Top News

La proposition de loi française interdisant le hijab dans le sport est odieuse et préjudiciable

Ceci est une chronique de Shireen Ahmed, qui écrit des opinions pour CBC Sports. Pour plus d’informations sur Section Opinion de CBC, veuillez consulter le FAQ.

Alors que je regardais les meilleurs moments de la Coupe d’Asie féminine, j’étais ravie de voir que l’équipe nationale féminine iranienne de football jouait.

Pendant de nombreuses années, les femmes portant le hijab (le foulard porté par les femmes musulmanes) ne pouvaient pas jouer au football en raison de l’interdiction du hijab. Cela a été annulé par FIFA en 2014.

Même s’il faudra des décennies aux femmes musulmanes pour émerger dans les programmes de développement d’élite à travers le monde, il y a de l’espoir. La Jordanie a accueilli une Coupe du monde féminine (U17) en 2016, le premier tournoi sanctionné par la FIFA jamais organisé au Moyen-Orient. Il y a eu des équipes et des ligues en Afghanistan (avant les talibans régime a pris le contrôle) et Arabie Saoudite.

Mais il y a un pays qui a refusé d’autoriser les femmes portant le hijab à participer au football. Un pays qui vante ses libertés tout en rejetant l’expression religieuse personnelle et en interdisant aux femmes de choisir leurs propres vêtements : la France.

La semaine dernière, la France a voté 160 contre 143 en faveur de interdire le hijab pas seulement d’un sport, mais de toutes les compétitions imaginables, qu’il s’agisse d’activités récréatives ou de participation de haut niveau. Le projet de loi pourrait être ratifié dès le 31 janvier par un vote en deuxième chambre. Alors que le président Emmanuel Macron et son parti se sont opposés à l’interdiction, les partisans de cette loi insistent sur le fait que la « neutralité religieuse » est requise dans le sport et le hijab s’y oppose. En outre, ils soutiennent que l’interdiction de l’islam empêchera la propagation de «l’islam radical».

Cette exclusion des femmes musulmanes du sport est une islamophobie genrée déguisée en bouclier pour protéger la laïcité dans la nation européenne. Les hommes ne font-ils pas régulièrement le symbole de la croix avant de monter sur le terrain pour jouer ? L’imagerie religieuse est autorisée semble-t-il, mais pas avec les femmes portant le hijab.

READ  voici le nouveau certificat obligatoire de ce soir

L’existence de 5,4 millions d’adeptes de l’islam vivant en France est un sujet polarisant pour un pays qui ne croit pas aux identités multiples en plus d’être, disons, français. Cela peut sembler déconcertant si l’on considère qu’historiquement, les triomphes du football français sont venus aux pieds des hommes ouest-africains et maghrébins issus des cultures musulmanes de la diaspora. Il y a des groupes qui militent pour la Fédération française de football (FFF) comme les hijabeuses, qui est un collectif de jeunes essayer de lutter contre cette interdiction.

La croyance de certains en France selon laquelle les hijabs compromettent l’égalité de statut des joueurs et se rattachent à l’extrémisme est absurde. En tant que femme musulmane qui joue au football depuis plus de 40 ans, je peux vous assurer que de nombreux joueurs, fans, entraîneurs et officiels qui aiment le beau jeu se trouvent être musulmans. Et nos passes ce n’est pas pour convertir les masses, c’est pour compléter nos passes. Mon objectif est de mettre le ballon au fond des filets, pas de rassembler une équipe à emmener à la mosquée pour le culte et ensuite de comploter résolument contre n’importe quelle nation. J’aurais le cœur brisé et je serais en colère si j’étais privé de mon droit de jouer.

« Cela aura un impact sur le bien-être et la santé mentale non seulement des femmes musulmanes, mais aussi des jeunes femmes musulmanes », a déclaré le Dr. Ahmad, une sociologue du sport basée dans le Colorado, spécialisée dans les femmes musulmanes dans le sport, la représentation et leurs identités. « Le gouvernement français sera responsable d’avoir un impact négatif sur la santé de ces femmes, leur éducation et essentiellement l’économie. »

READ  La France accueille la Nouvelle-Zélande à l'ouverture de la Coupe du monde 2023 Coupe du monde de rugby

Cette focalisation sur la méchanceté du hijab est odieuse et nuisible.

« C’est une obsession française ! » [it’s a French obsession!] », a déclaré Kaouther Ben Mohamed dans l’émission française de RMC intitulée « Les Grandes Gueles » le 21 janvier, quelques jours seulement après le vote. le segment, Ben Mohamed (qui ne porte pas de hijab) a noté que ces politiques empêchent les femmes musulmanes de mener une vie normale.

Interdire le hijab n’est pas une réponse féministe ; le féminisme offre la liberté de choix de la pratique spirituelle, de l’habillement et de la mobilité. Forcer les femmes à se déshabiller est aussi violent que les forcer à en porter. Des lois et des politiques qui empêchent le choix des femmes qui sont draconiennes et qui sont inacceptables partout, y compris en France.

C’est d’autant plus alarmant quand on sait que la France accueillera les Jeux olympiques en 2024. Il y a tellement d’athlètes du monde entier qui choisissent de couvrir pour des raisons très personnelles et spirituelles. Les athlètes ont le droit de jouer et de s’entraîner en toute sécurité et sans discrimination d’aucune sorte. Quel genre de méga-événement censé unir les gens par le sport rejette activement les femmes à cause de ce qu’elles choisissent de porter ?

Juste avant les Jeux olympiques de Tokyo à l’été 2021, l’équipe norvégienne de handball de plage a attiré l’attention internationale lorsqu’il a été signalé qu’elle avait été condamnée à une amende pour avoir choisi de porter des shorts plus longs au lieu des bas de bikini obligatoires. Ce manque de choix est contraire au respect des femmes dans le sport, et la France fait la même chose.

La France ne devrait pas seulement être privée de l’organisation des Jeux olympiques de 2024, mais elle devrait également être sanctionnée par la FIFA et d’autres instances dirigeantes pour avoir permis à ce type de discrimination flagrante de se poursuivre.

La loi 21 du Québec pose problème

Au Canada, nous avons le droit de porter le hijab et de jouer, mais les choses bougent ici aussi. Il y a quelques mois à peine, une enseignante du Québec a été retirée de sa classe parce qu’elle portait un hijab. Ses élèves ont été dévastés et la communauté la soutient. Mais si c’est une réalité à cause du projet de loi 21 dans une province canadienne, est-il exagéré de penser qu’il créera un dangereux précédent ailleurs? Particulièrement lorsque l’interdiction initiale de la FIFA a été déclenchée en 2007 à cause d’un jeune joueur de soccer d’Ottawa nommé Asmahan Mansour.

Il n’y a absolument aucune preuve que le hijab cause des blessures aux athlètes ou aux adversaires, un fait que l’International Football Association Board, qui régit les règles du football, a rigoureusement testé en laboratoire pendant le processus de levée du Interdiction du hijab par la FIFA.

Il est décourageant et bouleversant pour les femmes et les filles de devoir choisir entre leur foi et leur passion. J’ai une fille de 20 ans qui joue au soccer depuis l’âge de quatre ans. Elle a joué dans des équipes de répétition et s’entraîne à l’université. Après avoir entendu parler de cette horrible loi française, elle m’a demandé : « Pourrais-je jouer au PSG ? » J’ai fait une pause et puis tranquillement lui ai dit non.

La fille de Shireen Ahmed qui joue au football. (Photo de Shireen Ahmed)

Sa décision de porter un foulard est venue quand elle avait 14 ans. En fait, elle l’a dit à son équipe de basket-ball avant de me le dire. (Elle m’a assuré que consulter votre meneur de jeu était impératif pour prendre des décisions spirituelles importantes.) Mais cette décision signifiait qu’elle ne pouvait pas suivre les traces de son bien-aimé Steph Labbe, le légendaire gardien de but canadien qui a annoncé sa retraite La semaine dernière.

Ma fille avait l’occasion rare de rencontrer Labbe juste avant la Coupe du monde féminine en 2019. Confrère du Néant, Labbe lui a donné du temps, du respect et des conseils fantastiques. C’est un moment gravé dans le cerveau de ma fille (oui, sous son hijab) et qu’elle a gardé proche.

Labbe a joué non seulement dans la National Women’s Soccer League, mais elle a également joué pour le légendaire Paris Saint-Germain en France, ce que ma fille n’aurait pas le droit de faire. Son modèle, une championne olympique, lui a dit qu’elle devait le faire, mais les racistes en France ont décidé qu’elle ne pouvait pas.

Enlever aux femmes et aux filles la possibilité de faire du sport est, au mieux, cruel.

« Cette loi viole les droits des femmes et en particulier des femmes musulmanes. Et stigmatise davantage les filles et les femmes musulmanes, et efface un sentiment d’appartenance tout en cimentant des stéréotypes nuisibles », a déclaré le Dr. dit Ahmad.

Le Réseau des femmes musulmanes dans le sport coordonne une campagne mondiale sur les réseaux sociaux avec CCIE a commencé immédiatement avec le hashtag #LetUsPlay.

Liberté, égalité, fraternité, mais seulement pour celles qui ne portent pas le hijab. Un rappel brutal que l’inclusion sélective n’est pas du tout une inclusion.

Astor Abel

"Ninja de bière certifié. Aficionado maléfique de la culture pop. Evangéliste de la télévision."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer