sport

Impact épidémiologique : hausse des coûts et rétrécissement des poches des joueurs de tennis indiens

Un prix impressionnant de 8 500 £ (8,75 INR) est décerné au joueur qui a perdu au premier tour des éliminatoires de Wimbledon. Deux Indiens, Prajnesh Gunneswaran et Ankita Raina, ont reçu ce salaire. Le troisième Indien des éliminatoires a réussi à atteindre le troisième tour et Ramkumar Ramanathan a gagné 25 500 £ pour ses efforts (Inde plus de 26 roupies).

Il n’en reste pas moins qu’à part ces trois-là, et Sumit Nagal qui a dominé Wimbledon cette année, aucun autre Indien n’est assez haut pour participer aux épreuves de simple très prisées – le Grand Chelem est le summum.

Pour mettre l’argent du prix en perspective, gardez à l’esprit que les qualifiés du premier tour reçoivent 8,75 INR. James Duckworth, qui a remporté le championnat ATP Challenger 2019 à Pune, a remporté 7 200 $ US (5,34 lakh) en prix.

Pour les sportifs en général, sans parler des joueurs de tennis, le nuage dangereux du Covid-19 a augmenté le coût des déplacements. Et pour les joueurs concourant dans des ligues inférieures où les prix en argent ne sont pas aussi gratifiants, les coûts supplémentaires deviennent fastidieux.

Pour la première fois depuis septembre dernier, Sasikumar Mukund a participé au tableau principal de l’événement ATP plus tôt ce mois-ci. Mais il a dû dépenser environ 15 000 INR de plus qu’il n’aurait dépensé avant la pandémie pour acheter le billet de sa base de Vienne à Little Rock, Arkansas aux États-Unis. Vol cher, mais pas nécessairement à cause du prix élevé des billets. Au lieu de cela, c’est parce que les itinéraires moins chers ont été interrompus ou ne sont plus viables en raison de restrictions de voyage.

READ  vidéo du discours, résumé des annonces

“Les correspondances ont diminué. Pour se rendre à un certain endroit, à l’époque, vous aviez 10 compagnies aériennes différentes avec la même correspondance, maintenant vous en avez probablement deux”, explique Mukund, 24 ans, qui a payé plus de 50 000 INR pour rivaliser. dans des rivaux aux États-Unis. Où il a gagné environ 1 lakh de roupies indiennes.

Ce ne sont pas seulement les prix élevés des billets qui causent la crise.

“Le principal maintenant est que vous ne gagnez pas le même argent maintenant. Les prix ont peut-être changé de quelques milliers, mais maintenant vous n’avez pas autant de tournois auxquels jouer”, ajoute Mukund, qui se classe maintenant 319e.

Depuis la pandémie, les tournois du monde entier ont été annulés. Faire basculer l’ensemble de l’Asian Challenger, qui est généralement un refuge pour les joueurs indiens (en particulier ceux unis à Pune, Chennai et Bangalore) en raison de la baisse des coûts de voyage, a été battu l’année dernière, et le sera probablement cette année également.

Ne jouez pas, ne payez pas

Les meilleurs niveaux de tennis ont subi des réductions de prix – Novak Djokovic a reçu un chèque de 1,4 million d’euros pour avoir remporté l’Open de France cette année, contre 1,6 million d’euros que Rafael Nadal a reçu l’année dernière. Aux niveaux inférieurs, il n’y a eu aucun changement dans les prix en argent, mais la baisse des tournois a rendu difficile pour les joueurs de participer aux tournois organisés – en Europe et dans les Amériques.

Les tests RT-PCR réguliers sont également une proposition coûteuse. “Je comprends que les tests sont un peu moins chers en Inde (environ 1 500 à 2 000 INR). En Europe, cela coûte en moyenne environ 70 € (environ 6 200 INR)”, a déclaré Prajnesh, ancien numéro 75 mondial et maintenant classé 148.

READ  Neymar a été expulsé après la défaite du Paris Saint-Germain contre Lille lors du combat pour le titre français

Ensuite, il y a les restrictions de voyage où les dérapages peuvent causer beaucoup de problèmes, comme l’a découvert Prajnesh.

En route pour Nur-Sultan, au Kazakhstan depuis l’Afrique du Sud, via Istanbul, le joueur de 31 ans a mal lu les conditions de voyage – le test doit être passé 72 heures avant l’arrivée, pas le départ. Une fois en Turquie, il n’a pas été autorisé à monter à bord de l’avion pour le Kazakhstan car il a raté l’escale de quatre heures. Au lieu de cela, il a dû se rendre en Albanie, passer un test, passer la nuit à l’hôtel, se rendre à Istanbul, puis à Minsk (Biélorussie) et enfin au Kazakhstan.

“Le voyage n’était censé me coûter qu’un millier à moi et à ma femme, et au lieu de cela, nous avons fini par dépenser environ 3 000 INR.”

Pour éviter un tel problème, Mukund a effectué un vol coûteux de Vienne vers les États-Unis, plutôt que l’option la moins chère (environ 15 000 INR) de Munich. De plus, chaque jour passé à l’extérieur (pour le tennis et la quarantaine) coûte environ 10 000 INR selon les estimations de Prajnesh et Mukund.

Mais ce sont les problèmes auxquels sont confrontés les joueurs qui ont déjà réussi à voyager à l’étranger. Un groupe de joueurs de tennis indiens est actuellement “bloqué” en Inde. “J’essayais de participer à une épreuve en France (WTA 125, Saint-Malo en mai). J’allais couper les doubles et peut-être aller aux tours de qualification en simple”, explique Rutoga Boussal, 450e tête de série, mise en quarantaine en Pune depuis le début du deuxième verrouillage en avril. “Le gouvernement français faisait une sorte de concession aux athlètes, mais une semaine avant mon départ, ils ont dit qu’ils ne pouvaient pas le faire pour les Indiens.”

READ  Wallabies vs France Test Michael Hooper Dan McKellar Series Australian Rugby News

Siddharth Rawat, classé 546 dans le monde, qui a été testé positif au virus le mois dernier avec toute sa famille, a également été isolé en Inde. Il espérait avoir une chance de participer à une série de compétitions au Kazakhstan en juin et juillet. Cet espoir a été déçu car « les organisateurs ont confirmé que les Indiens ne sont pas autorisés à se rendre dans le pays ».

Rawat, 28 ans, qui a remporté un prix total de 72 094 $ (environ 53 000 INR) depuis qu’il a disputé son tout premier événement en 2011, et seulement 1 476 $ (environ 1,1 INR) cette année. Je ne sais pas combien de temps il pourra pratiquer un sport. Depuis le début de la pandémie l’année dernière, il étudie auprès de la Commission syndicale de la fonction publique (UPSC) – Fonction publique. Les examens étaient initialement prévus pour juin, mais ont maintenant été reportés à octobre.

“(Si je réussis), je vérifierai comment se passe le tennis. Si je m’améliore ou si les choses ne s’améliorent pas », dit Rawat. “De tout mon cœur, je veux que le tennis fonctionne. Je veux jouer plus.”

Delphine Perrault

"Solutionneur de problèmes extrêmes. Chercheur avide de bacon. Écrivain maléfique. Geek du Web. Défenseur des zombies depuis toujours."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer