Tech

Le gouvernement belge a trouvé un compromis sur la sortie du nucléaire

BRUXELLES (Reuters) – Le gouvernement belge a donné son accord de principe jeudi pour fermer ses centrales nucléaires d’ici 2025, mais a laissé ouverte la possibilité de prolonger la durée de vie de deux réacteurs s’il ne peut garantir l’approvisionnement énergétique.

La coalition de sept partis s’est débattue pendant des mois avec la question, les Verts insistant pour qu’une loi de 2003 prévoyant une sortie du nucléaire soit respectée, tandis que les libéraux francophones étaient favorables à la prolongation de la durée de vie des deux nouveaux réacteurs.

Le gouvernement s’était donné un délai de fin 2021 pour régler l’affaire.

Inscrivez-vous maintenant pour obtenir un accès gratuit et illimité à Reuters.com

Les deux centrales nucléaires belges, avec un total de sept réacteurs, sont exploitées par la société d’électricité française ENGIE.PA et représentent près de la moitié de la production d’électricité du pays.

Après des discussions toute la nuit, les ministres sont parvenus à un compromis selon lequel la dernière centrale nucléaire existante serait fermée en 2025, rejoignant d’autres pays comme l’Allemagne qui abandonnent également progressivement la technologie.

Cependant, la Belgique doit encore trouver comment combler le déficit énergétique et il y a un problème. Le lauréat d’un contrat pour la construction d’une centrale à gaz juste au nord de Bruxelles s’est vu refuser un permis.

Le gouvernement attendra maintenant jusqu’au 15 mars pour voir si le permis a été accordé, et sinon, examinera d’autres options, y compris d’autres soumissionnaires.

Le Premier ministre Alexandre de Croo a déclaré qu’il était possible de laisser certains réacteurs nucléaires fonctionner plus longtemps, mais a ajouté que c’était « hautement improbable ».

READ  Série gratuite contre RED by SFR à partir de 12,99 € / mois

La Belgique investira également 100 millions d’euros (113 millions de dollars) sur quatre ans dans la recherche sur la technologie de l’énergie nucléaire, en se concentrant sur des réacteurs modulaires plus petits, et éventuellement sur des collaborations avec la France et les Pays-Bas.

La sortie nucléaire prévue commencera par l’arrêt d’un réacteur le 1er octobre 2022. Le déclassement, y compris l’élimination de toutes les matières radioactives et la démolition des bâtiments, devrait être achevé d’ici 2045.

(1 dollar = 0,8821 euro)

Inscrivez-vous maintenant pour obtenir un accès gratuit et illimité à Reuters.com

(Reportage de Philip Blinkinsop) Montage par Mark Potter

Nos critères : Principes de confiance de Thomson Reuters.

Cunégonde Lestrange

"Gourou de Twitter. Écrivain en herbe. Fauteur de troubles typique. Entrepreneur. Étudiant hipster."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer