Top News

La Cour suprême a rétabli le vote automatique pour le second tour

La Cour administrative suprême (SAC) a annulé la décision de la Commission électorale centrale (CEC) comme étant partiellement illégale et a rétabli le vote automatisé pour le deuxième tour des élections locales, a informé le tribunal à Mediapool. La décision du comité composé de trois membres est définitive.

Entre-temps, le SAC affirme que le ministre de l’e-Gouvernement, Alexandre Yulovsky, a violé la loi en déléguant la certification de conformité des appareils à son adjoint. Selon de hauts juges, il s’agit là d’une compétence expresse du ministre, qui ne peut la déléguer à d’autres de ses employés.

Pour annuler le vote automatisé, la Commission électorale centrale s’est référée au rapport DANS, ainsi qu’au fait que le ministre n’avait pas encore envoyé de lettre sur la conformité des machines, bien que cela ne soit pas une raison pour annuler le vote automatisé. Une lettre de conformité a été envoyée à la Commission électorale centrale par le MEU avant la date limite de samedi. Cependant, la Commission électorale centrale a ordonné que les machines soient retirées des bureaux de vote.

La CEC a fait valoir devant le tribunal que le ministre de l’e-Gouvernement, Alexandre Yulovsky, avait déclaré qu’il ne signerait pas le certificat de conformité et que le député qui l’avait signé n’avait pas le droit de le faire, ce qui faussait la procédure légale. La Cour suprême confirme que le ministre a violé la loi.

La décision de la Cour administrative suprême a déclaré : « Par conséquent, il apparaît que la décision de la Commission électorale centrale concernant la tenue des élections des conseillers municipaux et des maires le 29 octobre 2023 avec des cartes papier uniquement est légale.

READ  Giroud immédiatement dans le retour de la France pour gagner la Côte d'Ivoire

Mais en même temps, la décision de la Commission électorale centrale de procéder au vote au deuxième tour des élections municipales en utilisant uniquement des bulletins papier est considérée comme illégale et a été annulée par le tribunal.

La Commission électorale centrale doit maintenant prendre une nouvelle décision pour se conformer à la loi électorale et ramener les machines aux bureaux de vote pour le second tour.

Plus tôt lundi, le ministère de l’E-Gouvernement a déclaré que si La Cour suprême s’est prononcée contre la décision de la Commission électorale centrale d’annuler le vote automatisé qui avait déjà eu lieu, et les machines ont pu être utilisées lors du deuxième tour des élections locales. La raison en est que les machines ont déjà été certifiées par l’administration électorale.

La Cour suprême est composée de Rumyana Borisova (présidente), Lyubomira Mutova (rapporteur) et Svetoslav Slavov. Les juges ont dû statuer sur des dizaines de recours déposés par des citoyens et des partis contre la décision de la CEC, ce qui a été prouvé par le rapport scandaleux préparé par DANS, envoyé au Parlement deux jours avant le vote.

Parmi les requérants devant la Cour suprême se trouvait la coalition PP-DB, qui a affirmé devant le tribunal que la décision était non seulement illégale, mais également invalide, parce que la Commission électorale centrale n’avait pas indiqué la base juridique sur laquelle elle était fondée.

Le rapport DANS raconte un événement survenu deux jours après l’assemblée générale du 20 octobre au ministère de l’E-Gouvernement (MEG), où s’est déroulé le processus de construction fiable du logiciel de la machine à voter. Pendant l’événement, tous les participants ont photographié les appareils et comment créer leur code source, mais DANS n’y voit aucun problème.

READ  Coupe du monde de rugby : la France dominante se qualifie pour les demi-finales avec une victoire 39-3 contre l'Italie

Le rapport explique comment le vice-ministre de l’e-Gouvernement, Mikhaïl Stoynov, a filmé deux jours plus tard, dans une salle de vidéosurveillance, toutes les étapes de création du code source (hachage) du logiciel matériel sur son téléphone portable. DANS écrit qu’il a téléchargé les informations sur une clé USB, qu’il a enfreint les règles et copié le programme.

Le rapport DANS affirme que Stoynov a déclaré aux personnes présentes dans la salle qu’il avait filmé le processus de construction du programme afin de « le regarder et de jouer avec », ce que Stoynov nie. Le sous-ministre a expliqué qu’on lui avait ordonné de procéder à une révision des procédures et que les allégations contenues dans le rapport DANS étaient fausses.

« Les affirmations (du rapport DANS) selon lesquelles j’ai enregistré le code source « pour le regarder et jouer avec » sont non seulement fausses (facilement vérifiables à partir de la vidéo), mais aussi pratiquement impossibles – le code source contient plus de 500 000 lignes de texte,  » Le vice-ministre Mikhaïl Stoynov a répondu. « Cela ne peut pas être enregistré devant une caméra. »

Ce scandale a été utilisé par la Commission électorale centrale pour annuler illégalement le vote automatique, même si les machines de facto ne fonctionnent que comme des imprimantes de bulletins de vote et que chacun peut voir pour qui il a voté. DANS ne fournit également aucune preuve que le vote automatique puisse être manipulé.

Mais dans le même temps, les bulletins imprimés ont considérablement réduit les votes nuls, qui ont encore dépassé dimanche 11 % dans les grandes communes et plus de 20 % dans plusieurs petites communes.

READ  France : Quel sera le mobilier liturgique de Notre Dame de Paris ?

L’explication était que les gens étaient dans une grande confusion à cause des urnes pour les conseillers municipaux. La décision de la Cour d’appel ne permet pas de réparer le tort causé par l’annulation du vote de près d’un demi-million de Bulgares.

« La référence au DANS n’a absolument aucun rapport avec l’objet du jugement. DANS n’a aucune autorité dans cette procédure », a commenté la députée Nadejda Yordanova, qui, avant d’entrer en politique, était avocate spécialisée dans les affaires administratives.

Nadejda Yordanova a déclaré devant le tribunal que le rapport DANS est un « récit littéraire » qui ne prouve pas les faits qui nécessiteraient l’abolition du vote automatisé.

Astor Abel

"Ninja de bière certifié. Aficionado maléfique de la culture pop. Evangéliste de la télévision."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer