World

Le G7 a montré que le monde a changé après Trump

Avis: Quelle différence une année fait dans la diplomatie internationale.

Il y a un an, le président américain Donald Trump était alors obligé de le faire Il abandonne ses plans pour le sommet du G7 Lors de la retraite présidentielle à Camp David à l’extérieur de Washington.

Diverses excuses ont été avancées par les participants, notamment le fait qu’il n’est pas souhaitable de voyager à travers le monde en pleine pandémie. Mais en réalité, peu de dirigeants du G7, voire aucun, voulaient s’associer à Trump dans ce qui était espéré les derniers jours d’une présidence mal représentée.

Un an plus tard, ces mêmes dirigeants se sont rencontrés dans une station balnéaire anglaise – à l’ombre de la poursuite pandémie de covid-19 – à Célébrez la fin d’un chapitre perturbateur de l’histoire diplomatique. La satisfaction était évidente dans les interactions des représentants des États-Unis, du Royaume-Uni, de la France, de l’Allemagne, du Japon, de l’Italie et du Canada.

Lire la suite:
* Boris Johnson : le G7 promet plus d’1 milliard de doses de vaccin Covid-19 aux pays pauvres
* Les Cornouailles, où les dirigeants du G7 sont hébergés dans une station balnéaire, est l’une des régions les plus pauvres de Grande-Bretagne
* Le désaccord entre le Royaume-Uni et l’UE sur le Brexit concernant l’Irlande du Nord manquera le sommet des dirigeants du G7
* G7: la reine Elizabeth accueille les dirigeants et les couples du G7 lors d’un événement à huis clos
* La Nouvelle-Zélande doit soutenir le régime fiscal multinational du G7

L’Amérique est de retour, non pas sous la forme d'”America First”, mais comme annoncé leader mondial libre, pour utiliser une description à l’ancienne.

READ  Emirates a été priée de payer plus de 2,2 millions de dollars après avoir perdu des sacs pleins d'argent

Cependant, au cours des quatre années de présidence Trump, au cours desquelles Washington Il a effectivement renoncé à son rôle de leader mondial En faveur d’une attitude repliée sur elle-même définie par son adhésion au credo America First, le monde a changé et s’est radicalement transformé.

En 2016, dernière année de l’administration Obama, c’était Sommet du G7 au Japon Focus sur la question climatique dans le sillage de l’Accord de Paris a eu lieu en avril de la même année. Ses autres priorités étaient les conflits en mer de Chine méridionale et, fait intéressant, la nécessité de renforcer une réponse mondiale aux pandémies à la lumière des expériences avec le virus Ebola en Afrique.

Cette réponse globale s’est avérée insuffisante. Cela soulève la question suivante : quel avis les autorités sanitaires mondiales, en particulier l’Organisation mondiale de la santé, ont-elles reçu du communiqué du G7 2016 ?

Le président américain Joe Biden et le président français Emmanuel Macron se sont rencontrés lors d'une réunion bilatérale au sommet du G7.

Patrick Simansky/AFP

Le président américain Joe Biden et le président français Emmanuel Macron se sont rencontrés lors d’une réunion bilatérale au sommet du G7.

Cinq ans plus tard, les défis identifiés dans le document de 2016 ont été largement exagérés. Cela résulte d’une combinaison d’un manque de leadership américain sur des questions telles que le climat et d’un échec mondial plus large à gérer la montée de la Chine.

En 2016, les activités de la Chine en mer de Chine méridionale en Contester la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer (UNCLOS) C’était une préoccupation croissante, tout comme les signes de son affirmation croissante sous son chef nationaliste, Xi Jinping.

Mais le consensus à l’époque était que la montée en puissance de la Chine pouvait être accueillie sans perturber indûment un ordre international fondé sur des règles. Cela s’est avéré être une erreur de calcul majeure.

Avance rapide jusqu’au G7 2021 à Cornwall, où il y a des inquiétudes concernant L’essor de la Chine dans ses différentes dimensions Tables rondes hantées et rencontres bilatérales. Aucun autre problème n’a approché les inquiétudes concernant la Chine : ni le changement climatique, ni les défis actuels de la pandémie.

En fin de compte, le Déclaration du G7 Il était relativement restreint en Chine. Cela reflète les divergences d’opinion entre les participants sur la façon de gérer une situation difficile. Les Américains et les Canadiens voulaient une langue plus forte. Les Européens ont préféré une approche moins dure. Le Japon était quelque part au milieu.

Le Premier ministre canadien Justin Trudeau accueille la chancelière allemande Angela Merkel au début d'une réunion bilatérale au sommet du G7.

Adrian Wilde/AFP

Le Premier ministre canadien Justin Trudeau accueille la chancelière allemande Angela Merkel au début d’une réunion bilatérale au sommet du G7.

Cependant, des références ont été faites à la Chine, contrairement aux déclarations précédentes du Groupe des Sept, qui dansaient autour de la question des défis de Pékin à un ordre mondial fondé sur des règles.

D’un point de vue australien, la référence de la déclaration au recours de la Chine à des représailles économiques pour punir ceux qui se trouvent en désaccord avec sa politique serait la bienvenue :

“En ce qui concerne la Chine et la concurrence dans l’économie mondiale, nous continuerons à nous consulter sur les approches collectives pour contester les politiques et pratiques non marchandes qui compromettent le fonctionnement juste et transparent de l’économie mondiale.”

Sur les droits de l’homme, le G7 a été d’une franchise louable :

“Nous ferons progresser nos valeurs en appelant la Chine à respecter les droits de l’homme et les libertés fondamentales, en particulier en ce qui concerne le Xinjiang et ces droits et libertés et un degré élevé d’autonomie pour Hong Kong inscrit dans la Déclaration conjointe sino-britannique et la Déclaration de base Droit.”

Remarquablement, Taiwan a fait son chemin vers le communiqué du G7 pour la première fois. Ici, les principales démocraties du monde ont lancé un avertissement assez brutal à Pékin de ne pas déstabiliser davantage les relations à travers le détroit de Taïwan :

“Nous soulignons l’importance de la paix et de la stabilité à travers le détroit de Taiwan et encourageons le règlement pacifique des problèmes transdétroit. Nous restons profondément préoccupés par la situation dans les mers de Chine orientale et méridionale et nous nous opposons fermement à toute tentative unilatérale de changer le statu quo et augmenter les tensions.”

Comme prévu, les commentateurs chinois Rejet de l’opération du G7 En marge, il affirme que “le centre de gravité économique et politique du monde s’est déplacé”, en tant que nationaliste Temps mondial Mets-le.

Scott Morrison, en tant qu’invité officiel, sera soulagé que le G7 ne soit pas parvenu à un consensus sur le calendrier d’élimination progressive du charbon pour la production d’électricité. D’autre part, il n’ignorera pas le langage fort de la déclaration appelant à un engagement à atteindre des émissions nettes de gaz à effet de serre “dès que possible”.

L’Australie n’aurait aucun problème avec d’autres initiatives du G7 telles que les appels à des impôts minimums mondiaux pour assurer une plus grande justice mondiale. Elle ne s’opposera pas à la proposition des démocraties libérales de contribuer à un fonds d’infrastructure pour concurrencer les Initiative chinoise “la Ceinture et la Route” dans le monde en développement.

piscine / Getty Images

“D’un côté, Morrison avait trouvé le G7 de Cornwall embarrassant. Aucun autre leader de la démocratie libérale occidentale n’avait rejoint une alliance étroite avec Trump White House.” (fichier image)

Nul doute que Morrison serait déçu parce qu’il ne l’avait pas.”un contre unRencontre avec le président américain Joe Biden. Au lieu de cela, il a dû se contenter d’une conversation à trois impliquant l’hôte du sommet, le Premier ministre britannique Boris Johnson. Il n’est pas clair s’il s’agit d’un outrage, mais les journalistes qui ont informé les journalistes avant le sommet du G7 n’avaient pas à susciter des attentes.

D’un côté, Morrison avait trouvé le Cornwall G7 embarrassant. Aucun autre leader de la démocratie libérale occidentale n’a rejoint une alliance étroite avec la Maison Blanche de Trump.

Dans ses tentatives de se positionner du côté de Trump, Morrison a fait écho à l’hostilité du président américain de l’époque à l’égard des institutions internationales, qu’il a largement résumée dans la référence de Morrison à la « mondialisation négative » dans Discours du Lowe Institute en 2019. Tels étaient les sentiments que l’ancien président américain utilisait pour promouvoir sa version de la politique « L’Amérique d’abord », contrairement aux tendances pluralistes de ses prédécesseurs.

L’adhésion de Morrison au trumpisme, maintenant discrètement écartée dans ses déclarations publiques, s’aligne mal avec l’accent mis par le nouveau président sur le leadership mondial de Washington en partenariat avec des pays et des institutions partageant les mêmes idées.

Notamment, la déclaration du G7 a réaffirmé l’engagement des démocraties libérales envers le « pluralisme ».

À tout le moins, le Premier ministre australien aurait dû conclure à Cornwall que son investissement personnel dans la présidence Trump n’était pas la solution la plus sage. Le monde s’est transformé.

Tony Walker Il est également vice-chancelier de Université La Trobe.

Cet article a été republié à partir de Conversation Sous licence Creative Commons. Lis le article original.

Lothaire Hébert

"Avocat général des médias sociaux. Féru de zombies. Geek de la télévision. Penseur. Entrepreneur. Accro à l'alcool."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer