World

La flamme olympique chinoise s’est éteinte alors que le porteur du flambeau ouïghour appelle au boycott des Jeux

Kamaltürk Yalqun a été choisi pour porter la flamme olympique aux Jeux de 2008 à Pékin. Après les Jeux, Pékin a imposé des politiques au Xinjiang qui ont séparé sa famille et la communauté ouïghoure. Photo/PA

À l’âge de 17 ans, Kamaltürk Yalqun était l’un des nombreux étudiants choisis pour aider à porter la flamme olympique avant les Jeux d’été de 2008 à Pékin.

Aujourd’hui, il est un militant aux États-Unis appelant au boycott des prochains Jeux d’hiver à cause du traitement réservé par la Chine à sa communauté ethnique ouïghoure.

« Il me semble que notre sens de la citoyenneté mondiale et de l’esprit sportif n’avance plus avec ces Jeux olympiques », a déclaré Yalqun lors d’un entretien téléphonique depuis Boston, où il vit désormais en exil.

Dans les années qui ont suivi sa participation au relais de la flamme olympique et sa participation aux Jeux en tant que représentant de sa région natale du Xinjiang, dans l’ouest de la Chine, Pékin a imposé des politiques aux Ouïghours musulmans, divisant la propre famille de Yalqun.

Avec le retour de la flamme olympique à Pékin avec la cérémonie d’ouverture de vendredi, ces Jeux suscitent une nouvelle controverse mondiale alors qu’ils mettent en lumière le traitement réservé par le pays hôte aux Ouïghours et aux autres minorités ethniques. Selon les enquêteurs, les autorités ont enfermé environ 1 million ou plus de membres de groupes ethniques minoritaires dans des camps d’internement de masse au cours des dernières années – pour la plupart des Ouïghours.

Les groupes de défense des droits de l’homme les ont surnommés les «Jeux du génocide», et les États-Unis et d’autres pays ont cité des violations des droits en menant un boycott diplomatique de l’événement.

Kamaltürk Yalqun, 17 ans, se tient debout avec une torche olympique en aluminium après avoir couru le relais pour aider à porter la flamme olympique pour les Jeux olympiques de Pékin en 2008.  Photo/PA
Kamaltürk Yalqun, 17 ans, se tient debout avec une torche olympique en aluminium après avoir couru le relais pour aider à porter la flamme olympique pour les Jeux olympiques de Pékin en 2008. Photo/PA

READ  Sortie de la pandémie: l'Australie réduit les arrivées internationales

La Chine nie toute violation des droits de l’homme, les qualifiant de « mensonge du siècle ». Il décrit sa politique au Xinjiang comme un « programme de formation » pour combattre le terrorisme.

Yalqun se souvient d’avoir été fier de participer aux premiers Jeux olympiques de Chine. Ceux-ci ont disparu après la disparition des sentiments de son père. En 2016, Yalqun Rozi, éditeur de livres sur la littérature ouïghoure, a été arrêté et condamné à 15 ans de prison pour avoir tenté de « renverser » l’État chinois.

Yalqun n’a jamais revu son père – ne l’apercevant que dans un documentaire du Xinjiang par la chaîne de télévision publique CGTN cinq ans plus tard. Yalqun a déménagé aux États-Unis pour ses études supérieures en 2014 et y est resté depuis.

Au cours des derniers mois, Yalqun a régulièrement rejoint les manifestations à Boston appelant au boycott des Jeux d’hiver.

À l’approche des Jeux d’été de 2008, les premiers jamais organisés en Chine, des Tibétains ont manifesté contre l’oppression de leur communauté par Pékin.

Yalqun dit qu’il n’en savait rien à l’époque. Tout ce qu’il savait, en tant qu’élève du secondaire qui ne prêtait pas attention à la politique, c’était qu’il avait eu la chance d’aller dans la capitale et de voir les Jeux olympiques dans le cadre d’un camp de jeunes.

Kamaltürk Yalqun tient la torche olympique en aluminium qu'il a portée aux Jeux olympiques de Pékin en 2008 à l'âge de 17 ans. Photo/AP
Kamaltürk Yalqun tient la torche olympique en aluminium qu’il a portée aux Jeux olympiques de Pékin en 2008 à l’âge de 17 ans. Photo/AP

Les responsables de l’éducation du Xinjiang ont sélectionné les meilleurs élèves d’une poignée d’écoles, qui ont ensuite été interrogés par la section régionale de la Ligue de la jeunesse communiste pour leurs compétences interpersonnelles et en anglais. Lorsqu’il a reçu un appel téléphonique disant qu’il avait été sélectionné, Yalqun était ravi.

READ  Des militants seraient restés sur les marches du Parlement, dansant des vaches alors qu'ils protestaient à travers Wellington

« Que vous soyez bénévole ou porteur du flambeau, ou que vous assistiez simplement en tant que public (membre), tout le monde était si fier d’avoir pu faire partie des Jeux », a-t-il déclaré.

Un comité olympique à Pékin a ensuite choisi Yalqun pour être également porteur de la torche.

Le matin de la course a eu lieu par une chaude journée de juillet et s’est déroulé « en un clin d’œil », a-t-il déclaré. Lui et d’autres dirigeaient une section qui commençait à l’extrémité est de la Grande Muraille sur la côte dans la ville de Qinhuangdao.

« La distance à parcourir pour nous était très courte, peut-être 30 mètres », a-t-il déclaré en riant.

Kamaltürk Yalqun se promène avec sa femme Tumaris Ahat dans Chinatown, à Boston.  Photo/PA
Kamaltürk Yalqun se promène avec sa femme Tumaris Ahat dans Chinatown, à Boston. Photo/PA

Chaque coureur a reçu une torche en aluminium rouge, décorée d’un motif de nuage répétitif. Une chambre intérieure avec du propane leur permettait d’attraper la flamme du porteur précédent.

Il a pu garder la grande torche en aluminium en souvenir. Dans le bus pour Pékin, il a été assiégé par d’autres passagers curieux qui ont demandé une photo. Tout le monde a été pris dans l’excitation, a-t-il dit.

La torche et l’uniforme de porteur de torche ont aidé à arranger les choses lorsque la police est venue à son hôtel ce soir-là pour le surveiller. La police effectuait régulièrement des contrôles sur les voyageurs ouïghours dans les grandes villes.

Ses jours à Pékin passèrent rapidement. Il était l’un des 70 jeunes sélectionnés pour représenter la Chine lors d’un camp olympique de la jeunesse. Il s’est lié d’amitié avec des étudiants d’autres pays alors que le groupe de plus de 400 personnes visitait des sites historiques comme la Cité interdite et des centres commerciaux nouvellement construits.

READ  Préparez-vous à être poussé, cajolé et félicité pour le climat

Les Jeux de 2008 ont été la fête du coming-out de la Chine. Le pays s’était développé à un rythme rapide et s’était enrichi. De larges boulevards jadis encombrés de vélos étaient désormais encombrés de voitures.

Ce ne sont pas les grands gratte-ciel et les larges rues qui ont impressionné Yalqun, mais les arbres.

« À l’époque, la Chine ne prêtait pas beaucoup d’attention à l’environnement. Partout, ce n’était que du béton et du ciment, pas de nature », a-t-il déclaré. Mais il a été frappé quand il a vu le couloir vert, rempli de rangées d’arbres, de l’aéroport international nouvellement construit à la ville. « Je pouvais voir de la verdure partout. »

Ces jours-ci, Yalqun veut peu à voir avec son pays d’origine.

La flamme olympique, censée transmettre un message de paix et d’amitié, a été éteinte pour lui. Il est déçu du boycott diplomatique actuel, même s’il s’est étendu à l’Australie, au Canada et au Royaume-Uni. Il dit qu’il devrait y avoir un boycott complet, y compris par les athlètes.

De nombreux chefs d’État et personnalités mondiales, dont le secrétaire général de l’ONU António Guterres et le président russe Vladimir Poutine, devraient assister aux cérémonies d’ouverture de vendredi, selon le ministère chinois des Affaires étrangères.

« Cela devrait être une responsabilité collective lorsque ce genre d’atrocités se produisent », a-t-il déclaré. « C’est déchirant pour moi de voir une réponse aussi froide de la part des gens. »

Lothaire Hébert

"Avocat général des médias sociaux. Féru de zombies. Geek de la télévision. Penseur. Entrepreneur. Accro à l'alcool."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer