Top News

La France met fin à son mépris pour 10 ans de réunions du comité de décolonisation de l’ONU sur la Polynésie française, mais sa position reste inchangée.

Ambassadeur de France auprès des Nations Unies Nicolas de Rivière
image: fourni

analyse – Après dix ans d’absence, la France a bien assisté cette semaine à la session en Polynésie française du Comité spécial de l’ONU sur la décolonisation (Comité des 24). Cependant, le délégué français n’a pas délivré le message que voulaient entendre les groupes indépendantistes polynésiens.

La Polynésie française a été réinscrite sur la liste des territoires non autonomes des Nations Unies en 2013.

Moitai Brotherson, président de la Polynésie française, est arrivé au pouvoir en mai 2023. Le leader indépendantiste a depuis affirmé avoir reçu l’assurance du président français Macron que la France mettrait fin à la politique de la « chaise vide » concernant les sessions de l’ONU visant à décoloniser la Polynésie française.

Il est clair que le président Macron a tenu sa promesse, mais le message délivré par l’ambassadeur de France auprès des Nations Unies, Nicolas de Rivière, était sans ambiguïté. Il a déclaré que la Polynésie française « n’a pas sa place » sur la liste des territoires non autonomes des Nations Unies car « l’histoire de la Polynésie française n’est pas l’histoire de la Nouvelle-Calédonie ». Les peuples autochtones kanak de Nouvelle-Calédonie, l’autre dépendance française du Pacifique actuellement répertoriée par les Nations Unies, ont suivi la voie de la décolonisation à travers l’Accord de Nouméa et restent engagés dans les négociations avec Paris sur leur avenir politique.

Moitai Brotherson, député français

Moitai Brotherson, président de la Polynésie française
image: Agence France Presse

Médias publics français Outre la première L’ambassadeur aurait déclaré : « Il n’existe aucun processus entre la France et la Polynésie française qui permette un rôle aux Nations Unies. »

READ  Ambassadeur : Les liens entre la Louisiane et la France se renforcent avec les défis du nouveau monde | Avis

Il a également exprimé la volonté de la France de retirer la Polynésie française de la liste des Nations Unies. A la fin de son discours, l’ambassadeur a quitté la salle, laissant un jeune agent s’asseoir à sa place. C’était alors que plus de quarante pétitionnaires indépendantistes s’apprêtaient à faire leurs déclarations.

Ce n’est pas un spectacle rare. Au cours des dix dernières années, lors de sessions similaires de l’ONU, lorsque l’ordre du jour arrivait en Polynésie française, la délégation française quittait simplement la salle.

La séance du C24 a débuté mardi matin (heure de New York).

Cette semaine, la délégation polynésienne de plus de 40 personnes, pour la plupart indépendantistes, comprenait le parti Taveni Hueratera, désormais au pouvoir, des membres de la société civile, l’église protestante locale de Mauhi, ainsi que des associations d’anciens combattants du nucléaire et des membres de l’église locale. parlement. L’Assemblée régionale et les représentants de la Polynésie française se sont réunis à l’Assemblée nationale française à Paris. Il comprenait également le chef Moitai Brotherson de Taveni.

La position française sur la décolonisation n’a pas changé

Depuis dix ans, depuis sa réadmission sur la liste de l’ONU, la Polynésie française a envoyé des délégués à cette réunion, la participation la plus régulière étant celle du parti Taveni Hueratera :

« J’étais en colère que l’ambassadeur de France soit parti avant que les pétitionnaires ne soient sur le point de parler (…) J’ai pris cela comme un signe de mépris de la part de la France », a déclaré Hinamuyura Croce, pétitionnaire et indépendantiste du parti. Parlement français. L’Assemblée régionale polynésienne a réagi cette semaine après la comparution de l’envoyé français, Pas de première Rapports.

READ  Les formats de CV les plus efficaces

Depuis son élection à la plus haute fonction en mai 2023, Moitai Brotherson a maintenu que l’indépendance, bien que restant un objectif à long terme, n’était pas une priorité immédiate.

Quelques jours après son élection, et après avoir rencontré le président français Macron pendant plus d’une heure, il s’est dit convaincu qu’il y aurait un changement dans la position de la France au sein du Comité C-24 de l’ONU et la fin de la « politique de la chaise vide » de Paris.

« Je pense qu’il faut laisser derrière nous ces dix années d’incompréhension et de refus de dialogue (de la part de la France) (…) Chacun voit que depuis mon élection, les relations avec la France ont été très bonnes (…) » Le président Macron et moi avons une longue discussion sur ce qui se passe (à l’ONU) et la manière dont nous envisageons l’évolution de nos relations avec la France », a-t-il déclaré à Tahiti Nui TV en début de semaine depuis New York.

Chef de tous les Polynésiens Français – Frère

Le président Brotherson a également souligné qu’il s’exprimerait cette semaine aux Nations Unies en sa qualité de président de la Polynésie française au nom de « tous les Polynésiens (français), y compris ceux qui ne veulent pas l’indépendance aujourd’hui ».

Il a ajouté : « C’est pourquoi, dans mon discours, je veillerai à ne créer aucune confusion entre ma venue ici (aux Nations Unies) pour exiger la mise en œuvre du processus d’autodétermination et ma venue ici pour exiger l’indépendance, ce qui est à côté le point. » Dans la même interview.

READ  La France réintroduit les uniformes pour les écoliers - DW - 12/01/2023

Il a admis que lors de la même réunion, les délégués de son propre parti, Taveni, prononceraient probablement des discours « militants » « parce que c’est l’objectif de Taveni ».

« Mais pour ma part, je m’exprime en tant que président de la Polynésie française. »

Avant la réunion, le leader indépendantiste de Taveni, Oscar Timaru, a déclaré : « C’est la première fois qu’un président indépendantiste de Polynésie française s’exprime à la tribune de l’ONU (C-24). »

Oscar Timaru, leader de la Polynésie française.

Oscar Timaru
image: RNZ/Johnny Lames

Le chef du parti Tafeni Hueratera, Oscar Timaru, 78 ans, était président de la Polynésie française en 2013 lorsqu’elle a été réinscrite sur la liste des Nations Unies.

Parlant des différentes approches entre lui et son beau-frère de 54 ans (Mwaitai Brotherson est marié à la fille de Timaru), Timaru a déclaré cette semaine : « Il a sa propre stratégie et j’ai ma stratégie et ma stratégie n’a jamais été modifié. » (…) Ce pays doit certainement devenir un Etat souverain. Peux-tu imaginer? Du jour au lendemain, nous deviendrons propriétaires de ce pays de cinq millions de kilomètres carrés. Aujourd’hui, nous n’avons rien. »

Le ministre français de l’Intérieur et des Affaires étrangères, Gérald Darmanin, a écrit sur la plateforme de médias sociaux À propos de l’autonomie du territoire et de la souveraineté de la France. Le ministre Darmanin a déjà participé à la réunion du C24 concernant la Nouvelle-Calédonie.

La liste des territoires non autonomes des Nations Unies comprend actuellement 17 territoires dans le monde, dont six sont situés dans l’océan Pacifique ; Samoa américaines, Guam, Polynésie française, Nouvelle-Calédonie, îles Pitcairn et Tokelau.

Astor Abel

"Ninja de bière certifié. Aficionado maléfique de la culture pop. Evangéliste de la télévision."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer