World

La police thaïlandaise arrête un chef de la secte des cadavres

Mondialisme

La police thaïlandaise a arrêté un saint homme qui vivait dans la jungle, ses partisans adorant des cadavres et consommant des fluides corporels comme remède contre la maladie. Photo/PA

La police du nord-est de la Thaïlande a arrêté un saint homme vivant dans la forêt dont les partisans auraient vénéré des cadavres et consommé des fluides corporels comme remède contre la maladie, ont déclaré des responsables.

Il y a eu des scènes chaotiques lorsque des agents ont fait une descente dans la maison au toit de chaume de Thuy Nanra, 75 ans, dans une forêt du district de Chaiyaphum. Ses partisans ont crié et se sont affrontés avec la police lorsque l’homme barbu, aux cheveux blancs et aux seins nus a été emmené dans une voiture de police.

La police a déclaré avoir trouvé 11 corps dans le bâtiment et les médias locaux ont déclaré qu’ils étaient soupçonnés d’être ses partisans.

Chrysorn Kongshalad a déclaré que Thwe avait au moins dix partisans vivant avec lui. Des cercueils contenant des cadavres étaient éparpillés dans toute la maison. Des sauveurs auraient dit aux autorités que l’urine et le flegme du chef étaient censés guérir les maladies.

Chaiyaphum, Thaïlande.  Photos/Getty Images
Chaiyaphum, Thaïlande. Photos/Getty Images

Il a été choqué de découvrir que de telles pratiques persistent encore à l’ère moderne, a déclaré Chrisshorn.

« C’est très bouleversant de voir qu’il y a des gens qui croient en de telles superstitions. Mais ce n’est plus seulement une question de croyance personnelle. Nous avons des corps, et nous devons travailler avec toutes les agences pour établir les faits entourant ces individus », a-t-il déclaré. par téléphone.

READ  Une femme partage un moment hilarant avec son petit ami qui a confondu un test de grossesse positif avec un test Covid

La majorité de la population thaïlandaise est bouddhiste, mais de nombreuses personnes ont des croyances en dehors de la religion, telles que le culte des esprits locaux et la peur des fantômes.

Les autorités pensent que la congrégation existe depuis plus de quatre ans sans que personne ne s’en aperçoive car l’emplacement de la maison du chef se trouvait dans une zone boisée éloignée, loin des autres communautés.

Mais leur anonymat a pris fin après que la fille d’un adepte d’une célébrité s’est plainte sur les réseaux sociaux, spécialisés dans la dénonciation de personnalités religieuses sans scrupules.

Thawi a été initialement accusé d’intrusion dans une zone boisée – sa maison se trouverait sur un terrain public – et de rassemblements illégaux interdits en vertu des lois sur le contrôle des maladies qui ont été utilisées au cours des deux dernières années pour lutter contre le coronavirus.

Les médias locaux ont rapporté qu’il s’était vu refuser la libération sous caution.

La police a déclaré qu’elle enquêtait sur d’autres accusations, notamment la disposition illégale de corps.

Lothaire Hébert

"Avocat général des médias sociaux. Féru de zombies. Geek de la télévision. Penseur. Entrepreneur. Accro à l'alcool."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer