Economy

L’Arabie saoudite voit son déficit budgétaire se creuser dans un contexte de pandémie

Une photo fournie par l'Agence de presse officielle saoudienne (SPA) montre le roi Salmane d'Arabie saoudite signant le budget de l'État le 15 décembre 2020 à Riyad (SPA / -)

Une photo fournie par l’Agence de presse officielle saoudienne (SPA) montre le roi Salmane d’Arabie saoudite signant le budget de l’État le 15 décembre 2020 à Riyad (SPA / -)

L’Arabie saoudite, durement touchée par la crise sanitaire et la baisse des prix du brut, a annoncé mardi un déficit budgétaire de 79 milliards de dollars (65 milliards d’euros) pour l’année 2020, soit un peu plus du double du déficit précédent.

“Le déficit budgétaire devrait passer à environ 298 milliards de rials d’ici la fin de 2020, et nous prévoyons de le réduire d’ici la fin de 2021 à 141 milliards de rials (31 milliards d’euros)”, a déclaré le ministère. Finances dans un communiqué de presse.

Le pays réduira ses dépenses, qui devraient baisser d’environ 7% sur un an pour atteindre 990 milliards de rials (217 milliards d’euros) en 2021, selon le communiqué.

En décembre 2019, le royaume saoudien avait anticipé un creusement de son déficit budgétaire, mais à hauteur de 50 milliards de dollars (plus de 40 milliards d’euros), sur fond de prix du pétrole déjà en baisse.

Le déficit en 2019 avait atteint environ 35 milliards de dollars (29 milliards d’euros au taux actuel).

Avant la pandémie, l’Arabie saoudite espérait un retour à l’équilibre budgétaire d’ici 2023.

Le royaume prévoit une croissance de 3,2% en 2021, après une contraction attendue de l’économie à 3,7% cette année, selon le communiqué du ministère des Finances.

En octobre, le Fonds monétaire international (FMI) a estimé que l’économie saoudienne devrait se contracter de 5,4% en 2020.

– “Année difficile” –

Une photo fournie par l'agence de presse officielle saoudienne (SPA) montre le roi Salmane d'Arabie saoudite participant à une réunion sur le budget de l'État le 15 décembre 2020 à Riyad (SPA / -)

Une photo fournie par l’agence de presse officielle saoudienne (SPA) montre le roi Salmane d’Arabie saoudite participant à une réunion sur le budget de l’État le 15 décembre 2020 à Riyad (SPA / -)

“Cette année a été difficile à l’échelle mondiale et des mesures et initiatives exceptionnelles ont dû être prises”, a déclaré le roi Salman d’Arabie saoudite.

Il a souligné que le budget pour l’année 2021 donnerait “la priorité à la protection de la santé des citoyens et des résidents et à leur sécurité. Les efforts continueront à freiner les effets de cette pandémie”.

Première économie du monde arabe et premier exportateur mondial de brut, la riche monarchie du Golfe a annoncé en mai un plan d’austérité visant à tripler la taxe sur la valeur ajoutée et à mettre fin aux allocations mensuelles à ses citoyens, en réponse à la baisse historique des prix et de la demande de pétrole et la pandémie de Covid-19.

Dans le même temps, le royaume a annoncé qu’il prévoyait d’emprunter près de 60 milliards de dollars sur l’année pour financer son déficit budgétaire.

Riyad n’a pas réussi à équilibrer ses comptes depuis la déroute des prix du pétrole en 2014, qui a poussé le pétro-État à emprunter plus de 100 milliards de dollars ces dernières années et à puiser dans ses réserves pour couvrir ces déficits.

Les revenus pétroliers génèrent plus des deux tiers des recettes publiques saoudiennes.

Selon les économistes, le pays a besoin d’un prix du brut d’environ 80 dollars le baril pour équilibrer son budget, supérieur au prix actuel (environ 50 dollars).

Pour faire face à la baisse du prix du brut, Riyad cherche à diversifier son économie, en investissant notamment dans les nouvelles technologies et dans des projets de méga-infrastructures.

Grâce à sa richesse pétrolière, le royaume a pu pendant des décennies se passer de taxes. Elle n’a introduit une TVA de 5% qu’en 2018, dans le cadre d’un plan de réduction de sa dépendance à l’or noir.

En raison de la pandémie, les autorités saoudiennes ont réduit le nombre de participants au hajj, le grand pèlerinage à La Mecque, qui a eu lieu cette année entre fin juillet et début août.

Seuls des dizaines de milliers de fidèles résidant en Arabie saoudite ont pu l’exécuter, contre quelque 2,5 millions de participants du monde entier en 2019. Et cela a privé l’Arabie saoudite de revenus importants, tandis que Riyad espérait pouvoir accueillir 30 millions de pèlerins chaque année. d’ici 2030.

mah-ac / tp / vg / esp / cls

READ  Paris: une fois de plus sert

Thierry Dufour

"Amoureux de la nourriture. Défenseur de l'alcool. Solutionneur de problèmes. Expert en café. Maven d'Internet pour les hipsters."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer