science

Jetez un œil dans l’espace à l’aide de ces quatre sites

En 2011, Katherine Gray, une Canadienne de 10 ans, est devenue la plus jeune personne à découvrir une supernova. Cette nouvelle met en évidence le fait que nous vivons aujourd’hui dans une époque sans précédent. Une époque où tout habitant du monde suffisamment motivé peut rechercher des exoplanètes et faire d’autres découvertes astronomiques sérieuses. Nous vous présenterons plusieurs sites Internet qui peuvent être un point de départ pour tout astronome amateur en herbe.

http://www.worldwidetelescope.org

Le World Wide Telescope (WWT) est exactement ce que son nom l’indique. Cette application multimédia démontre magnifiquement à quel point le World Wide Web a contribué à la démocratisation de la science. WWT collecte des informations astronomiques à partir de nombreuses sources, notamment certains des plus grands télescopes au sol (comme Palomar aux États-Unis) ou des télescopes spatiaux (comme Hubble). Le résultat est que tout utilisateur disposant d’une connexion Internet peut visualiser les meilleures images du ciel étoilé dont dispose l’humanité, le tout dans le confort de son fauteuil. En outre, WWT propose également des visites virtuelles 3D uniques de la surface de Mars, compilées à partir de plus de 13 000 images haute résolution collectées par des vaisseaux spatiaux. L'utilisation du télescope planétaire nécessite le téléchargement et l'installation d'un logiciel sur votre ordinateur.

http://hubblesite.org/

Aucune collection de sites Web d'astronomie ne pourrait exister sans inclure le site Web du télescope spatial Hubble le plus réussi, officiellement connu sous le nom de télescope spatial Hubble (HST). Le site comprend tout ce qui a marqué l'histoire du télescope, y compris de superbes « cartes postales de l'univers ». Le site contient également une multitude d’informations pédagogiques destinées aux astronomes amateurs en herbe. Le vétéran de Hubble prendra probablement sa retraite au cours de la prochaine décennie. Cependant, l'exposition visuelle de HubbleSite continuera certainement d'inspirer toute personne intéressée par l'astronomie.

READ  Les chercheurs mesurent la gravité exercée par le corps à 90 milligrammes

http://www.planetary.org/

La Planetary Society, une organisation non gouvernementale fondée aux États-Unis d'Amérique en 1980, est la plus grande organisation au monde et l'un de ses objectifs est la participation directe du public à la recherche spatiale. Parmi ses fondateurs se trouve le grand astronome et promoteur scientifique Carl Sagan. Outre les chercheurs et ingénieurs, de nombreux passionnés de l’espace venus de 125 pays sont membres de l’organisation. Tout le monde peut faire partie de la cause de la Planetary Society – en faisant un don ou en participant à l'un des projets de l'organisation. L'une des nombreuses choses que vous pouvez apprendre sur le site Web de la société est comment capturer et traiter des images d'objets spatiaux. Pour cela, c'est une bonne idée de suivre les leçons de l'astronome Emily Lakdawala. Tout cela en plus des dernières informations et de riches ressources pédagogiques couvrant tous les aspects de l’exploration spatiale.

http://www.google.com/sky

Les ambitions de Google d’indexer et de diffuser toutes les informations humaines s’étendent littéralement au-delà de la planète. En plus de la carte satellite mondiale Google Maps, le géant de l'Internet propose également des services similaires pour la Lune (Google Moon) et Mars (Google Mars), ainsi que pour l'ensemble du ciel étoilé (Google Sky). Cette dernière est un bon exemple des ambitions spatiales de Google et est une carte du ciel interactive qui capture l'intégralité de l'univers visible dans un format convivial pour les navigateurs. L'affichage initial comprend une mosaïque d'images collectées par les études de cartographie à grande échelle, le Sloan Digital Sky Survey, le Digital Sky Survey, ainsi que le télescope spatial Hubble. En plus de la partie optique du spectre, l'univers peut également être examiné en lumière infrarouge ou en micro-ondes grâce aux données collectées respectivement par les télescopes spatiaux IRAS (Infrared Astronomical Satellite) et WMAP (Wilkinson Microwave Anisotropy Probe). Le nombre total d’objets célestes visibles dans Google Sky dépasse les 500 millions.

READ  L'éruption du volcan Tonga a déclenché un énorme boom phytoplanctonique

Nacho strigolev

Delphine Perrault

"Solutionneur de problèmes extrêmes. Chercheur avide de bacon. Écrivain maléfique. Geek du Web. Défenseur des zombies depuis toujours."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer