Top News

La France retarde les réformes du FED après avoir échoué à se mettre d’accord avec Bruxelles

Mises à jour EDF

La France a été contrainte de retarder la restructuration de la société publique EDF après avoir échoué à s’entendre avec l’Union européenne, dans un revers pour la réforme économique majeure promise par le président Emmanuel Macron.

“Beaucoup de progrès ont été réalisés dans nos discussions avec la Commission européenne, mais jusqu’à présent, nous n’avons pas atteint un accord global”, a déclaré un responsable du gouvernement. « Par conséquent, un projet de loi ne peut être soumis à la Chambre des représentants si les points essentiels de la réforme ne sont pas convenus à l’avance. »

Jean-Bernard Levy, PDG d’EDF, a refusé jeudi de fournir un calendrier précis pour l’achèvement de la réforme, mais les analystes ont déclaré que ce serait probablement difficile au moins jusqu’après l’élection présidentielle française d’avril prochain.

“Je regrette que cette indispensable réforme du FED ne puisse pas avoir lieu maintenant”, a déclaré Levy. “Nous avons un court terme [prospects] Garanti, mais notre moyen et long terme ne l’est pas si nous voulons jouer dans la cour des grands, ce qu’il faut attendre d’EDF.

Le projet de réforme d’EDF, baptisé Projet Hercules, devait lui donner la solidité financière pour investir à la fois dans le nucléaire et les énergies renouvelables dans les décennies à venir.

Un élément important sera une modification du mécanisme et des tarifs réglementés avec lesquels EDF vend l’énergie nucléaire, qui fournit 70 % de l’électricité française. La France voulait payer des prix réglementés plus élevés pour l’énergie nucléaire, afin qu’EDF puisse rembourser sa lourde dette et absorber les coûts plus élevés de maintenance de ses réacteurs nucléaires.

READ  France vs Bosnie-Herzégovine : heure, TV, comment diffuser et regarder en ligne

Mais Bruxelles devrait accepter un tel changement en raison de sa compétence pour assurer la libre concurrence dans le secteur de l’énergie et empêcher les États membres de renflouer injustement les entreprises.

Le plan scindera effectivement EDF en créant une société mère détenue par l’État, EDF Bleu, contenant les actifs nucléaires ainsi qu’une filiale hydroélectrique. Une autre filiale, EDF Vert, regroupera des actifs renouvelables, des réseaux d’entreprises et des services, et sera cotée en bourse avec la cession d’environ un tiers pour lever des fonds afin de relancer l’investissement d’EDF dans les énergies vertes.

Macron a fait valoir que des changements sont nécessaires pour qu’EDF prospère et suive le rythme de ses concurrents. Étant donné que la France détient environ 84 pour cent du groupe, le gouvernement espérait également que les réformes allègeraient la charge financière de l’État.

Mais la réforme est tombée en conflit avec la commission. Le Monde mentionné Le principal point d’achoppement est de savoir comment fonctionnera la relation entre les entités nouvellement créées et si les liquidités peuvent circuler entre elles aussi librement que si l’entreprise était encore pleinement intégrée.

Le ministère français des Finances, qui a dirigé les pourparlers, et l’Elysée ont refusé de commenter les détails.

Les puissants syndicats d’EDF se sont opposés au plan en prélude au démantèlement ou à la privatisation du groupe, et il a également exprimé la crainte qu’il ouvre la voie à la marginalisation de l’énergie nucléaire.

“Nous célébrons le KO remis à Hercule”, a déclaré le syndicat d’extrême gauche CGT. « Le seul but de ces manœuvres est de réaliser des transactions financières sensationnelles au détriment des consommateurs et des salariés d’EDF.

Les actions d’EDF ont chuté de 4% jeudi, l’échec de la réforme ayant éclipsé les bons résultats financiers du deuxième trimestre, qui ont montré un rebond des services publics alors que l’activité économique rebondissait malgré la pandémie de Covid-19.

Les analystes de Barclays ont écrit dans une note que les investisseurs étaient extrêmement pessimistes quant aux perspectives de réforme même si son calendrier était difficile à prévoir.

“Nous continuons de croire qu’à terme il y aura un accord entre l’UE et la France sur la réorganisation du FED.”

Reportage supplémentaire de David Keohan

Astor Abel

"Ninja de bière certifié. Aficionado maléfique de la culture pop. Evangéliste de la télévision."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer