Economy

Le ministre israélien de la Défense partage ses conclusions préliminaires sur l’ONS avec la France

JERUSALEM (Reuters) – Le ministre israélien de la Défense partagera mercredi les résultats préliminaires d’une évaluation gouvernementale des exportations du groupe NSO avec la France, dont le chef serait parmi les cibles des logiciels espions vendus par une société privée israélienne de logiciels espions.

Le journal français Le Monde a rapporté que le téléphone du président Emmanuel Macron figurait sur une liste de cibles pouvant avoir été surveillées par le Maroc, qui utilisait le logiciel NSO Pegasus. Le président français a demandé une enquête.

Le bureau du ministre israélien de la Défense Benny Gantz a déclaré qu’il se rendra pour rencontrer son homologue française Florence Parly pour des entretiens sur la crise de gouvernance au Liban et la diplomatie nucléaire iranienne.

“Il (Gantz) informera également le ministre sur la question de l’ONS”, a déclaré le bureau dans un communiqué mardi.

Le ministère de Gantz, qui supervise les exportations commerciales de technologies de surveillance électronique, fait partie d’un groupe de travail de haut niveau chargé d’évaluer les allégations concernant Pegasus qui ont été publiées la semaine dernière par 17 organisations de médias, dirigées par le groupe de journalisme interdit à but non lucratif basé à Paris.

Les médias ont déclaré que Pegasus avait été utilisé dans des tentatives réussies de piratage des smartphones de journalistes, de responsables gouvernementaux et de militants des droits.

NSO a rejeté le rapport, affirmant qu’il était “plein de fausses hypothèses et de théories non fondées”. La société a déclaré que le logiciel Pegasus est uniquement destiné à être utilisé par les agences de renseignement et d’application de la loi du gouvernement pour lutter contre le terrorisme et la criminalité.

READ  Wall Street ferme un peu plus haut après une session raccourcie

La chaîne d’information israélienne la mieux notée Channel 12 a déclaré que Gantz dira à son hôte français que si l’évaluation israélienne révèle que les Marocains abusent du système Pegasus, ils peuvent être retirés du système.

Les responsables israéliens n’ont pas commenté ce rapport. Le ministère de Gantz et le NSO ont refusé de préciser quels pays possèdent Pegasus.

Un collaborateur de Gantz a déclaré à Reuters qu’il faudrait “des semaines” pour que l’évaluation du gouvernement de l’ONS soit terminée. Lorsqu’on lui a demandé si le ministère de la Défense pourrait accroître la surveillance des exportations de NSO, l’assistant a déclaré: “La censure, c’est bien. Il y a des problèmes complètement différents ici.” L’assistant n’a pas expliqué.

NSO dit qu’il ne connaît pas l’identité spécifique des personnes

Contre ceux qui utilisent les clients Pegasus, mais c’est si ça arrive

Plaintes selon lesquelles des listes de cibles peuvent être obtenues et fermées unilatéralement

ci-dessous le programme pour tous les clients qui en ont fait un mauvais usage.

Reportage supplémentaire de Mayan Lobel. Montage par Ari Rabinovitch, Nick McPhee et William McLean

Nos critères : Principes de confiance de Thomson Reuters.

Beaumont Lefebvre

"Amoureux de la nourriture. Défenseur de l'alcool. Solutionneur de problèmes. Expert en café. Maven d'Internet pour les hipsters."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer