Top News

La France calme les efforts de l’Australie pour réparer les dommages causés à Oaks Rift | La France

La France a déclaré que toute future discussion entre Emmanuel Macron et le Premier ministre australien Scott Morrison sur les retombées de la décision de Canberra de déchirer un accord sous-marin de 56 milliards d’euros (48 milliards de livres sterling) devrait être “sérieusement préparée” et avoir une “substantiel”.

Palais de l’Elysée Il a nié avoir refusé de prendre les appels de Morrison, affirmant que le président était “toujours disponible pour parler au téléphone”, mais a admis qu’il n’était pas pressé de reprendre contact avec Canberra.

Les Français se sont indignés après que l’Australie a annulé le contrat avec la France il y a deux semaines en faveur d’un pacte de défense avec les États-Unis, le Royaume-Uni et l’Australie (Aukus) sans avertissement.

Les autorités australiennes ont depuis contacté Macron pour des pourparlers visant à réparer les dégâts et à contenir les retombées, mais l’Elysée a déclaré que tout contact devra attendre d’envoyer son ambassadeur, comme indiqué dans la ligne, à Canberra à une date non précisée.

Alors que la diplomatie au bord du gouffre se poursuit, un responsable de l’Élysée a suggéré que le bureau de Morrison avait fait des efforts timides pour informer Macron de sa décision à l’avance.

La source a déclaré que le bureau de Morrison avait appelé le président le 13 septembre et avait demandé à lui parler le lendemain à 10 heures, mais on lui avait dit que le président ne serait pas disponible car il hébergerait le cabinet hebdomadaire.

L’Elysée a proposé un appel jeudi 15 septembre à 9 heures, mais “la partie australienne n’a pas souhaité passer cet appel”. Au lieu de cela, le bureau de Morrison a répété la demande d’appel le 14 septembre.

READ  Macron dit que la France annulera la dette de 5 milliards de dollars du Soudan

Lorsque j’ai demandé à l’Élysée de quoi le Premier ministre voulait parler, le fonctionnaire a répondu qu’il n’y avait pas eu de réponse. Le 15 septembre, « à midi », Macron a reçu une lettre de Morrison l’informant que le contrat de sous-marin avec la société française Naval Group avait été résilié et qu’un nouvel accord de sécurité serait annoncé par Morrison et le président américain, Joe Biden, plus tard. Ce jour-là.

L’Elysée a indiqué avoir reçu une autre demande de dialogue avec Macron “il y a quelques jours”, mais qu’il avait reporté tout échange jusqu’au retour de l’ambassadeur de France à son poste.

“Cette conversation doit être préparée de manière très sérieuse”, a déclaré le responsable. Notre ambassadeur reviendra, disons, avec une lettre de France qui encadrera nos prochaines conversations avec le Premier ministre Morrison. Le président est toujours disponible pour parler au téléphone avec le Premier ministre Morrison, mais vous comprenez dans le contexte actuel que nous devons avoir une conversation de fond. Nous nous y préparons et appellerons quand le moment sera venu.”

Au cours d’une longue et animée conversation téléphonique avec Boris Johnson la semaine dernière, Macron a demandé une explication sur les raisons pour lesquelles le Royaume-Uni avait laissé la France sur l’accord d’Aukus.

Le responsable a déclaré qu’il n’y avait pas eu de refroidissement sérieux dans les relations entre les deux pays, mais a ajouté: “Nous entendons constamment Boris Johnson répéter à quel point il aime la France et à quel point il nous trouve merveilleux, mais la vérité est que le comportement des Britanniques ici n’a pas été celui d’un allié. Notre préoccupation concernant l’affaire Aukus est moindre que le rôle de la Grande-Bretagne et le plus que nous ayons à régler avec les États-Unis et l’Australie. La Grande-Bretagne reste un partenaire proche.

READ  Divertissement aujourd'hui : avantages et inconvénients

Macron a déclaré que l’accord d’Aukus est un signal que l’Europe doit développer sa propre stratégie mondiale de défense et de sécurité, y compris dans la région indo-pacifique, et être moins dépendante des États-Unis.

Le responsable a déclaré que le rôle de la France dans l’Indo-Pacifique se poursuivra parce que la France a “des intérêts légitimes dans la région … et une vision partagée de celle-ci avec un certain nombre de partenaires, dont l’Australie”.

“Cela va continuer parce que la France est dans l’Indo-Pacifique… Nous avons là-bas un million de citoyens, 8 000 soldats et une flotte.”

Cependant, le responsable a ajouté que l’Australie, du point de vue de la France, n’a pas agi comme un allié. Cependant, l’Australie est un partenaire important, y compris la France et tous les autres alliés européens dans l’Indo-Pacifique.

Astor Abel

"Ninja de bière certifié. Aficionado maléfique de la culture pop. Evangéliste de la télévision."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer