World

L’appel de Nancy Pelosi au chef de cabinet pour éloigner Trump des codes nucléaires

Sait-on jamais. Sûrement troublé par les récents événements de Capitol Hill – où un pro-Trump, inculpé depuis par la justice fédérale, a profité de l’aubaine pour entrer dans son bureau et s’effondrer dans son fauteuil – le chef des démocrates au Congrès américain Nancy Pelosi s’est entretenu avec l’armée américaine vendredi. La raison de la discussion? Assurez-vous que Donald Trump ne peut pas utiliser les codes nucléaires.

Lisez aussi: Capitole, le lendemain

“Ce matin, j’ai parlé avec le chef d’état-major américain Mark Milley pour discuter des précautions disponibles pour empêcher un président instable de lancer des hostilités militaires ou d’accéder aux codes de lancement et d’ordonner une frappe nucléaire.”, a écrit le président de la Chambre des représentants en une lettre adressée à son groupe parlementaire. “La situation avec ce président déséquilibré ne pourrait être plus dangereuse”, poursuit-elle, promettant que le Congrès agirait si Donald Trump ne quittait pas “Imminemment et volontairement” la maison Blanche. Sans préciser la nature de cette action.

Le porte-parole du général Mark Milley, le colonel Dave Butler, a confirmé cet appel: «Nancy Pelosi) est à l’origine de l’appel avec le chef d’état-major. Il a répondu à ses questions sur la chaîne de commandement nucléaire “dit le colonel sans entrer dans les détails de la conversation.

Méfiance grandissante

Aux États-Unis, l’article 2 de la Constitution confère au président américain le statut de commandant en chef des armées. Il est dit, à la section 2 de l’article, que le chef de l’État “Sera commandant en chef de l’armée et de la marine des États-Unis et de la milice des différents États lorsqu’ils seront appelés au service actif aux États-Unis”.

C’est donc lui qui peut donner l’ordre d’activation du code nucléaire au chef du commandement stratégique, qui le transmet aux sites nucléaires. Tant que cette commande est légale. Cependant, la possibilité d’un tel scénario semble peu probable.

READ  Loujain Al-Hathloul, militant des droits humains en Arabie saoudite, condamné à cinq ans et huit mois de prison

Cet appel téléphonique apparaît avant tout comme un nouveau signe de méfiance, non dénué d’opportunisme politique, de la part de Nancy Pelosi envers Donald Trump, dont l’attitude ces derniers jours dépasse le résident du Congrès. Au lendemain de l’insurrection sur Capitol Hill, elle était l’un des plus de 100 démocrates appelant à la destitution du 45e président des États-Unis, affirmant que chacun des quelques jours restants pourrait être converti en “Film d’horreur pour l’Amérique”. “Le seuil franchi est d’une telle gravité qu’il ne fait aucun doute que ce président est autorisé à prendre des décisions”, a insisté Nancy Pelosi, pour qui retirer le pouvoir est un “Urgence de la plus haute importance”.

Lisez aussi: “Ces actions insurgées auraient pu avoir un résultat différent si le clan Trump s’était montré plus compétent pour les exploiter”

Son collègue et chef de file de la minorité républicaine à la Chambre, Kevin McCarthy, a réagi en avertissant que cette procédure devrait être lancée contre Donald Trump. “À peine 12 jours après la fin de son mandat ne fera que diviser davantage notre pays. […] J’ai contacté le président élu Biden aujourd’hui et j’ai l’intention de lui parler de la manière dont nous pouvons travailler ensemble pour calmer les choses et unir le pays », assure le numéro un des républicains à la chambre basse.

De son côté, Donald Trump a annoncé vendredi, dans un tweet laconique, qu’il n’assisterait pas à la cérémonie d’inauguration de son successeur démocrate Joe Biden. “A tous ceux qui l’ont demandé, je n’assisterai pas à la cérémonie d’investiture du 20 janvier”, a tweeté celui qui deviendrait le premier président à refuser d’assister à la prestation de serment de son successeur depuis Andrew Johnson en 1869.

READ  198 décès supplémentaires, le nombre de patients en réanimation toujours en baisse


Romain Métairie

Benoit Béringer

"Avocat général des médias sociaux. Féru de zombies. Geek de la télévision. Penseur. Entrepreneur. Accro à l'alcool."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer