Top News

La sortie de la Grande-Bretagne de l’Union européenne a-t-elle sauvé la Grande-Bretagne du sort de la France ?

Stéphane Roses, auteur de Chaos, était à la radio française cette semaine recevant des félicitations pour être un visionnaire. Le chaos qu’il a décrit dans son livre publié en novembre dernier fait désormais rage en France, avec des centaines de milliers de personnes descendues dans la rue. Invité à expliquer pourquoi, Rouzis a expliqué que la construction avait lieu depuis 1992, l’année où la France a signé le traité de Maastricht, le début de l’Union européenne.

Roses n’est pas la seule de cet avis. L’un des philosophes les plus célèbres de France, l’ailier gauche Michel Onfray, dit la même chose depuis des années.

« La France est morte en 1992, date du traité de Maastricht », a-t-il déclaré dans une interview en 2018. « Nous avons abandonné notre souveraineté pour un État libéral, supranational, dirigé par un appareil très autoritaire qui a de l’argent, donc des médias, et donc opinion »: ce que j’appelle un État de Maastricht.

Onfray était naturellement heureux du Brexit. Une semaine après le vote du Leave, il était l’un des vingt penseurs français à signer une déclaration appelant la France à renégocier le traité avec l’Union européenne.

Saluant le « courage » du peuple britannique à voter pour la sortie de l’UE, les signataires l’ont décrit comme « une gifle à la dérive technocratique dans laquelle l’UE actuelle s’est laissée piéger pendant au moins trois décennies ».

Insulter le public n’est pas une sage décision pour un président français

Ils ont exhorté le président de l’époque, le socialiste François Hollande, à tirer la bonne leçon de la victoire du vote Leave, à savoir que « les citoyens n’acceptent plus d’être gouvernés par des corps non élus, opérant dans l’obscurité la plus totale ». Le Brexit devrait jouer le rôle de catalyseur pour reconstruire le projet européen, en se concentrant sur « trois questions cruciales dont la négligence a conduit à l’effondrement de la construction européenne actuelle ». C’était la démocratie, la prospérité et l’indépendance stratégique.

READ  La police canadienne renouvelle ses efforts pour arrêter le «prêtre Satan» pour avoir abusé d'enfants inuits | Canada

Holland n’a pas tenu compte de l’avertissement. Au contraire, il a doublé sa position vis-à-vis de l’Europe et n’a pas caché son opposition au Brexit. Bien sûr, il a été encouragé dans son discours par le comportement de plusieurs députés de Westminster, qui entre 2016 et 2019 ont fait de leur mieux pour maintenir la Grande-Bretagne en Europe.

Son successeur à l’Elysée, Emmanuel Macron, était également méprisé. Il a déclaré que la décision de partir était fondée sur « des mensonges et de fausses promesses ».

Qu’est-ce que l’Union européenne sinon un projet bâti sur des mensonges et des promesses non tenues ? Le président François Mitterrand déclarait dans un discours devant l’Assemblée européenne en mai 1992, trois mois après la signature du traité de Maastricht : « Il ne doit y avoir aucune hiérarchie formelle entre les institutions, aucun cadre trop rigide pour leur fonctionnement. « Faisons preuve de flexibilité et d’adaptabilité. »

Mitterrand a également réclamé « une dignité égale entre tous les États membres » et a mis en garde contre « les dangers auxquels nous pourrions être confrontés si les fortunes, les richesses, l’influence, les moyens d’action et les ressources financières étaient concentrés dans un petit groupe ».

Il n’a pas fallu longtemps à la gauche française pour se rendre compte que l’Union européenne se concentrait déjà sur la richesse et l’influence dans un petit groupe. Ainsi, lorsqu’on leur a demandé de voter « oui » ou « non » sur la constitution de l’UE lors d’un référendum en 2005, ils constituaient la majeure partie des 54 % de la population qui s’y opposaient. Le Parlement a ignoré leur volonté et a adopté la constitution – reconditionnée en traité de Lisbonne – en 2007 sans la présenter au peuple.

READ  Février accueille mars : quel temps nous attend pendant les vacances et quand viendra le printemps - Bulgarie

La plupart des députés socialistes ont approuvé la trahison, mais quelques-uns ont mis en garde contre de graves répercussions. « Nos concitoyens veulent que le pays soit dirigé par ses élus et non par une structure technique européenne et nationale échappant à tout contrôle démocratique », a déclaré Georges Sarr, ministre du deuxième gouvernement Mitterrand. Il était l’un des principaux défenseurs du « Non » lors du référendum et a publié un livre, L’Europe contre la gauche.

Le mécontentement couve donc depuis des années, à droite comme à gauche. Si cette dernière fait rage contre le néolibéralisme dans l’Union européenne, la colère de la droite est alimentée par l’érosion de la culture française, et notamment l’immigration de masse. « Il n’y a pas de culture française », a déclaré Macron en 2017, la même année où il a qualifié les travailleurs de « paresseux », réalisant ainsi l’exploit rare en France d’unir la droite et la gauche dans une rage.

Insulter le public n’était pas une sage décision pour un président français, mais la plus grande erreur de Macron depuis son entrée en fonction a sans doute été sa ferme croyance en la vision européenne. Pourtant, il sait que les gens ne partagent pas son opinion. Dans une célèbre interview accordée à la BBC en janvier 2018, il a concédé que, s’ils en avaient l’occasion, les Français voteraient probablement aussi pour quitter l’Union européenne.

Mais il ne songerait jamais à leur donner cette chance. La colère des gens monte donc, non seulement contre Macron mais aussi contre tous les grands partis politiques engagés dans l’Union européenne. Sinon, pourquoi les partis socialistes et républicains de la dernière décennie ont-ils aussi été réduits à un parti politique ?

READ  La France riche (2 mars 2023)

Au lieu de cela, les électeurs se sont tournés vers des dirigeants eurosceptiques tels que Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen. En décembre, Melenchon a allégué que c’était l’une des eurodéputées de son parti, Manon Aubry, qui avait aidé à dénoncer la corruption présumée dans l’Union européenne, surnommée depuis « Qatargate ». Grâce à elle, dit Mélenchon, « nous gardons vivante notre idée de l’Europe ». Cela ne va pas non plus bien avec les eurosceptiques français car le pays contribue à hauteur de 25 milliards d’euros (22 milliards de livres sterling) au budget de l’UE et ne reçoit que 15 milliards d’euros (13 milliards de livres sterling) en retour.

Le mot que j’ai souvent entendu et vu lors des récentes manifestations à travers le pays est « révolution ». Il est particulièrement populaire chez les jeunes, comme le dirigeant du syndicat étudiant Iman Walhaj, qui a expliqué que lui et ses pairs « descendent dans la rue pour construire une autre société plus juste ».

Mais la révolution dont les Français ont besoin pour construire leur monde plus juste de liberté, d’égalité et de fraternité n’est pas contre l’homme de l’Elysée mais contre le peuple de Bruxelles. Ce sont après tout ceux qui, en 2019, ont recommandé à Macron de réformer le système de retraite français.

Le Brexit dans sa forme actuelle n’est pas idéal pour bon nombre des 17,4 millions de personnes qui ont voté en faveur du départ. Mais au moins la Grande-Bretagne a été libérée d’une élite irresponsable et non élue, et a restauré une partie de sa souveraineté. La France reste, et l’anarchie continuera d’être ainsi.

Astor Abel

"Ninja de bière certifié. Aficionado maléfique de la culture pop. Evangéliste de la télévision."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer