World

« La réflexion post-croissance n’est plus une position marginale radicale. »

Par Ivan Savin et Louis King*

Quand j’ai pris la parole pour la donner Discours sur l’état de l’Union Le 13 septembre, la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, s’en est largement tenue au texte. Décrivant sa vision d’une Europe économiquement prospère et durable à l’ère du changement climatique, elle a appelé l’UE à accélérer le développement du secteur des technologies propres, « de l’éolien à l’acier, des batteries aux voitures électriques ». « En ce qui concerne le Green Deal européen, nous nous en tenons à notre stratégie de croissance », a déclaré von der Leyen.

Ses projets n’étaient guère spéciaux. L’idée de croissance verte – l’idée selon laquelle les objectifs environnementaux peuvent être alignés sur une croissance économique durable – reste la doctrine économique partagée par de grandes institutions comme Harvard. Banque mondiale Et le Organisation pour la coopération et le développement économique (OCDE).

L’OCDE a promis de « renforcer ses efforts pour poursuivre des stratégies de croissance verte ». […]« Reconnaissant que croissance verte et croissance peuvent aller de pair », tandis que la Banque mondiale a appelé à une « croissance verte inclusive » où « la croissance verte est essentielle, efficace et abordable ». Parallèlement, l’Union européenne a élaboré un cadre Croissance verte comme

« Une base pour maintenir les niveaux d’emploi et garantir les ressources nécessaires pour accroître le bien-être général » […] Transformer la production et la consommation de manière à concilier l’augmentation du PIB et les limites environnementales.

Cependant, nous avons enquêté pendant environ 800 chercheurs en politiques climatiques du monde entier Il révèle un scepticisme généralisé à l’égard de ce concept dans les pays à revenu élevé, au milieu d’une littérature croissante selon laquelle le principe n’est peut-être pas viable ou souhaitable. Au lieu de cela, des modèles alternatifs de post-croissance, notamment la « décroissance » et la « croissance », commencent à prendre plus de poids.

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a fait plusieurs références implicites à la croissance verte dans son discours annuel au Parlement européen le 13 septembre 2023. Frédéric Florin/AFP.

Distinguer croissance verte, croissance agricole et décroissance

Mais que signifient ces termes ?

le « décroissance » L’école de pensée propose une réduction planifiée de la consommation matérielle dans les pays riches pour parvenir à des sociétés plus durables et plus équitables. Pendant ce temps, les partisans « croissance » Adopter une vision neutre de la croissance économique, en se concentrant sur la réalisation de la durabilité quelles que soient les fluctuations du PIB. Fondamentalement, les deux positions traduisent un scepticisme à l’égard du modèle dominant de « croissance verte », la décroissance représentant une vision plus critique.

READ  Le maire de Christchurch, Phil Moagher, dit qu'il devrait accueillir les Jeux du Commonwealth

Une grande partie de la discussion tourne autour du concept Se dégager – La capacité de croissance de l’économie sans augmentation correspondante de la dégradation de l’environnement ou des émissions de gaz à effet de serre. Essentiellement, cela signifie découpler le lien historique entre la croissance du PIB et ses impacts environnementaux négatifs. Plus important, absolu Séparation au lieu de relatif Le découplage est essentiel pour une croissance verte réussie. En d’autres termes, les émissions devraient diminuer pendant la croissance économique, et non seulement augmenter plus lentement.

Les partisans de la croissance verte Ils soulignent qu’un découplage absolu est réalisable à long terme, même s’il existe des divergences sur la question de savoir s’il y aura un impact à court terme sur la croissance économique. le Une perspective de décroissance Il est crucial qu’un découplage absolu soit possible au niveau mondial et puisse être réalisé au rythme rapide requis pour rester dans les objectifs climatiques de Paris. une Étude récente Il a révélé que les taux actuels de découplage dans les pays à revenu élevé sont bien inférieurs à ce qui est nécessaire pour limiter le réchauffement climatique bien en dessous de 2 degrés Celsius, comme le prévoit l’Accord de Paris.

La position de croissance recouvre des points de vue plus divergents et centristes sur le débat sur la séparation. Certains soutiennent Même si le découplage peut être raisonnable dans le cadre de politiques appropriées, l’accent devrait être mis sur les politiques plutôt que sur les objectifs, car cela confond les moyens et les fins. D’autres pourraient faire valoir que le débat est largement hors de propos parce que le PIB est un mauvais indicateur du progrès sociétal. « Le paradoxe du PIB » Existe, car l’indice reste dominant en économie et en politique malgré ses échecs largement reconnus.

READ  Londres et Bruxelles veulent "faire un autre effort" pour éviter le "no deal"

7 experts climatiques sur 10 doutent de la croissance verte

Dans quelle mesure les opinions sur la décroissance et la croissance sont-elles répandues parmi les experts ? Dans le cadre d’une récente enquête menée auprès de 789 chercheurs mondiaux qui ont publié des politiques d’atténuation du changement climatique, Nous avons posé des questions pour évaluer les positions des participants dans le débat sur la croissance. Il est remarquable que 73 % de tous les répondants à l’enquête ont exprimé des opinions cohérentes avec les positions de « croissance » ou de « décroissance », la première étant la plus populaire. Nous avons constaté que les opinions diffèrent selon le pays et le régime du répondant (voir figure ci-dessous).

La croissance verte, la décroissance et la croissance sont réparties selon les disciplines scientifiques
Le graphique montre la doctrine intellectuelle adoptée par 789 chercheurs du monde entier, selon leur origine géographique et leur spécialisation scientifique. Quatre de l’auteur

Alors que l’OCDE elle-même prône vigoureusement la croissance verte, les chercheurs de l’Union européenne et d’autres pays de l’OCDE font preuve d’un grand scepticisme. En revanche, plus de la moitié des chercheurs des pays non membres de l’OCDE, en particulier dans les économies émergentes comme les pays BRICS, étaient plus favorables à la croissance verte.

Conflits disciplinaires

De plus, il existe une fracture disciplinaire. Les environnementalistes et autres spécialistes des sciences sociales, à l’exception des économistes traditionnels, sont les plus sceptiques à l’égard de la croissance verte. En revanche, les économistes et les ingénieurs ont montré la plus grande préférence pour la croissance verte, ce qui peut indiquer une confiance dans le progrès technologique et dans les modèles économiques traditionnels qui suggèrent que la croissance économique et les objectifs climatiques sont compatibles.

Notre analyse a également examiné la relation entre les conditions de croissance et le PIB par habitant dans le pays d’origine du répondant. Une tendance claire est apparue : à mesure que le revenu national augmente, le scepticisme à l’égard de la croissance verte augmente. À des niveaux de revenus plus élevés, les experts soutiennent de plus en plus l’argument de l’après-croissance selon lequel les coûts sociaux et environnementaux de la croissance pourraient dépasser les bénéfices après un certain point.

Les résultats étaient encore plus prononcés lorsque nous prenions en compte l’indice de développement humain ajusté aux inégalités (IDHI), ce qui suggère que des aspects autres que le revenu, tels que les inégalités et le développement inclusif, peuvent influencer ces points de vue.

READ  La tendance inquiétante est de voir le pudding hors du menu au Royaume-Uni

Dans un monde aux prises avec le changement climatique et les disparités sociales et économiques, nous ne devrions pas simplement rejeter ces conclusions. Ils soulignent la nécessité d’un dialogue plus approfondi sur le développement durable, allant au-delà du modèle traditionnel de croissance verte.

La pensée post-croissance n’est plus une position marginale

Bien que von der Leyen se situe fermement dans le camp de la croissance verte, ce changement académique se reflète de plus en plus dans le débat politique. En mai 2023, le Parlement européen a organisé une conférence sur le thème « Au-delà de la croissance » Il s’agit d’une initiative de 20 députés européens issus de cinq groupes politiques différents et soutenue par plus de 50 organisations partenaires. Son objectif principal était de discuter de propositions politiques visant à dépasser l’approche de la croissance du PIB national comme principale mesure de réussite.

Six gouvernements nationaux et régionaux – l’Écosse, la Nouvelle-Zélande, l’Islande, le Pays de Galles, la Finlande et le Canada – ont adhéré à la Convention. Gouvernements d’économie sociale Partenariat (WEGo). L’objectif principal du mouvement est d’évoluer vers « une économie conçue pour servir les gens et la planète, et non l’inverse ».

Il est clair que la réflexion post-croissance n’est plus une position marginale radicale parmi ceux qui travaillent sur des solutions au changement climatique. Nous devons prêter davantage attention aux raisons pour lesquelles certains experts doutent de la possibilité d’une croissance verte, ainsi qu’aux alternatives potentielles qui se concentrent sur des notions plus larges de bien-être sociétal plutôt que sur une réflexion limitée en termes de croissance du PIB.Conversation


*Ivan SavineProfesseur associé de Business Analytics à l’ESCP Business School, Campus de Madrid et chercheur à l’ICTA-UAB, ESCP Ecole de Commerce Et Louis RoiMaître de conférences en politique climatique et économie verte, Université autonome de Barcelone. Cet article a été republié à partir de Conversation Sous licence Creative Commons. Lis le Article original.

Lothaire Hébert

"Avocat général des médias sociaux. Féru de zombies. Geek de la télévision. Penseur. Entrepreneur. Accro à l'alcool."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer