Economy

La police française utilise des gaz lacrymogènes contre des manifestants iraniens à Paris

Des correspondants de l’AFP et des témoins oculaires ont rapporté que, dimanche, la police française a utilisé des gaz lacrymogènes et utilisé des méthodes anti-émeutes pour empêcher des centaines de manifestants à Paris de manifester devant l’ambassade de Téhéran.

Pendant ce temps, la police de Londres a procédé à plusieurs arrestations alors que des officiers se heurtaient à des manifestants qui tentaient de franchir les barrières protégeant l’ambassade d’Iran au Royaume-Uni.

Les manifestants se sont réunis à Paris pour la deuxième journée consécutive pour exprimer leur colère face à la mort de Mahsa Amini après son arrestation par la police des mœurs iranienne la semaine dernière – et pour montrer leur solidarité avec les manifestations qui ont éclaté en Iran.

La manifestation avait commencé pacifiquement place du Trocadéro au centre de la capitale. Certains manifestants ont scandé « Mort à la République islamique » et des slogans contre le guide suprême, l’ayatollah Ali Khamenei.

Mais la police en tenue anti-émeute complète, soutenue par un groupe de camions, a bloqué le chemin des manifestants alors qu’ils cherchaient à s’approcher de l’ambassade d’Iran à une courte distance.

La police a tiré des gaz lacrymogènes pour disperser les manifestants.

Dans un communiqué, la police de Paris a confirmé l’utilisation de gaz lacrymogène, déclarant : « A plusieurs reprises, des groupes ont tenté de franchir la barrière érigée près de l’ambassade d’Iran. La police a utilisé (…) des gaz lacrymogènes pour les repousser ».

L’Iran restreint l’accès à Internet alors que les manifestations font 11 morts

Ils ont dit qu’environ 4 000 personnes se sont rassemblées pour la manifestation. La police a déclaré qu’une personne avait été arrêtée pour « colère et rébellion » et qu’un officier avait été légèrement blessé.

READ  Comment serons-nous en 2030 ?

L’utilisation de gaz lacrymogènes a provoqué la colère des militants qui en voulaient déjà aux entretiens et aux poignées de main publiques du président Emmanuel Macron avec le président iranien Ebrahim Raisi en marge de l’Assemblée générale des Nations Unies la semaine dernière.

« La police a utilisé des gaz lacrymogènes pour disperser des manifestants iraniens à Paris dans le but de protéger l’ambassade de la République islamique », a tweeté Masih Alinejad, militante iranienne des droits des femmes basée aux États-Unis. « Pendant ce temps, Emmanuel Macron a serré la main du président meurtrier de l’Iran. »

Les manifestants ont également répété des chants en farsi utilisés par les manifestants à l’intérieur de l’Iran tels que « Zan, Zandeji, Azadi ! (Femme, vie, liberté !) Et aussi l’équivalent kurde de « Jin, Jian, Azadi ! Amini, également connue sous le nom de Gina Amini, était kurde.

« A la lumière de ce qui se passe, nous, les Iraniens, sommes complètement réduits en esclavage », a déclaré Nina, une franco-iranienne résidant à Paris qui a demandé que son nom de famille ne soit pas utilisé. Nous devons réagir car nous sommes loin de notre patrie, de notre pays.

« Il est vraiment temps pour nous tous de nous rassembler afin que nous puissions vraiment parler afin que le monde entier puisse vraiment entendre notre voix », a-t-elle ajouté.

Des scènes tendues similaires se sont produites à Londres, où des photos publiées sur les réseaux sociaux montraient des manifestants cherchant à franchir les barrières de la police de sécurité devant l’ambassade d’Iran. La police de Londres a déclaré qu’un grand nombre de manifestants s’étaient rassemblés devant l’ambassade, « avec un grand groupe déterminé à semer le chaos ».

READ  RTL aujourd'hui - Géant français de l'énergie: Total continuera à produire du gaz au Myanmar frappé par le coup d'État

Beaumont Lefebvre

"Amoureux de la nourriture. Défenseur de l'alcool. Solutionneur de problèmes. Expert en café. Maven d'Internet pour les hipsters."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer