science

La NASA possède désormais un véritable trésor

La NASA possède désormais un véritable trésor : le plus grand échantillon d’astéroïde jamais capturé dans l’espace, a rapporté l’AFP, citant la BTA. Sept ans après le lancement de la sonde OSIRIS-REX, mission accomplie. Il s’agit de la plus grande quantité de matière jamais collectée dans l’espace et d’une première pour la NASA.

La capsule, qui contenait un échantillon prélevé sur l’astéroïde Bennu en 2020, s’est posée dimanche dans le désert de l’Utah aux États-Unis, et est entrée dans l’atmosphère terrestre à une vitesse de 44 km/h. L’armée a surveillé l’atterrissage et l’a effectué avec deux parachutes. La NASA n’a pas confirmé si le premier parachute a fonctionné ou non, mais le deuxième parachute s’est ouvert avec succès, permettant un atterrissage en douceur.

« Nous avons appris que le parachute principal s’était ouvert et nous avons fondu en larmes », a déclaré Dante Lauretta, directeur scientifique de la mission, lors d’une conférence de presse.

Selon les estimations de la NASA, l’échantillon représente environ 250 grammes de la substance. C’est plus que les échantillons précédents prélevés lors de deux précédentes missions japonaises.

L’analyse de l’échantillon Bennu permettra de mieux comprendre la structure du système solaire et comment la Terre est devenue habitable.

Après l’atterrissage de la capsule, une équipe a vérifié son état sur place. Aucune violation de l’intégrité n’a été détectée. La capsule est ensuite emballée et transportée par hélicoptère. Le but est de le poser sur le sable du désert le moins de temps possible pour éviter une contamination qui nuirait aux matériaux et aux analyses.

La zone d’atterrissage prévue mesure 58 kilomètres de long et 14 kilomètres de large. Il s’agit d’une base militaire habituellement utilisée pour tester des missiles. Environ 4 heures avant d’atterrir à plus de 100 000 kilomètres d’altitude au-dessus de la surface de la Terre, la sonde OSIRIS-REX a largué la capsule échantillon. La sonde s’est ensuite dirigée vers un autre astéroïde.

READ  Les calottes glaciaires de l'Antarctique pourraient contenir 3 00 000 météorites non découvertes, selon une nouvelle étude

Amy Simon, membre de l’équipe scientifique de la NASA, a déclaré à l’AFP que la réception de l’échantillon était un événement historique. Il s’agit de la plus grande quantité de matière apportée sur Terre depuis les roches lunaires. Le matériel lunaire a été collecté par le programme Apollo, qui s’est terminé en 1972.

Aujourd’hui, la majeure partie du matériel provenant de l’astéroïde Bennu sera transportée par avion vers le Johnson Space Center à Houston, au Texas. La capsule sera ouverte dans une chambre hermétiquement fermée.

La NASA prévoit de tenir une conférence de presse le 11 octobre pour annoncer les premiers résultats.

La plupart des matériaux seront conservés pour l’étude des générations futures. Environ 25 pour cent seront utilisés pour des expériences. Une petite partie du total sera partagée avec le Japon et le Canada.

Le Japon a donné à la NASA des particules matérielles provenant de l’astéroïde Ryugu. En 2020, la mission japonaise Hayabusa a pu livrer 5,4 grammes de matériel. En 2010, une quantité microscopique de matière a été renvoyée par un autre astéroïde.

L’échantillon actuel de Bennu est en plus grande quantité, ce qui permet une analyse. Il s’agit d’un « véritable trésor scientifique » pour les années à venir, pour nos enfants et petits-enfants, ainsi que pour les personnes à naître, a déclaré Lori Glaze, directrice de la recherche scientifique planétaire à la NASA.

Les astéroïdes se sont formés à partir de la matière première du système solaire il y a 4,5 milliards d’années. Contrairement à la Terre, sa structure est restée intacte. C’est pourquoi sa composition est cachée afin de répondre à la question de la formation du système solaire.

READ  Les siestes de l'après-midi sont en corrélation avec une meilleure clarté mentale

Selon les scientifiques, l’astéroïde Bennu, qui a un diamètre de 500 mètres, est riche en carbone et contient des molécules d’eau et des minéraux. « Pour moi, l’objectif principal est d’essayer de comprendre si les astéroïdes riches en carbone comme Bennu sont porteurs de la matière qui a permis à la vie d’apparaître sur notre planète », a déclaré Dante Lauretta.

Au cours de la mission, l’astéroïde a pu surprendre les scientifiques : sa surface s’est avérée moins dense que prévu et ressemblait à une piscine remplie de balles. Le « bras » de la sonde s’est enfoncé lors du prélèvement.

Il y a une petite chance – 1 sur 2 700 – que Bennu entre en collision avec la Terre en 2182. Ce serait un impact catastrophique. Mais l’année dernière, la NASA a réussi à détourner un autre astéroïde.

Delphine Perrault

"Solutionneur de problèmes extrêmes. Chercheur avide de bacon. Écrivain maléfique. Geek du Web. Défenseur des zombies depuis toujours."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer