sport

Des athlètes d’Ottawa parlent aux élèves du racisme dans et en dehors du sport

C’est un programme qui permet aux jeunes d’engager des conversations sur l’égalité, la diversité et l’inclusion.

Vendredi, les élèves de l’école secondaire Sacred Heart à Statesville ont eu la chance d’entendre certains des athlètes locaux et leurs histoires.

Courageous Conversations est quelque chose créé par le Ottawa Sports and Leisure Group pour discuter des questions liées au racisme.

Sept cents élèves, dont Alina Dazang, élève de huitième année, ont eu la chance de se connecter virtuellement avec des joueurs du Rouge et Noir d’Ottawa.

« Je sais qu’au Canada, nous ne voyons pas beaucoup de racisme et comment il est poussé vers le bas », a déclaré Dazang. « Mais pour amener les gens à venir parler d’eux, je pense que c’est vraiment cool. Si vous ne mettez pas en évidence les choses qui se passent, je sais que les gens pensent que le Canada est un très beau pays avec de très bonnes personnes et rien de mal n’arrive jamais. . Mais vous pouvez voir qu’il y a encore du racisme ici et que de mauvaises choses se passent. »

Nate Behar est un receveur large avec les Redblacks. Il était l’un des orateurs qui parlait aux étudiants de leur prise de conscience de ce qui se passait autour d’eux.

« Cela fait partie de la mission de l’OSEG. Ils ont fait de l’EDI une très grande priorité au cours des dernières années », déclare Behar. « Ces jeunes enfants sont capables d’apprendre. C’est peut-être « vous ne pouvez pas apprendre de nouveaux trucs à un vieux chien », mais les jeunes chiots sont prêts et ont également montré une volonté d’apprendre et de grandir. « 

READ  Timothy Weah (Lille): "C'était un peu un choc" d'être dirigé par le Celtic

De nombreux conférenciers partagent la même idée, éduquer les jeunes afin qu’ils puissent faire une différence dans le futur.

« Cela semble ringard, mais ce sont vraiment les jeunes qui vont nous pousser vers l’avant », a déclaré Bob Dyce, coordonnateur des équipes spéciales des Redplexes d’Ottawa. « Il est très important de tendre la main aux jeunes et d’essayer de les aider à devenir des alliés. Aidez-les à trouver des moyens, dans leur propre environnement, qu’ils peuvent influencer et les aider à progresser dans l’avenir.

« Les élèves ont été choqués », déclare Jane Van Lankveld, professeur de français au Sacré-Cœur. « J’ai certainement entendu beaucoup de cris lors des conversations. Ils avaient un public captif. »

Athlètes et entraîneurs, partageant des histoires et des expériences de vie à l’intérieur et à l’extérieur du monde du sport.

« Vous ne pouvez pas vraiment faire en sorte que les gens ne sachent rien à ce sujet et ils seront toujours méchants s’ils ne savent pas vraiment que des choses comme celle-ci se produisent », a déclaré Dazang.

Delphine Perrault

"Solutionneur de problèmes extrêmes. Chercheur avide de bacon. Écrivain maléfique. Geek du Web. Défenseur des zombies depuis toujours."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi
Fermer
Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer