters.

L’Union européenne, dirigée par la France, cherche à accroître la pression sur les politiciens en conflit au Liban après 11 mois de crise qui ont laissé le Liban confronté à l’effondrement financier, à l’hyperinflation, aux coupures d’électricité et aux pénuries de carburant et de nourriture.

Le bloc, qui a tenu des discussions techniques sur des mesures possibles le mois dernier, n’a pas pris de décision sur l’approche à adopter, mais le chef de la politique étrangère Josep Borrell doit se rendre au Liban ce week-end et fera rapport aux ministres des Affaires étrangères lundi.

Étant donné que bon nombre des principaux politiciens libanais ont des maisons, des comptes bancaires et des investissements dans l’Union européenne, et y envoient leurs enfants dans des universités, le retrait de cet accès peut aider à concentrer les esprits.

Paris dit qu’il a déjà pris des mesures pour restreindre l’entrée à certains responsables libanais qu’il considère comme entravant les efforts pour lutter contre la crise enracinée dans des décennies de corruption et de dette publique, bien qu’il n’ait mentionné personne publiquement.

L’UE doit d’abord mettre en place un régime de sanctions qui peut ensuite soumettre les individus à des interdictions de voyager et à des gels d’avoirs, bien qu’elle puisse également décider de ne désigner personne immédiatement.

READ  LVMH s'offre Tiffany avec une petite remise

La note, qui souligne également les forces et les faiblesses d’une telle action, se concentre sur quatre critères. Cela commence par entraver la formation du gouvernement, le processus politique ou la réussite de la transition politique, puis se transforme en obstruction à la mise en œuvre des réformes urgentes nécessaires pour surmonter la crise politique, économique et sociale.

La mauvaise gestion financière, visant des personnes, entités ou organismes soupçonnés d’être responsables de la mauvaise gestion des finances publiques et du secteur bancaire, est également un critère aussi fondamental que la violation des droits de l’homme résultant de la crise économique et sociale.

« On peut affirmer que le manque de responsabilité politique des dirigeants au Liban est au cœur de l’effondrement massif de l’économie », lit-on dans la note, faisant référence à des normes potentielles en matière de droits humains.

Cela a entraîné de grandes souffrances et un impact sur les droits humains de la population au Liban.

Ces notes diplomatiques sont courantes dans l’élaboration des politiques de l’UE et sont diffusées parmi les diplomates et les fonctionnaires de l’UE, bien qu’elles ne soient pas rendues publiques.

Le mémorandum indique également qu’une « stratégie de sortie » devrait être élaborée qui propose des critères pour déterminer si le régime de sanctions a atteint son objectif ainsi que pour le renouvellement ou la levée des nominations individuelles.

On ne sait pas encore à quelle vitesse les sanctions seront imposées, mais alors que les divisions politiques continuent de s’envenimer, le bloc devrait aller de l’avant avant les vacances d’été.

READ  le fonds français Ardian entre en jeu

Il existe des divisions parmi les 27 nations de l’UE sur la sagesse des sanctions de l’UE, mais les deux principales puissances de l’Union, la France et l’Allemagne, y sont favorables, ce qui est susceptible d’être crucial. Un groupe plus important de pays n’a pas encore défini son approche.

La Hongrie a publiquement dénoncé les efforts de l’UE pour faire pression sur les politiciens libanais.

Un haut responsable européen a déclaré à Reuters que Paris avait pour objectif de punir le puissant politicien chrétien Gebran Bassil, qui est déjà sous les sanctions américaines.

écrit par John Irish; Edité par Giles Algood

Nos critères : Principes de confiance de Thomson Reuters.

Beaumont Lefebvre

"Amoureux de la nourriture. Défenseur de l'alcool. Solutionneur de problèmes. Expert en café. Maven d'Internet pour les hipsters."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer